Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

04 avril 2017
Equipement

Choisir un pilulier adapté à vos besoins

Choisir un pilulier adapté à vos besoins

Le suivi d’un traitement médicamenteux peut être lourd et contraignant pour une personne âgée. Utiliser un pilulier est une aide précieuse.

 

Le pilulier est une boîte compartimentée qui permet de répartir les comprimés dans des cases dans le but de faciliter la prise de médicaments. Ce dispositif vous permet aussi de vous assurer que vous n'avez pas oublié votre traitement ou d’éviter les risques de doubles prises. Le pilulier présente également l’avantage de pouvoir emporter avec soi ses médicaments, pour la journée ou bien la semaine, sans avoir à prendre les boites.


Il existe différents types de pilulier et différents formats.


Le pilulier journalier vous permet de préparer votre traitement pour la journée avec 4 cases : matin, midi, soir, nuit. Son petit format lui permet d’être mis dans votre poche ou sac à main.


Le pilulier semainier est destiné à de préparer votre traitement à la semaine. Il comporte 7 modules, 1 pour chaque jour de la semaine. Chaque module est en fait un pilulier journalier. 


Le pilulier électronique comprend, en plus du pilulier, un dispositif automatique de rappel sonore ou visuel pour favoriser l’observance du traitement. Il dispose aussi de mécanisme de protection qui empêche de prendre le mauvais médicament à la mauvaise heure, permettant ainsi à la personne âgée d’éviter les surdosages. Il ne nécessite l’intervention d’une tierce personne (proche ou infirmier) qu’une fois par semaine pour le préparer.

 

Les critères à prendre en compte


Pour choisir le format de pilulier le plus approprié, il est important de tenir compte de la quantité de médicaments prescrite à la personne âgée, de la grosseur des comprimés et du nombre de prises quotidiennes.

 

En fonction de la pathologie, certaines boites à médicaments sont plus adaptées que qu’autres.

 

Il est important de prendre en considération la dextérité manuelle de la personne âgée afin de choisir le type de contenant qui lui convient (alvéoles autocollantes, dosette coulissante, cases à tiroirs ou à couvercles). Certains modèles de piluliers peuvent être particulièrement difficiles à ouvrir si votre proche souffre d'arthrose de la main ou de la maladie de Parkinson (tremblements). Dans ces cas-là, il vous faudra choisir des systèmes dont l'ouverture est facilitée. En cas de fermeture individuelle des cases,  celles-ci doivent être suffisamment grandes pour récupérer les petits comprimés facilement, même avec de gros doigts.


Si la personne âgée est atteinte de la maladie d’Alzheimer, il est préférable d’opter pour un pilulier à distribution sécurisée afin d'éviter que le malade prenne tous les médicaments d'un seul coup. Certains piluliers présentent des fonctions de verrouillage plus ou moins évoluées, qui empêchent le malade d'accéder directement à ses médicaments. Cela suppose donc qu'il y a une tierce personne, (aidant, auxiliaire de vie, infirmier) pour l’aide à la prise des médicaments.


Pour les personnes âgées présentant des problèmes d’acuité visuelle, les cases du pilulier doivent être bien identifiables : les inscriptions du jour de la semaine et du moment de la journée seront bien lisibles pour éviter toute erreur lors de la prise du traitement.

 

Afin de diminuer les risques d’oubli, il est important de garder le pilulier à la portée de vue, d'associer les prises des médicaments à des activités de la vie quotidienne (ex : prise des repas).