Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

24 mai 2016
Equipement

Une vaisselle adaptée pour s’alimenter sans gène

Une vaisselle adaptée pour s’alimenter sans gène

Ni trop lourds, ni trop légers les verres, assiettes et autres couverts doivent être adaptés à l’état physique de chaque personne âgée pour l’aider à s’alimenter seule et ainsi contribuer à maintenir son autonomie.

 

S’alimenter est essentiel. Pour une personne en pleine possession de ses moyens c’est une évidence. Mais avec l’avancée en âge, la vaisselle et les ustensiles de cuisine peuvent se révéler inadaptés et la prise des repas devenir synonyme de difficultés. Car certains gestes anodins peuvent se révéler irréalisables pour une personne âgée. Pour préserver son autonomie et lui garantir qu’elle continuera à prendre du plaisir en mangeant, il convient donc de mettre à sa disposition des ustensiles à mêmes de lui permettre de se débrouiller seule… ou presque.


Les assiettes peuvent ainsi se transformer en un piège redoutable pour une personne dépendante. Elles peuvent, par exemple, glisser sur la table et ainsi être anormalement vidées de leur contenu. Il conviendra donc de les poser sur un tissu antidérapant pour faciliter la prise des repas de la personne âgée. Il est préférable également d'opter pour des assiettes ayant des rebords verticaux. La personne âgée pourra ainsi s’en servir de butée pour récupérer plus facilement les aliments. Pour éviter de changer toute sa vaisselle, il est toujours possible de choisir des rebords amovibles.


De même les verres doivent-ils être adaptés à l’état physique de la personne.  Pour éviter tous problèmes de déglutition ou risque de fausse-route, les verres à bec peuvent ainsi se révéler la solution idéale. Sinon, des verres en plastique à pied large, voire avec une ou deux anses, peuvent se révéler appropriés. Et pour ceux qui ne souhaiteraient pas changer de vaisselle, il est toujours possible d’opter pour des poignées porte-verres adaptables. Enfin, lorsque la personne âgée souffre de tremblements, l’utilisation de tasses un peu plus lourdes peut s’avérer plus pertinente.
Quant aux couverts, ils doivent impérativement être conformes à l’état physique de la personne âgée qui peut, par exemple, souffrir d’arthrose. Mais la grande variété de modèles permet à chacun de choisir le couteau, la fourchette et la cuillère idéale. Des couverts avec des manches épais et légers devraient ainsi convenir à des personnes âgées sans trop de force dans les mains. Et lorsque le manque de force se situe plutôt au niveau des bras, il conviendra alors d’opter pour des couverts courbés ou à angle droit, comme un couteau en L qui permettra d’utiliser toute la force du poignet. Un couteau fourchette enfin pourra se révéler très utile pour les personnes ne disposant que d’une seule main pour se nourrir. Et, cerise sur le gâteau, cet ustensile bénéficie en général d’une prise en charge au moins partielle par l’assurance maladie.
Pour choisir les bons ustensiles, l’idéal est de les tester. Et, autant que faire se peut hors de toute influence commerciale. Une visite dans un Centre d’Information et de Conseil sur les Aides Techniques en Déficience Sensorielle (CICAT) s’impose alors. Ces associations loi 1901 sans but lucratif ont en effet vocation à offrir toutes informations et conseils sur les moyens techniques de prévention et de compensation des situations de handicap. Elles proposent ainsi des solutions destinée à favoriser l’accessibilité de l’environnement et des aides techniques à la vie quotidienne. Les CICAT s’adressent donc aux personnes confrontées à des incapacités dont l’origine est une déficience motrice, sensorielle ou psychique quelle qu’en soit l’origine. Ils sont également destinés à apporter toute information ou éléments d’aide à la décision aux institutions en charge de la compensation et aux professionnels de la réadaptation ou de l’évaluation. Alors avant de vous décider, passez-y !