L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

15 mars 2017
Sécurité au quotidien

Les précautions à prendre pour sécuriser la cuisine

Les précautions à prendre pour sécuriser la cuisine

La cuisine peut être un lieu de dangers pour une personne âgée en perte d’autonomie. Certaines précautions sont à prendre pour disposer d’une cuisine confortable et sure.


Une cuisine fonctionnelle. Tels sont les maîtres-mots pour éviter tous dangers à la personne âgée dans ses déplacements ou lors de la préparation de ses repas.

 

Attention, sol glissant


Dans la cuisine, le sol peut y être glissant une fois humide ou gras. Choisissez un revêtement de sol antidérapant
Aérez votre cuisine pour que la vapeur émise par la cuisson ne se condense pas sur le carrelage.

Ne laissez pas traîner de serpillières ou de tapis. trop d’objets non rangés risquent de tomber et de faire tomber


Préférer l’électricité au gaz


La cuisinière à gaz est dangereuse pour les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démences : risque d’oubli déteindre la gazinière. Il est préférable d’opter pour des plaques à induction ou vitrocéramiques pour éviter les risques de brûlures  ou d’incendie. Elles doivent impérativement être équipées d'un voyant qui indique le degré de chaleur
Dans le cas où vous souhaitez conserver une gazinière, l’idéal est de disposer d'une vanne sur la conduite de gaz qui alimente la gazinière. Elle vous permet de couper l'arrivée du gaz jusqu'à la prochaine utilisation de la cuisinière.
Vous pouvez également installer des dispositifs de sécurité prévus pour les enfants tels que  les couvre-boutons de cuisinière.  Ils empêcheront la personne âgée de tourner les boutons à votre insu.
Installer un détecteur de fumée. Pour rappel, tous les lieux d'habitation devront être équipés OBLIGATOIREMENT d'au moins un détecteur de fumée normalisé.


Des objets à portée de main

 

Pour éviter les chutes de la personne âgée, il ne faut pas qu’elle ait à se hisser sur la pointe des pieds, de monter sur un escabeau ou à se baisser exagérément pour accéder à ses ustensiles de cuisine. L’accès aux ustensiles des repas quotidiens doit  être à portée de main et ne doit nécessiter aucun effort.
De fait, les meubles de rangement ne doivent être ni trop haut ni trop bas. La hauteur idéale se situe entre 0,5 et 1,5 mètre.

Faire mettre des poignées de tiroirs, de portes de placards, faciles à saisir

Côté plan de travail pensez à l'aménager de sorte à ce que l'on puisse s'asseoir en cuisinant. Réservez une zone de minimum 60 cm pour la préparation des aliments.


Multiplier les sources de lumière à l'intérieur des rangements et sous les rangements hauts.
Installer des robinets à levier ou douchette avec mitigeur thermostatique pour contrôler le débit et la température de l'eau.


Ne montez pas sur n'importe quel tabouret pour parvenir à attraper un ustensile ou un ingrédient. Investissez dans un marchepied sécurisé de deux ou trois marches de hauteur antidérapant et muni d'un appui pour les mains.


Multiplier les prises de courant faciles à atteindre permettant une utilisation aisée des appareils ménagers et éviter de recourir à des rallonges qui peuvent provoquer des chutes.