L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

09 janvier 2017
Bons gestes

Une plateforme de formation à distance sur la maladie de Parkinson

Une plateforme de formation à distance sur la maladie de Parkinson

France Parkinson a mis en ligne une plateforme de formation à distance « formaparkinson » à destination des malades et de leurs proches, mais aussi des professionnels. Un module pédagogique "Comprendre la maladie de Parkinson" est déjà en ligne.

 

France Parkinson a mis en ligne une plateforme d’e-learning accessible depuis le site pour répondre aux besoins d’information et de formation à distance des malades, de leurs proches, et des professionnels. Ouverte à toute personne souhaitant s’informer et mieux connaître la maladie, la plateforme est accessible depuis formaparkinson.fr

 

Pédagogique, http://formaparkinson.fr/ donne accès à des vidéos, des infographies, des animations 2D et des quizz, validés par des professionnels de santé spécialisés dans la maladie de Parkinson", explique l'association France Parkinson.

La plateforme propose actuellement un module intitulé « comprendre la maladie de Parkinson ». Ce module est accessible à tous. Il est constitué de cours de 15 à 45 minutes sur :

 

- les caractéristiques de la maladie ;

- les symptômes : les signes avant-coureurs potentiels, ceux qui permettent de poser le diagnostic et tous ceux qui peuvent apparaître dès le début, mais aussi avec l’évolution de la maladie ;

- les traitements : les différents types de traitements qui existent pour une prise en charge optimale des symptômes et pour lutter contre la maladie de Parkinson. ;

- l’évolution de la maladie ;

- la recherche.

 

Les contenus ont été validés par des professionnels de santé spécialisés dans la maladie de Parkinson.

 

Deux autres modules seront mis en ligne au cours de l’année. L’un de ces modules sera plus particulièrement destiné aux professionnels du soin et de l’aide au quotidien à domicile ou en EHPAD. Ce module aura pour objectif d’apporter des conseils et recommandations pour adapter les pratiques aux spécificités de la maladie de Parkinson.

 

Cette plateforme a été co-financée par le Ministère des affaires sociales et de la santé, Direction générale de la santé (DGS), la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) et la Fondation Spoelberch.