Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

30 novembre 2018
Adaptation du logement

Adapter les toilettes

Adapter les toilettes

Espace exigu et restreint, les toilettes nécessitent des aménagements quand la perte de mobilité arrive. Des aménagements qui évitent tout risque de chutes.

 


L'ouverture de porte vers l’extérieur

L’ouverture de porte vers l’extérieur dans les toilettes présente deux avantages en termes de sécurité :
- Premièrement, un gain d’espace, ce qui évite à la personne âgée des contorsions pénibles lorsque l’elle se trouve à l’intérieur. Des mouvements qui sont des sources potentielles de déséquilibre.
- Deuxièmement, en cas de chute ou de malaise, le corps au sol de la personne âgée empêchera l’ouverture de la porte si celle-ci s’ouvre vers l’intérieur. Ainsi, une ouverture de la porte vers l’extérieur, vous permettra d’intervenir pour porter assistance à la personne âgée.

Les barre d’appui
Disposer d'une barre d'appui au mir renforce la stabilité de la personne âgée et aide à s'asseoir et à se relever des toilettes, et limite les risques de chute.  Les modèles les plus souvent utilisés sont la barre d'appui pliante de WC avec fixation au sol, et la barre d’appui sol et mur pour toilettes.


Le rehausseur de toilettes
Adaptable à tous les WC, le rehausseur de toilette permet de surélever les toilettes de 5 cm à 15 cm selon les modèles. Il existe également des chaises percées qui permettent de s’ajuster au-dessus des toilettes.


Le cadre de toilettes 

Positionné autour des toilettes, le cadre de toilettes permet de disposer à la personne âgée de disposer de deux accoudoirs de part et d’autre de la cuvette des toillets pour se relever plus facilement. Le cadre de toilettes est approprié en particulier pour limiter les efforts  des personnes ayant des problèmes de hanches ou une faiblesse des muscles des jambes. Certains modèles de cadre de toilettes peuvent se plier pour se ranger facilement après utilisation pour laisser l’accès à tous.

 

Pour vous permettre d’aménager vos toilettes (WC pour personnes handicapées, surévélateurs de WC, un crédit d’impôt est accordé pour les dépenses d’installation et de remplacement des équipements. Le crédit est calculé sur le prix des équipements et la main d’œuvre TTC. Son taux est égal à 25 % des dépenses effectuées, dans la limite d’un plafond s’appliquant sur plusieurs années.

A lire aussi dans DOMIMAG :