La réussite du maintien à domicile d’une personne âgée dépendante ou d’une personne handicapée repose sur un trinôme : la personne aidée, l’aidant professionnel et l’aidant familial.

En France, 8,3 millions de personnes - dont 57% de femmes -  accompagnent un proche dépendant de façon régulière et non professionnelle. Presque la moitié des aidants occupent parallèlement un emploi. Favoriser la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle des aidants reste un enjeu de taille.

Si la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement a consacré un statut juridique des aidants et transformé le congé de soutien familial en congé de proche aidant, des avancées restent à faire. Mais les lignes bougent dans le bon sens en 2018.

Ainsi, la loi permettant à des salariés de faire don de leurs jours de repos à un collègue aidant un proche âgé dépendant ou handicapé est parue au Journal Officiel le 14 février.
Pour soutenir les aidants, une proposition de loi qui sera examinée en mars par le Parlement préconise d'indemniser le congé du proche aidant et de prendre en compte cette tâche « invisible » et « gratuite » dans les droits à la retraite.

Un pas de plus vers davantage de reconnaissance pour les aidants familiaux, ces acteurs clés du maintien à domicile.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

01 février 2015
Vie sociale

Sortir de l’isolement avec les Clubs des Aînés

Sortir de l’isolement avec les Clubs des Aînés

Lotos, concours de belotes, de tarots ou de bridge, repas, conférences, ateliers, voyages et autres excursions sont autant d’occasions que les clubs des Aînés proposent aux seniors pour ne pas rester isolés.


Vieillir ne veut pas dire vivre dans l’isolement. Et pour éviter de se couper du monde, rien de mieux qu’adhérer à un club. Les clubs des Aînés – puisque c’est ainsi que ce nomment ces associations réunissant des seniors – proposent en effet de nombreuses activités à leurs adhérents.
Des activités qui sont autant d’occasions de s’amuser et de rencontrer d’autres sexagénaires, septuagénaires, octogénaires… Thés dansants, lotos, repas animés, excursions à la journée, voyages… permettent ainsi de passer autant de moments conviviaux en développant de nouveaux liens d’amitié.
Le « bien vieillir » est au cœur des préoccupations de ces associations, telle que Générations Mouvement qui rassemble 85 fédérations départementales représentant quelque 9 000 associations locales. Soit près de 700 000 seniors. « Nous proposons et organisons diverses activités pour permettre à chacun de trouver son plaisir et de le partager avec d’autres adhérents », explique le premier réseau associatif de seniors en France.
Et rien de tel que des activités ludiques pour établir de réels liens. Belote, scrabble et autres jeux de société, sont autant d’occasions de se détendre tout en s’amusant. Et pour répondre aux attentes de nombre de membres, des cercles de tarots et des clubs de bridge ont vu le jour ; avec à la clé des rencontres qui constituent autant de moments privilégiés de partage et d'échanges, tout au long de l'année.


Des ateliers pratiques 


Mais le jeu n’est pas le seul objectif des clubs des ainés. Des ateliers pratiques permettent de s’initier à Internet ou à l’informatique. A l’instar de celui de Pfulgriesheim, en Alsace, ces ateliers sont « animés tout au long de l’année par des intervenants motivés et aptes à dispenser les formations de base nécessaires ». Et pour peu que les seniors motivés possèdent leur propre portable, grâce à une connexion libre d’utilisation, ils auront tout le loisir de se familiariser aux opportunités du net ainsi qu’aux logiciels susceptibles d’être utilisés au quotidien.
« Les activités proposées régulièrement s'articulent autour de thèmes tels que bureautique, Internet, multimédia ou encore l'environnement informatique lui-même ». Sans oublier certaines sessions plus ciblées qui permettent de découvrir les smartphones, les GPS, ou encore Skype. Enfin en cas de besoin, ces formations peuvent être accompagnées d'une assistance dépannage ou de conseils pour l'achat de nouveau matériel.
Un bon moyen pour remonter dans le passé à la recherche de ses origines. D’autant que des ateliers généalogiques ont également fleuri dans nombre de clubs des ainés. Avec pour objectif de faciliter et d'amplifier les recherches généalogiques en accédant notamment en un clic aux archives numérisées, ces ateliers permettent de créer son arbre à l'aide de logiciels performants ou de publier ses travaux en ligne et enfin, de communiquer et de dialoguer avec d'autres généalogistes à travers le monde entier. Une occasion supplémentaire de sortir de l’isolement.