Accompagner un proche en perte d’autonomie (handicapé ou dépendant) peut avoir de lourdes conséquences sur la santé. Trouble du sommeil, fatigue, anxiété, douleurs articulaires, troubles musculo-squelettiques… la santé des aidants est mise à mal.  Sans oublier qu’un aidant sur deux déclare souffrir de stress et de surmenage. Plus inquiétant encore : un tiers des proches aidants meurent avant leur proche malade.

Dans ce contexte, la santé sera la thématique de la prochaine édition de la Journée nationale des aidants, le 6 octobre. La place des 11 millions d’aidants - dont 5 millions auprès d’une personne âgée dépendante - fera partie des thèmes de la grande concertation nationale sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes qui débute en octobre.  Par ailleurs, la ministre des Solidarités et de la Santé a inscrit dans sa feuille de route « Grand âge et autonomie », présentée en mai dernier, un plan national pour les aidants.

Avec le vieillissement de la population, l’explosion des maladies chroniques, le développement de la prise en charge en ambulatoire et de l’hospitalisation à domicile, le rôle des proches aidants sera de plus en plus important. D’où l’urgence de prendre en compte leur rôle, leur épuisement, leur droit au répit.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

07 décembre 2015
Adaptation du logement

Adaptation du logement : suivez les guides

Adaptation du logement : suivez les guides

Vous avez un projet de travaux pour adapter votre logement  à une perte d’autonomie ou un handicap ? Des guides vous informent sur les démarches et les organismes financeurs.  

 

«Faire du domicile un atout de prévention» est l’un des objectifs de la future de loi sur l'adaptation de la société au vieillissement, qui entrera en vigueur en 2016.

Admettre la nécessité d’engager des travaux pour adapter son logement à son avancée en âge est un premier pas pour les personnes âgées, trop souvent réticences. Une fois ce cap franchi, des guides sont à votre disposition pour connaître les démarches et les aides financières disponibles.  


« L’adaptation du logement aux personnes handicapées et aux personnes âgées »


Le ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie vient de publier la nouvelle édition du guide intitulé « L’adaptation du logement aux personnes handicapées et aux personnes âgées », téléchargeable gratuitement en ligne sur le site Internet du ministère.


Ce guide recense et présente, les démarches à effectuer pour adapter son logement, les organismes financeurs, ainsi que les avantages fiscaux existants.
« Ce guide n’a pas vocation à entrer dans le détail de toutes les prestations, mais plutôt à présenter les différents leviers d’accompagnement et de financement à disposition. A chacun de naviguer dans ce guide et d’y trouver les informations qui l’intéresse selon que l’on est une personne âgée ou une personne handicapée, propriétaire ou locataire », précise le ministère.


« Mon chez-moi avance avec moi »


L’Agence nationale d’amélioration de l’habitat (ANAH) a publié le guide « Mon chez-moi avance avec moi », le guide des travaux et des aides pour faire évoluer mon habitat », disponible en ligne.

Élaboré avec l’aide d’ergothérapeutes, ce guide pratique vous livre des réponses claires, illustrées d’exemples concrets de travaux simples à faire réaliser dans votre logement, afin de vous sentir chez vous en toute sécurité.
Ce guide présente pièce par pièce (entrée, salle à manger, salon, cuisine, espaces de circulation, chambre, salle d’eau, espaces extérieurs et en fonction des besoins) les travaux que l’on peut effectuer en fonction de ses besoins.

« Des fiches sur le coût des travaux sont systématiquement proposées afin de donner à tous les particuliers des conseils fiables et neutres », ajoute l’ANAH.