Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

29 octobre 2014
Adaptation du logement

Bien vieillir chez soi malgré un déficit visuel

Bien vieillir chez soi malgré un déficit visuel

Bien vieillir à domicile en dépit d'un handicap visuel nécessite certains aménagements. La priorité étant de sécuriser le logement afin d'éviter les chutes et les accidents domestiques.

 

Les déficients visuels sont majoritairement des personnes âgées : 61 % sont âgés de plus de 60 ans ou plus de 39 % sont âgés de 75 ans et plus. Dans le cas d’un handicap visuel, toutes les activités de la vie quotidienne comme la prise des repas, la lecture, les activités manuelles, les déplacements, etc. deviennent plus difficiles. Elles demandent beaucoup d’attention, de concentration et d’efforts.

Pour bien vieillir à domicile en dépit d’un handicap visuel, certains aménagements sont donc indispensables. La priorité étant de sécuriser le logement afin d’éviter les chutes et les accidents domestiques.« L’adaptation du logement de la personne mal voyante a pour objectif de compenser l’absence ou la faiblesse de la perception visuelle par des aménagements permettant de sécuriser le logement en supprimant les obstacles et en faisant appel à la perception sonore et tactile », rappelle l’agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH).


Adapter l’éclairage

Passer d’une zone bien éclairée à une zone plus sombre est source d’inconfort voire de chute car l' adaptation visuelle aux changements lumineux est plus longue pour les personnes présentant un handicap visuel. De fait, un éclairage adapté permet d’optimiser la perception visuelle en évitant zones d’ombre et éblouissement. Les personnes atteintes de basse vision ont des besoins en lumière deux à trois fois plus importants. Adoptez dans toute la maison un éclairage uniforme.  Éclairez soigneusement et plus fortement certaines zones importantes comme les escaliers, les paliers, l’entrée, les placards, et tous les endroits comme les plans de travail, où vous effectuez des activités de précision. Pour diminuer l’éblouissement de la lumière du jour, l’installation de stores ou de voilages peut moduler la lumière.


Accentuer les contrastes
Jouez sur les couleurs et les contrastes pour un repérage visuel fort.  Le repérage des objets ou des dangers en sera facilité. Pour faciliter l’orientation de la personne âgée dans son domicile, les contours de porte se détachent du mur, des plinthes contrastées en bas du mur donnent un point de repère lors de déplacements. Choisissez des couleurs contrastées pour délimiter les contours des pièces (plinthes) et des installations permanentes, comme les escaliers (nez de marches), les sanitaires (contours du lavabos, de la douche, de la baignoire...), le plan de travail de la cuisine ou les prises électriques et interrupteurs.