On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

08 septembre 2017
Sécurité au quotidien

Eviter les accidents domestiques, ça s’apprend !

Eviter les accidents domestiques, ça s’apprend !

20 000 ! C’est le nombre de décès qui surviennent chaque année en France suite à un accident de la vie courante. Et pourtant des vies pourraient être sauvées si chacun savait pratiquer les gestes qui sauvent. La Journée mondiale des premiers secours (JMPS) qui se tient le samedi 9 septembre 2017 est l’occasion pour la Croix-Rouge française de faire découvrir, partout en France, les gestes essentiels qui permettent de sauver des vies.

Avoir un accident domestique, n’est pas une fatalité ! La Croix-Rouge française propose aux seniors vivant à domicile une formation « Bien-être et Autonomie » pour assurer leur sécurité et leur tranquillité.

Selon une étude réalisée par l'institut OpinionWay*, 66 % des seniors estiment qu'une formation pour éviter les accidents du quotidien et être formés aux gestes de premier secours leur serait utile. Il s'agit majoritairement de personnes déjà confrontées à des accidents domestiques (68 %), que ce soit personnellement (67 %) ou vécu par un proche (77 %).

« Les accidents du quotidien sont responsables chaque année de la mort de 20 000 personnes en France dont près de la moitié de personnes âgées. Et pourtant ce chiffre pourrait être réduit grâce à l’apprentissage des bons réflexes et de gestes simples », rappelle la Croix-Rouge française. 


Au cours d’une formation intitulée « Bien-être et Autonomie », la Croix-Rouge sensibilise les personnes de plus de 60 ans, vivant à domicile, autonomes physiquement et en capacité d'apprentissage, à des mesures préventives faciles à mettre en œuvre, à l’apprentissage des gestes de premiers secours et plus généralement aux moyens d’améliorer son bien-être (sommeil, alimentation, activités physiques, mémoire et lien social).

 

Quel est l’objectif de ce programme?


Préserver l’autonomie et le bien-être des seniors, grâce à:
- des mesures préventives faciles à mettre en oeuvre pour éviter les accidents domestiques pour soi
et ses proches (petits-enfants, parents, amis…),
- une formation aux gestes de premiers secours,
- une prise de conscience des facteurs clés contribuant au bien-être:
- un sommeil de qualité
- l’équilibre alimentaire
- la pratique d’une activité physique
- des activités « intellectuelles » (jeux, mots croisés, apprentissages, etc.)
- l’existence de liens sociaux.

 

Combien de temps dure cette formation?


Cette formation s’étend sur un volume horaire équivalent à trois jours :
Jour 1 est consacré à la Prévention
Jour 2 consacré à la Prévention et secours civiques de niveau 1
Jour 3 à la santé globale

La formation coûte 90 euros.

 

Où suivre une formation « Bien-être et Autonomie »?


Rendez-vous sur www.croix-rouge.fr pour trouver la délégation la plus proche de chez vous

 

*Etude réalisée pour la Croix-Rouge française du 31 juillet au 4 août auprès de 1024 personnes de 60 ans et plus