Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté le 30 mai sa feuille de route pour les personnes âgées. L’objectif est double : améliorer dans l’immédiat la qualité de vie des personnes âgées; anticiper et faire face au défi de la perte d’autonomie.

Le gouvernement s’engage notamment à déployer un « plan global d’aide aux aidants » qui devrait comprendre les mesures suivantes : la mise à disposition d’une information exhaustive sur les dispositifs existants; le développement de solutions de répit adaptées aux besoins des aidants, y compris à domicile; le développement de l’accueil de jour et de l’hébergement temporaire pour les personnes âgées; l’amélioration des conditions de l’articulation entre vie professionnelle et soutien aux personnes âgées. 

La ministre a également annoncé le lancement, dans les prochaines semaines, d’un débat public et citoyen sur le modèle et le financement de la perte d’autonomie à l'horizon 2025-2030.
Une consultation citoyenne sera organisée aux niveaux national et territorial et permettra à chacun de s’exprimer et de contribuer.

Aujourd’hui, la France compte 1,5 million de personnes de 85 ans et plus. A l’horizon 2050, elles seront 4,8 millions. L’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie est donc l’affaire de tous !

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

25 mars 2016
Equipement

La téléassistance : comment ça marche ?

La téléassistance : comment ça marche ?

Plus de 470 000 personnes sont abonnées à un service de téléassistance. Un dispositif qui a fait ses preuves pour assurer le maintien à domicile en toute sécurité.

La téléassistance, appelée également téléalarme, s'adresse aux personnes âgées isolées, fragilisées ou aux personnes handicapées afin qu'elles puissent entrer en contact, en cas d'urgence, depuis leur domicile avec un service d'assistance à distance, disponible 24 heures sur 24 et 365 jours par an. L'installation de la téléassistance ne nécessite pas de travaux. Le dispositif comprend un boîtier fixe raccordé sur la prise téléphonique et un système de déclenchement sous forme de médaillon ou de bracelet-montre à porter sur soi. L'émetteur a une portée suffisante pour déclencher un appel à partir de toutes les pièces du domicile ou de son environnement immédiat (portée de 100 mètres autour du domicile).

Lors de la prise d'abonnement, l'usager du service indique les coordonnées des personnes formant son "réseau de solidarité". Il s'agit des membres de la famille, voisins, médecin qui pourront intervenir au domicile lors d'un appel d'urgence.

Un petit bip pour une grande aide

 

En cas d'angoisse, de malaise, de chute, d'accident ou d'agression, une simple pression sur le bouton du pendentif ou du bracelet-montre vous permet de contacter la centrale d'écoute. Alerté, le centre vous rappelle immédiatement sur votre téléphone pour s'enquérir des causes de l'appel. Si vous êtes dans l'impossibilité de répondre, le service d'assistance préviendra les membres de votre réseau de solidarité qui pourront se rendre rapidement à votre domicile. En cas de nécessité ou d'absence des personnes de votre réseau, les services d'urgence (SAMU, pompiers, gendarmerie) sont alertés.

Au-delà des cas d'urgence, la téléassistance vise à apporter une présence, un soutien psychoaffectif aux personnes âgées isolées. L'appel peut être l'occasion d'avoir un échange avec un téléopérateur pour passer le cap d'un sentiment de solitude, de tristesse ou pour avoir de la chaleur humaine et de l'écoute.

La téléassistance peut rendre de grands services aux personnes âgées ou handicapées et rassurer leurs aidants mais elle a peu de chances d'être utilisée si elle est imposée. Il est important de dialoguer avec la personne chez qui le dispositif pourrait être installé.

 

Même si le fonctionnement de la téléalarme reste simple, il est recommandé de bien expliquer le principe à la personne âgée afin qu'elle sache y avoir recours en cas de nécessité. Et ne pas hésiter à rappeler régulièrement comment et quand elle peut utiliser ce service.

Le dispositif de téléalarme classique n'est cependant pas adapté pour les personnes âgées atteintes par la maladie d'Alzheimer. Dans le cas d'une personne désorientée, il est peu probable qu'elle pense à actionner le bouton d'appel lors de situation d'urgence. A contrario, il peut y avoir des appels intempestifs auprès de la centrale d'assistance. Il existe néanmoins pour assurer la sécurité à domicile de ce public, des dispositifs de téléassistance équipés d'un détecteur de chutes et d'un système de géolocalisation.