L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

27 février 2018
Adaptation du logement

Bénéficier du « Diagnostic Bien chez moi »

Bénéficier du « Diagnostic Bien chez moi »

Destiné aux personnes de 75 ans et plus, le « Diagnostic Bien chez moi » est une prestation d'ergothérapie à domicile, mise en place par les régimes de retraite complémentaire.

Analyser le logement d'une personne âgée ; apprécier les besoins en aménagement ; émettre des conseils pour l'adaptation du domicile et des préconisations en terme de comportement notamment pour éviter les chutes... L'ergothérapeute est le professionnel idéal pour accompagner les seniors dans cette démarche.

Les régimes de retraite complémentaires, Agir et Arrco, proposent une prestation d'ergothérapie à destination des personnes de 75 ans et plus.
Baptisée « Diagnostic Bien chez moi », cette prestation a été expérimentée en 2011 dans quatre régions. Elle est désormais opérationnelle sur l'ensemble du territoire.

 

Quels objectifs ?

L'objectif de la prestation « Diagnostic Bien chez soi » est d'identifier les difficultés rencontrées par une personne âgée à son domicile et de suggérer des solutions pratiques et individualisées qui amélioreront son confort en fonction de ses habitudes et choix de vie.

L'ergothérapeute prend en compte les habitudes de vie, les capacités actuelles ou futures éventuelles (en fonction des pathologies), les difficultés au quotidien de la personne et l'état du bâti.
Il propose ensuite les solutions à envisager pour améliorer le confort, la sécurité et l'ergonomie du logement, en tenant compte du «devenir» de la personne âgée au sein de son domicile.

Les réponses proposées concernent :
· l'apprentissage de gestes du quotidien et l'apprentissage à la compensation en cas de fragilité spécifique,
· le choix d'équipement d'aide technique,
· l'aide à l'aménagement du bâti en cas de travaux.

 

Pour qui ?

Pour bénéficier de cette prestation, les personnes doivent être des retraités Agirc ou Arrco âgés de 75 ans et plus, sans condition de ressources.
Il convient d'en faire la demande en appelant le 0 810 360 560 (prix d'un appel local depuis un poste fixe).

 

Comment ça se déroule ?

La visite à domicile d'un ergothérapeute, professionnel de santé diplômé d'Etat, est organisée dans un délai d'un mois.

Une fois le rendez-vous fixé, un ergothérapeute se rendra chez vous pour faire une analyse précise, personnalisée et complète. Il vous aidera à optimiser votre confort et votre sécurité dans le respect de vos habitudes et vos lieux de vie. Il vous adressera ensuite un bilan personnalisé avec ses recommandations pratiques dans les jours qui suivent la visite.

Sur la base de ces observations, l'ergothérapeute dresse un état des lieux et propose des solutions pour améliorer le confort, la sécurité et l'ergonomie du logement. Ces solutions peuvent être multiples : conseils pour modifier certains gestes ou habitudes de vie pouvant s'avérer problématiques, installation de petits équipements d'aides techniques (barres d'appui, planches de bain, etc), voire préconisations pour l'aménagement du bâti.

 

Combien ça coûte ?

Le financement de cette prestation est pris en charge par les caisses de retraite Agirc et Arrco à hauteur d'environ 95%. Seule une participation de 15 € est demandée au bénéficiaire.