On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

25 septembre 2014
Equipement

Choisir une aide à la marche

Choisir une aide à la marche

Canne, béquille, cadre de marche, déambulateur : différentes aides à la marche facilitent les déplacements des personnes âgées. En fonction du degré de perte d’autonomie. Explications.

 


Avec l’arrivée de la perte de la dépendance ou du handicap, se déplacer devient un acte de la vie quotidienne difficile pour les personnes âgées. Afin de maintenir son autonomie et surtout de sécuriser ses déplacements, que ce soit à l’intérieur de son logement ou à l’extérieur, il existe du matériel spécifique, adapté à vos besoins et à votre environnement. Chacune de ces aides à la marche correspond à un besoin particulier de la personne âgée. Comment choisir celles qui conviennent le mieux ?
Les appareils de soutien à la marche que sont les cannes et les déambulateurs sont essentiels pour les personnes âgées car, en plus de les aider dans leurs déplacements, ils permettent de préserver l’autonomie et de continuer à faire de l’exercice au quotidien.


Obtenir l’acceptation de la personne âgée. Utiliser une aide à la marche doit être accepté par la personne âgée.  Si votre proche n'a pas envie d'utiliser un déambulateur, qui montre clairement son handicap, vous ne pourrez pas le forcer à s'en servir. Assurez-vous donc qu'il est d'accord avec le choix. 


Demander conseil à des professionnels : avant de choisir une aide à la marche,  il est important de demander conseil à un professionnel de santé (médecin, kinésithérapeute, ergothérapeute, pharmacien). Une aide à la marche mal adaptée ou mal utilisée peut s’avérer dangereuse (risques de chutes). 


L’aide à la marche doit répondre à
- la pathologie (ou votre situation de handicap) : douleurs (genoux, hanches, chevilles, épaules, poignets ...), rapidité de marche, coordination, équilibre, vue, etc
- aux mensurations (poids et taille) : hauteur des poignées, hauteur et largeur de l'assise,  charge maximum supportée ...
- à l’environnement : déplacement extérieur ou intérieur


La canne
Recourir à une canne est appropriée pour les personnes âgées valides mais souffrant de légers problèmes d’équilibre. Elle permet de rassurer la personne pendant sa marche et de lui assurer une certaine stabilité. Elle limite le risque de chutes et soulage les douleurs que la personne peut avoir dans les jambes ou dans le dos.

En revanche, la canne est déconseillée aux personnes âgées ayant une démarche trop fragile. Il existe des cannes quadripodes – modèle entre la canne et le déambulateur – qui proposent un appui plus important et assurent une meilleure stabilité.

 

Le cadre de marche    
Le cadre de marche s’utilise majoritairement à l’intérieur même s’il peut être utilisé à l’extérieur. Il permet de sécuriser les déplacements grâce au soutien très stable qu’il apporte. Certains modèles sont très étroits afin de permettre le passage des portes et peuvent se régler en hauteur.
Le principe : la personne âgée le tient au niveau des poignées, elle s’appuie dessus pour avancer, s’arrête puis soulève le cadre de marche. Il est équipé de 4 pieds avec des patins antidérapants.
Le fait de soulever le cadre de marche entraine une fatigabilité. De fait, cette aide à la marche est  souvent utilisée sur de courtes distances et déconseillée aux personnes ayant des pathologies au niveau de l'épaule (arthrose).


Les déambulateurs  
Il existe deux types de déambulateurs (aussi appelés rollator) : le déambulateur 2 roues (pour une utilisation en intérieur principalement) et le déambulateur 4 roues. Contrairement au cadre de marche, la personne âgée n’a pas besoin de soulever le déambulateur lors des ses déplacements, ce qui réduit les efforts fournis.