Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

28 septembre 2016
Vie sociale

Ouverture d'une ligne d'écoute seniors LGBT

Ouverture d'une ligne d'écoute seniors LGBT

Une ligne nationale d’écoute destinée aux seniors LGBT a été lancé pour venir en aide aux ainés homosexuels(elles) et les accompagner sur les différentes problématiques liées à l'avancée en âge.

 

Le collectif Grey Pride, avec à sa tête Richard Boitel, et avec le concours du Centre LGBT Paris Ile-de-France a mis en place une ligne d’écoute pour venir en aide aux seniors homosexuels(elles).

La ligne d'écoute seniors LGBT répond aux appels les mardi et jeudi de 16 heures à 18 heures au 01 44 93 74 03 (prix d’un appel local).
La ligne est nationale et les appelants peuvent être orientés vers des structures communautaires dans les territoires.


Hors de ces créneaux horaires, il est possible de laisser un message pour être rappelé.

Qui est concerné ? Et pour quels sujets ?


Les gays, les lesbiennes, les trans et les bis âgées de 55 ans et plus :
-    sur l’avancée en âge
-    sur la cessation d’activités professionnelles et l’organisation de la retraite
-    sur les changements physiques et la diminution des capacités
-    sur les craintes de l’isolement affectif, sexuel, social et les solutions éventuelles
-    sur l’anticipation du futur mode de vie, déménagement, habitat collectif ou individuel
-    sur les inquiétudes liées aux ressources, aux problèmes de succession, au choix d’une personne de confiance
-    sur des actes homophobes ou de maltraitance

 

Quels sont les problématiques les plus fréquentes ?


« La précarité sociale. La vie de certains LGBT est marquée de carrières courtes, en raison notamment du VIH chez les gays ou des périodes de transition chez les trans. Il y a aussi la peur de l'ostracisme dans les lieux collectifs (foyers, maisons de retraite, Ehpad) est un autre aspect funeste. Les vieilles peurs de l'enfance et de l'adolescence peuvent resurgir, l'humiliation, l'homophobie, des congénères et des autres pensionnaires, est crainte et anticipée. La question de l'orientation sexuelle ou des orientations traverse l'existence de chacun, elle a besoin d'être revisitée avec attention: l'image sociale et la culpabilité, la vie secrète a conditionné une démarche souvent clivante face à la vie. D'autres au contraire souhaitent témoigner de leur engagement, de leur militantisme et attendent souvent de partager leurs expériences », explique Richard Boitel au site Yaag.


Qui sont les écoutants ?

Des personnes âgées de plus de 55 ans tous professionnels ou anciens professionnels ou issus du milieu associatif et aguerris à l'écoute.