L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

07 septembre 2017
Prise en charge

Aidants : le parcours du combattant pour s’informer

Aidants : le parcours du combattant pour s’informer

Aujourd’hui en France, 11 millions de personnes sont des proches aidants​. Démunis face à la complexité des démarches, à la multitude des organismes et par manque de temps, beaucoup passent à côté d’une aide précieuse, qu’elle soit administrative, matérielle ou financière…

Région, département, CCAS, CLIC, mutuelles, associations, caisses de retraite, etc… Les structures pouvant apporter un soutien matériel, financier ou humain aux aidants d’une personne en perte d’autonomie (handicapée ou âgée) sont nombreuses.
Mais les aidants sont très majoritaires à ne pas recourir aux aides mises à leur disposition. Le problème reste pour l'aidant de savoir que des aides existent, et où s'adresser : se repérer peut devenir un véritable parcours du combattant. Face à ce constat, la Journée Nationale des Aidants, le 06 octobre, vise à faciliter l'accès à l'information et à faire connaître les structures locales, qui jouent un rôle essentiel dans l'accompagnement des aidants.

Près de 6 aidants sur 10 ne savent pas où s’adresser pour bénéficier des aides auxquelles ils ont droit. Laurence, 50 ans, Paris, témoigne ​: «J'accompagne ma mère, âgée qui a des problèmes cardiaques et vit à Bordeaux. Lorsque ma mère a commencé à décliner, j'ai dû organiser sa vie à domicile, j'ai rencontré beaucoup de difficultés. Lorsque j'allais sur place le week-end, tout était fermé, la mairie, le conseil départemental. J'ai vraiment passé beaucoup de temps à obtenir des informations et surtout les bonnes informations ».


Et les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ils ne sont que 55 % à avoir contacté un organisme pour les aider. 37 % se débrouillent entièrement seuls. Et cependant 39% interviennent pour prendre en charge les démarches administratives de leurs proches.

« Les aidants ne font pas appel aux structures de proximité, soit parce qu’ils ne les connaissent pas, soit parce que les horaires d’ouverture ne correspondent pas à leurs besoins. Dans le cas de la perte d’autonomie, ils ne savent pas quoi et où chercher de l’aide, ils ignorent qu’il existe des accueils de jour, des centres de répit, etc… et pourtant l’information existe », explique Claudie Kulak, Présidente de l’Association Journée nationale des aidants.


Les aidants sont très demandeurs d’information pour se repérer et leurs attentes sont importantes.

79 % des sondés auraient aimé bénéficier d’au moins un accompagnement dès le démarrage de leur mission avec un état des lieux des aides nécessaires. 22% des aidants déplorent la complexité des démarches administratives (1). 69% jugent l’information dont ils disposent « insatisfaisante » (2).

 

Un site internet dédié à la Journée nationale des aidants

Le site http://www.lajourneedesaidants.fr/recensera quotidiennement les actions organisées sur toute la France par les différents acteurs impliqués dans l’aide aux aidants. Une boîte à outils Téléchargeable sur le site de l’association, elle est à disposition des organisateurs d’événements afin de leur faciliter l’organisation, la communication et la mobilisation autour de leur événement. Une ligne téléphonique à l’écoute des aidants Comment prendre un congé spécifique ? Quelles sont les démarches pour obtenir une allocation ? Existe-t-il des solutions de répit ?


Une ligne téléphonique dédiée aux aidants


Durant 4 jours, du 04 au 7 Octobre, de 11h à 20h, une ligne téléphonique dédiée aux aidants sera assurée par Ressources Mutuelles Assistance (RMA). Assistantes sociales, psychologues, conseillères en économie sociale et familiale seront à la disposition des aidants et de leur entourage pour répondre spécifiquement à leurs questions et les aider à trouver la structure locale la plus adaptée à leurs attentes. Pour obtenir aide, assistance et écoute, ils pourront appeler le : 09 69 39 74 70 (prix d’un appel local).

1 - Baromètre Aidants, réalisé par BVA pour la Fondation April. Sondage réalisé sur un échantillon de 2 008 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus et composé de 385 aidants et 1623 non-aidants. Mai 2016.
2 – Baromètre CARAC/Opnion Way – Enquête focus sur les aidants familiaux. Échantillon de 1 022 aidants âgés de 40 à 75 ans. Mars 2017