Il y a 15 ans, la canicule d’août 2003 provoquait la mort de près de 15.000 personnes âgées en 15 jours. La France a tiré les enseignements de ce tragique événement. Depuis 2004, le gouvernement met en place chaque année un dispositif de surveillance, de prévention et d’action : le Plan Canicule pour prévenir les risques liés aux fortes chaleurs pour les personnes âgées vivant à domicile ou en établissement.

Mais cette canicule meurtrière a été également révélatrice de la problématique de l’isolement social des personnes âgées.

En 2014, le rapport MONALISA (Mobilisation Nationale contre l’Isolement Social des Agés) montrait que la France est le troisième pays d’Europe le plus touché par le problème de l’isolement : 23% des 5 millions des personnes isolées sont âgées de plus de 75 ans. En 2017, une étude réalisée par l'institut CSA pour les Petits frères des Pauvres dresse également un état des lieux préoccupant : 6% des personnes âgées de 60 ans et plus, soit 900.000 personnes, sont isolées des cercles amical et familial. Elles sont 300.000 à se sentir isolées des quatre cercles de proximité : famille, amis, voisinage, réseaux associatifs.

Les personnes âgées sont donc encore trop nombreuses à avoir pour seule compagnie leur solitude. Sur ce plan, 15 ans après la canicule historique, la société française a encore beaucoup à faire pour renouer et favoriser le lien social avec ses aînés.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

28 janvier 2016
Vie sociale

Habitez-vous une « Ville Amie des Aînés » ?

Habitez-vous une « Ville Amie des Aînés » ?

Habitat, transports, solidarité et vie sociale, services de santé, espaces extérieurs, communication et information, culture et loisirs... Les « Villes Amies des Aînés » s’engagent à améliorer les conditions de vie des personnes âgées.  

 
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé en 2006 le « Réseau mondial des Villes Amies des Aînés ». Les villes participant au Réseau s’engagent à évaluer et améliorer constamment leurs caractéristiques de villes accueillantes pour les aînés.
L’objectif est de créer des environnements urbains qui permettent aux personnes âgées de rester actives, en bonne santé et de continuer à participer à la vie sociale de leur communauté. « Les personnes âgées constituent une ressource pour leur famille, leur communauté et l’économie lorsqu’elles vivent dans un cadre porteur et favorable », rappelle l’OMS dans son guide mondial des Villes Amies des Aînés.

Ce guide recense huit domaines de la vie urbaine qui peuvent influer sur la santé et la qualité de vie des personnes âgées :

1. espaces extérieurs et bâtiments ;
2. transports ;
3. logement ;
4. participation au tissu social ;
5. respect et inclusion sociale ;
6. participation citoyenne et emploi ;
7. communication et information ; et
8. soutien communautaire et services de santé


Le Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés est une association qui a été créée en 2012. Dès 2013, elle a été reconnue comme étant officiellement affiliée à OMS.
Cette certification « Villes Amies des Aînés » montre l'engagement des municipalités en faveur de l'amélioration des conditions de vie des personnes âgées. En France, plusieurs villes comme Lyon, Dijon ou Rennes, Besançon, Strasbourg, Bordeaux, Angers, Toulon ou encore le Grand Toulouse ont adhéré au dispositif.
Donner la parole aux citoyens seniors

 

La plupart des Villes Amies des Aînés créent un organe consultatif composé de personnes de plus de soixante ans. Ce groupe définit des thématiques autour du mieux vieillir et tente chaque année de proposer des solutions à la mairie. D’autres villes choisissent de créer un groupe d’âge plus hétérogène. C’est une sorte de conseil de citoyens composé notamment de personnes âgées. Chacun a la possibilité de participer à des groupes d’échanges visant à faire émerger des réflexions sur des thématiques liées au cadre de vie : habitat, transports, solidarité et participation sociale, services de santé, espaces extérieurs, communication et information, culture et loisirs...