La période de fin d'année est synonyme de festivités et de retrouvailles notamment en famille. Néanmoins, cette période peut s'avérer difficile pour les personnes âgées, notamment celles qui sont en perte d’autonomie.

Bien entendu, des précautions sont à prendre pour prévenir les affections saisonnières chez les plus fragiles telles que la gastro-entérite ou la grippe. Mais la vigilance s’impose pour éviter un mal plus insidieux, plus silencieux : celui de la solitude des personnes âgées. En France, près d’un quart des personnes de plus de 70 ans souffre d’isolement social. 1 personne âgée sur 4 est seule dans l’Hexagone.

Eclatement de la famille, perte du conjoint, éloignement des enfants, diminution des capacités physiques, précarité économique… beaucoup de raisons peuvent conduire à vieillir seul (e).
Selon la Fondation Médéric Alzheimer, la solitude est considérée comme un déterminant du déclin cognitif chez les personnes âgées. Autre constat : la solitude des aidants familiaux face à la maladie de leur proche âgé aboutit à ce que 38% d’entre eux meurent avant la personne dont ils ont la charge.

La priorité, c’est donc de lutter contre cette solitude et, avant tout, de la repérer. Les professionnels de l’accompagnement à domicile sont de véritables sentinelles pour lutter contre ce fléau. L’aide à domicile permet de renouer le lien social. Les mairies, les communes et les centres communaux d’action sociale (CCAS) proposent des dispositifs afin de réduire les conséquences de l’isolement chez les personnes âgées : des bénévoles rendent visite aux personnes âgées chez eux une fois par semaine afin de leur tenir compagnie.

71% des Français se disent prêts à s'engager contre la solitude des personnes âgées. Et si vous commenciez dès aujourd’hui ?

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile. Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

28 janvier 2016
Vie sociale

Habitez-vous une « Ville Amie des Aînés » ?

Habitez-vous une « Ville Amie des Aînés » ?

Habitat, transports, solidarité et vie sociale, services de santé, espaces extérieurs, communication et information, culture et loisirs... Les « Villes Amies des Aînés » s’engagent à améliorer les conditions de vie des personnes âgées.  

 
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé en 2006 le « Réseau mondial des Villes Amies des Aînés ». Les villes participant au Réseau s’engagent à évaluer et améliorer constamment leurs caractéristiques de villes accueillantes pour les aînés.
L’objectif est de créer des environnements urbains qui permettent aux personnes âgées de rester actives, en bonne santé et de continuer à participer à la vie sociale de leur communauté. « Les personnes âgées constituent une ressource pour leur famille, leur communauté et l’économie lorsqu’elles vivent dans un cadre porteur et favorable », rappelle l’OMS dans son guide mondial des Villes Amies des Aînés.

Ce guide recense huit domaines de la vie urbaine qui peuvent influer sur la santé et la qualité de vie des personnes âgées :

1. espaces extérieurs et bâtiments ;
2. transports ;
3. logement ;
4. participation au tissu social ;
5. respect et inclusion sociale ;
6. participation citoyenne et emploi ;
7. communication et information ; et
8. soutien communautaire et services de santé


Le Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés est une association qui a été créée en 2012. Dès 2013, elle a été reconnue comme étant officiellement affiliée à OMS.
Cette certification « Villes Amies des Aînés » montre l'engagement des municipalités en faveur de l'amélioration des conditions de vie des personnes âgées. En France, plusieurs villes comme Lyon, Dijon ou Rennes, Besançon, Strasbourg, Bordeaux, Angers, Toulon ou encore le Grand Toulouse ont adhéré au dispositif.
Donner la parole aux citoyens seniors

 

La plupart des Villes Amies des Aînés créent un organe consultatif composé de personnes de plus de soixante ans. Ce groupe définit des thématiques autour du mieux vieillir et tente chaque année de proposer des solutions à la mairie. D’autres villes choisissent de créer un groupe d’âge plus hétérogène. C’est une sorte de conseil de citoyens composé notamment de personnes âgées. Chacun a la possibilité de participer à des groupes d’échanges visant à faire émerger des réflexions sur des thématiques liées au cadre de vie : habitat, transports, solidarité et participation sociale, services de santé, espaces extérieurs, communication et information, culture et loisirs...