On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

18 janvier 2016
Equipement

Hypertension : bien choisir son appareil d’automesure

Hypertension : bien choisir son appareil d’automesure

L’auto-mesure de la tension artérielle consiste à mesurer soi-même sa tension artérielle à domicile. Conseils pour bien choisir son appareil.

La pratique de l’auto-mesure à domicile contribue à améliorer le contrôle des hypertendus en France. L’étude FLAHS réalisée par le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) en 2015 indique que 44% des hypertendus traités dispose d’un appareil d’auto-mesure pour la pression artérielle. La possession de tensiomètre par les hypertendus est en augmentation car elle était de 36% en 2010.

« 44% des hypertendus traités disposent d’un appareil d’auto-mesure et savent prendre correctement leur pression artérielle. Depuis 2002, nous observons une amélioration du contrôle tensionnel avec cette méthodologie. Elle est le meilleur moyen d’évaluer la pression artérielle d’un patient », explique le Pr Xavier Girerd, cardiologue au CHU de la Pitié-Salpêtrière (Paris) et trésorier du CFLHTA.

 

Bras ou poignet ?

 

Il existe deux types d’appareils d’automesure :

- L'appareil d'auto-mesure de la tension artérielle comprend un brassard à gonflage automatique relié à un boîtier électronique. Les médecins recommandent les appareils dont le brassard se place autour du bras : ils sont plus fiables et donnent des mesures plus précises que ceux avec un brassard au niveau du poignet.

Pour bien utiliser cet appareil, mettre les bras le long du corps, le brassard placé à la hauteur du coeur.

 

- Les tensiomètres positionnés sur le poignet sont plus faciles à utiliser, mais ils nécessitent une utilisation plus stricte. Les chiffres tensionnels obtenus peuvent être influencés par le degré de fléchissement du poignet et la position de la main par rapport au cœur. Mesurer sa tension en se croisant les bras est un bon moyen pour éviter les erreurs.

 

Comment choisir un appareil validé ?

 

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Société Française d'Hypertension Artérielle ont mis en place un contrôle des appareils d'automesure tensionnelle commercialisés en France. La liste des appareils validés et recommandés est disponible sur le site de l'ANSM . Cette liste est mise à jour régulièrement.

Ces appareils sont disponibles en pharmacie, en grande surface ou dans les catalogues de vente par correspondance. Ils ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie.

 

À qui demander conseil ?

 

Votre médecin et votre pharmacien vous conseilleront sur le choix de l’appareil et du brassard (la taille de celui-ci doit être adaptée à votre bras). Ils vous montreront comment vous servir de l’appareil (notamment comment positionner le brassard sur votre bras). Il est important de noter les valeurs de tension artérielle obtenues pour que votre médecin puisse interpréter les résultats.

 

La "règle des 3" pour bien mesurer sa tension artérielle

 

La règle des 3 vous aide à mesurer votre tension artérielle dans les meilleures conditions. Il s’agit d’effectuer la mesure :

    matin et soir,
    pendant 3 jours de suite,
    avec 3 mesures consécutives, en position assise, au calme, sans bouger ni parler.