L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

10 septembre 2014
Sécurité au quotidien

Accidents domestiques : péril en la demeure

Accidents domestiques : péril en la demeure

Les accidents domestiques font des milliers de morts chaque année en France et les plus touchés sont les personnes de plus de 65 ans. Des précautions peuvent être prises pour limiter les risques.

Les chiffres des accidents de la vie courante en France sont alarmants : 11 millions d’accidents, 4,5 millions de blessés, près de 20 000 décès, soit près de quatre fois plus que les accidents de la circulation et vingt fois plus que les accidents du travail.

 

Les personnes âgées sont les premières victimes de ces accidents domestiques.

 

Chute : Chaque année, plus de 9 000 seniors décèdent à la suite d’une chute, dont près de 6 000 (soit plus de 70 % des cas) à leur domicile. Les troubles de la vision et de l'équilibre, l'isolement, un habitat peu adapté sont des facteurs de risque de chute chez le sujet âgé. Selon le dernier baromètre « Grand Âge » de TNS SOFRES, les seniors se sentent globalement bien informés en ce qui concerne les risques domestiques, mais ils restent peu nombreux à adapter leur domicile, notamment chez les plus de 70 ans.


Suffocation : Chaque année 3 000 personnes décèdent à la suite de suffocations. Les deux tiers de ce décès surviennent chez les personnes âgées de plus de 75 ans. Les maladies du système nerveux (démence, troubles mentaux, maladies vasculaire cérébrales...) sont des facteurs d'accroissement important du risque de suffocation chez la personne âgée. Pour éviter tout risque de « fausse route », la personne âgée doit prendre systématiquement ses médicaments en buvant un verre d’eau et éviter de manger des aliments coupés trop grossièrement.


Intoxication médicamenteuse : 10% des hospitalisations des personnes âgées seraient liées au moins en partie à un accident médicamenteux. L’utilisation d’un pilulier est certainement l'un des meilleurs moyens pour sécuriser la prise des médicaments. 


Incendie : En France, un incendie d’habitation se déclare toutes les 2 minutes, soit 250 000 incendies domestiques par an. Ils font 10 000 victimes par an dont 800 décès. Les enfants et les personnes âgées qui ne peuvent ni fuir rapidement, ni maîtriser seuls un début d'incendie, sont souvent les premières victimes. Afin de prévenir les risques d'incendie, tous les logements devront être équipés d'au moins un détecteur de fumée automatique de fumée au plus tard le 8 mars 2015.

 

Les aidants familiaux comme les professionnels de l’aide à domicile peuvent identifier les sources de danger au sein du logement des personnes âgées. Pour ce faire, le portail d'information stopauxaccidentsquotidiens fournit un outil de répérage, des conseils et des informations sur la prévention des accidents domestiques chez les personnes âgées.