Avec le retour des beaux jours, gardons un œil attentif sur les personnes âgées vivant à domicile, surtout quand la température grimpe. Depuis 2004, chaque année, du 1er juin au 31 août, le plan national canicule est lancé.
La saison estivale 2016 a été anormalement chaude avec une succession de quatre épisodes de vagues de chaleur entre mi-juillet et mi-septembre. D'après Santé publique France, le premier épisode de canicule, du 17 au 20 juillet 2016, a provoqué la mort de près de 700 personnes.

Les professionnels de l’aide à domicile et les aidants familiaux seront donc très vigilants pour mettre en pratique les bons réflexes pour protéger les personnes âgées des fortes chaleurs (hydratation régulière, rafraîchissement du logement…).
Mais n’oublions pas que selon une enquête de la Fondation de France, les plus de 75 ans sont particulièrement touchés par la solitude : une personne âgée sur quatre est en situation d'isolement relationnel. Et pour ces seniors, l’été peut être une période difficile à passer. A moins, que chacun d’entre nous fasse preuve de citoyenneté, de solidarité entre voisins et de chaleur humaine ! 

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile. Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

11 avril 2017
Autres pathologies

L’ostéoporose : attention os fragiles !

L’ostéoporose : attention os fragiles !

Poignets, hanche, vertèbres… L’ostéoporose est une perte de la résistance des os qui prédispose aux fractures. L’alimentation et l’activité physique sont des points essentiels pour prévenir ce mal silencieux.

 

L'ostéoporose est souvent appelée une maladie « silencieuse » parce qu'elle n'a aucun symptôme discernable jusqu'à ce qu'il y ait une fracture osseuse.
Cette maladie se caractérise par un processus de vieillissement qui affecte les os Concrètement, les os deviennent plus minces, plus poreux donc plus fragiles, ce qui peut générer un risque de fracture accrue après un traumatisme mineur ou un effort banal. Presque tout le squelette est atteint en particulier les poignets, les vertèbres et le col du fémur.

L’ostéoporose affecte majoritairement les femmes que les hommes. A 65 ans, 39% d’entre eux sont atteintes de cette pathologie, et 70% à 80 ans. On estime que la perte de masse osseuse est de 2 à 3% par an dans les années qui suivent immédiatement la ménopause et qu'elle est de l'ordre d'1 % par an vers 65 ans (mais elle peut varier dans des proportions importantes selon les sujets). Cette poursuite de la perte osseuse expose, de fait, à un risque accru de fractures.

 

Selon les chiffres de la Société française de rhumatologie, ce ne sont pas moins de 60 000 fractures douloureuses des vertèbres (anciennement appelés tassements vertébraux), 50 000 fractures de l'extrémité supérieure du fémur (les fractures dites du "col du fémur") et 35 000 fractures du poignet dues à l’ostéoporose qui sont à déplorer chaque année en France.

 

Le risque de fracture du poignet augmente très rapidement après la ménopause. Ces fractures surviennent le plus souvent après une chute avec une réception sur la main. Environ une femme sur cinq aura une fracture du poignet au cours de sa vie.

 

Le risque de fracture des vertèbres est très insidieux. Il survient dans la majorité des cas sans traumatisme notable. "Elle peut certes être due à un faux mouvement ou tout simplement au fait de marcher." Dans deux-tiers des cas, ces fractures présentent peu de symptômes et le patient ne prend pas la peine de consulter.

 

Le risque de fracture du col du fémur croît beaucoup à partir de 70 ans. La survenue de ces fractures est le plus souvent consécutive à une chute. En dépit des progrès de la chirurgie réparatrice, la fracture du col du fémur reste grave pour les personnes âgées. En effet, elle nécessite une intervention en urgence avec risque de complication postopératoire chez  les plus fragiles. Les séquelles de cette fracture peuvent être importantes et réduire nettement l'autonomie de la personne âgée.

 

Prenez soin de vos os

 

Le mode de vie, l'alimentation, l'activité physique sont des points essentiels dans le cadre de la prévention de l'ostéoporose dès l'âge de 50 ans. Chez les personnes âgées, la diminution des apports calciques, la carence en vitamine D vont encore accentuer le phénomène de destruction osseuse.


Il est donc essentiel d'avoir un apport en calcium suffisant pour se prémunir contre l'ostéoporose.


Ce calcium peut avoir une origine alimentaire, mais également provenir de suppléments sous forme de comprimés.

- Au-delà des produits laitiers, de grandes quantités de calcium peuvent être apportées par les légumes verts et les légumes.
- Les fruits à coques (noix, amandes, châtaignes, etc.) sont particulièrement riches en calcium et celui-ci est facilement assimilable.
- Certaines eaux minérales permettent également d'absorber du calcium.

 

Une exposition suffisante aux rayons solaires, qui déclenchent la synthèse de la vitamine D dans la peau, et la consommation régulière de poissons gras (hareng, saumon, maquereau, thon...) sont utiles pour assurer un apport suffisant en vitamine D.

 

L'activité physique a une influence importante dans l'acquisition et la conservation du capital osseux. Des sports « pieds au sol », tels que la marche, la course, la gym ou même la danse sont recommandés. A l'âge de 65 ans, il est recommandé d'éviter les efforts brutaux sur la colonne vertébrale qui risqueraient d'occasionner des fractures, les efforts de soulèvement de charges lourdes et les sports violents.