On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

16 mars 2018
Equipement

Comment financer l’achat d’une aide technique ?

Comment financer l’achat d’une aide technique ?

Les aides techniques permettent aux personnes âgées ou handicapées de continuer à réaliser les actes essentiels de la vie quotidienne. Plusieurs aides financières permettent de s'équiper.

 

Si les aides humaines (aidants familiaux ou aidants professionnels tels que les auxilaires de vie) permettent aux personnes handicapées ou aux personnes âgées en perte d'autonomie de pouvoir continuer à vivre à domicile, il existe différentes aides techniques qui facilitent aussi la vie au quotidien.

 

La norme internationale ISO 9999:2011 définit une aide technique comme :
« Tout produit, instrument, équipement ou système technique utilisé par une personne handicapée, fabriqué spécialement ou existant sur le marché, destiné à prévenir, compenser, soulager ou neutraliser la déficience, l’incapacité du handicap ».


Les aides techniques permettent ainsi conserver de l’autonomie à domicile et prévenir des risques d’accidents de la vie courante :
·    prendre soin de soi : baignoire adaptée, chausse-pied à long manche, coussin d’assise, etc. ;
·    se déplacer : canne, déambulateur, fauteuil roulant etc. ;
·    préparer et prendre les repas : dispositif pour aider à tourner le robinet, matériel pour découper adapté ou encore élévateurs de plan de travail et fauteuils adaptés etc. ;
·    travailler : lampes ou téléphones adaptés, logiciels, équipement informatique spécifique, déplacements vers le lieu de travail sans surcoût de transport ou en aménageant son véhicule, etc. ;
·    dormir : lits, fauteuils etc. ;
·    communiquer : aides auditives, téléphones adaptés pour les personnes sourdes ;
·    circuler dans son domicile en toute autonomie (rampe d’accès, monte escalier, sanitaires adaptés, etc.).

 

Le financement des aides techniques


La prise en charge par l’assurance maladie
Si votre médecin vous a prescrit des aides techniques et vous a délivré une ordonnance, vous devez voir les modalités de prise en charge avec l'assurance maladie.
La Liste des Produits et Prestations (LPP) définit un tarif maximal de remboursement.
Dans une même gamme de produit certains sont remboursés intégralement et d’autres partiellement
Une aide financière complémentaire peut être sollicitée, au titre de l’action sociale de l’organisme. Les critères d’attribution sont liés aux ressources, à la situation du demandeur.

 

Pour les personnes handicapées


La prestation de compensation du handicap (PCH), l’allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH) permettent une prise en charge financière partielle ou totale des aides techniques en complément des financements de l’assurance maladie.
Si ce n'est pas le cas, différentes aides peuvent contribuer au financement d'aides techniques selon votre situation :


Pour les personnes âgées


L'Allocation personnalisée d'autonomie (APA)

La prise en charge partielle par l'Allocation personnalisée d’autonomie (APA) de l'achat d'aides techniques est soumise à conditions.

Les Caisses de retraite

Elles peuvent également intervenir, au titre de leur politique d’action sociale facultative sous certaines conditions (ressources, coûts, situation de dépendance, …).
D’une manière générale, les demandes d’aide financière sont à réaliser avant l’achat du matériel. Le matériel déjà acquis ne peut faire l’objet d’aides financières.
Il est possible qu'un financement soit prévu par ces organismes, comme c'est le cas pour la CNAV (Caisse nationale de l'Assurance Vieillesse) ou la MSA (Mutuelle Sociale Agricole).

 

Les mutuelles

Selon les contrats souscrits, ils peuvent inclure des aides à l’acquisition de ce type de matériel. En général, il s’agit du matériel pris en charge par l’assurance maladie et prescrit par un médecin.

 

L’ANAH

Pour les aides techniques permettant l’accessibilité à l’étage (siège monte escalier, plate-forme élévatrice), l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH) peut attribuer, sous condition de ressources, une subvention jusqu’à 5600€ afin d’adapter le domicile au handicap pour la résidence principale et avec un engagement de rester au moins 6 ans dans le logement.