Accompagner un proche en perte d’autonomie (handicapé ou dépendant) peut avoir de lourdes conséquences sur la santé. Trouble du sommeil, fatigue, anxiété, douleurs articulaires, troubles musculo-squelettiques… la santé des aidants est mise à mal.  Sans oublier qu’un aidant sur deux déclare souffrir de stress et de surmenage. Plus inquiétant encore : un tiers des proches aidants meurent avant leur proche malade.

Dans ce contexte, la santé sera la thématique de la prochaine édition de la Journée nationale des aidants, le 6 octobre. La place des 11 millions d’aidants - dont 5 millions auprès d’une personne âgée dépendante - fera partie des thèmes de la grande concertation nationale sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes qui débute en octobre.  Par ailleurs, la ministre des Solidarités et de la Santé a inscrit dans sa feuille de route « Grand âge et autonomie », présentée en mai dernier, un plan national pour les aidants.

Avec le vieillissement de la population, l’explosion des maladies chroniques, le développement de la prise en charge en ambulatoire et de l’hospitalisation à domicile, le rôle des proches aidants sera de plus en plus important. D’où l’urgence de prendre en compte leur rôle, leur épuisement, leur droit au répit.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

29 octobre 2014
Adaptation du logement

Bien vieillir chez soi malgré un déficit visuel

Bien vieillir chez soi malgré un déficit visuel

Bien vieillir à domicile en dépit d'un handicap visuel nécessite certains aménagements. La priorité étant de sécuriser le logement afin d'éviter les chutes et les accidents domestiques.

 

Les déficients visuels sont majoritairement des personnes âgées : 61 % sont âgés de plus de 60 ans ou plus de 39 % sont âgés de 75 ans et plus. Dans le cas d’un handicap visuel, toutes les activités de la vie quotidienne comme la prise des repas, la lecture, les activités manuelles, les déplacements, etc. deviennent plus difficiles. Elles demandent beaucoup d’attention, de concentration et d’efforts.

Pour bien vieillir à domicile en dépit d’un handicap visuel, certains aménagements sont donc indispensables. La priorité étant de sécuriser le logement afin d’éviter les chutes et les accidents domestiques.« L’adaptation du logement de la personne mal voyante a pour objectif de compenser l’absence ou la faiblesse de la perception visuelle par des aménagements permettant de sécuriser le logement en supprimant les obstacles et en faisant appel à la perception sonore et tactile », rappelle l’agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH).


Adapter l’éclairage

Passer d’une zone bien éclairée à une zone plus sombre est source d’inconfort voire de chute car l' adaptation visuelle aux changements lumineux est plus longue pour les personnes présentant un handicap visuel. De fait, un éclairage adapté permet d’optimiser la perception visuelle en évitant zones d’ombre et éblouissement. Les personnes atteintes de basse vision ont des besoins en lumière deux à trois fois plus importants. Adoptez dans toute la maison un éclairage uniforme.  Éclairez soigneusement et plus fortement certaines zones importantes comme les escaliers, les paliers, l’entrée, les placards, et tous les endroits comme les plans de travail, où vous effectuez des activités de précision. Pour diminuer l’éblouissement de la lumière du jour, l’installation de stores ou de voilages peut moduler la lumière.


Accentuer les contrastes
Jouez sur les couleurs et les contrastes pour un repérage visuel fort.  Le repérage des objets ou des dangers en sera facilité. Pour faciliter l’orientation de la personne âgée dans son domicile, les contours de porte se détachent du mur, des plinthes contrastées en bas du mur donnent un point de repère lors de déplacements. Choisissez des couleurs contrastées pour délimiter les contours des pièces (plinthes) et des installations permanentes, comme les escaliers (nez de marches), les sanitaires (contours du lavabos, de la douche, de la baignoire...), le plan de travail de la cuisine ou les prises électriques et interrupteurs.