Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

21 septembre 2015
Prise en charge

Alzheimer : "Vivre le plus normalement possible"

Alzheimer : "Vivre le plus normalement possible"

La 22e édition de la Journée mondiale de la lutte contre la maladie d’Alzheimer a eu lieu le 21 septembre. En France, trois millions de personnes - malades et proches aidants -  sont directement concernées.

 

Quelles sont les difficultés et les attentes des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ? Pour la première fois, un sondage réalisé par France Alzheimer a donné la parole aux malades.  « Longtemps on a préjugé des capacités réduites de la personne malade, en préférant souvent s’adresser aux aidants ou à une tierce personne.

Le regard porté sur la personne malade a cependant évolué ces dernières années. La personne malade n’étant pas envisagée sous le seul angle de ses capacités perdues à cause de sa pathologie mais davantage sous celui de ses capacités préservées », souligne l’association.

Les personnes atteintes d'Alzheimer sont très majoritairement conscientes de leurs difficultés. 79 % des 1 400 malades interrogés ne peuvent plus réaliser seuls certains actes de la vie quotidienne  (se nourrir, s’habiller, conduire…), 54% ne peuvent pas se déplacer seules. Toutefois, elles ne sont que 22% à déclarer ne pas se sentir la même personne.
 
Contrairement aux idées reçues, les malades d’Alzheimer ont conscience des répercussions de la maladie sur leur entourage. Ainsi, deux sur trois n'en parlent pas, de peur de faire souffrir leur entourage ou d’être jugés.

Le regard lucide que portent les personnes malades sur leur perte progressive d'autonomie les amène à considérer leur aidant comme un maillon essentiel de leur quotidien. Des aidants qu’elles craignent d’ailleurs de trop solliciter. - See more at: http://www.francealzheimer.org/parole-qui-vaut-l%E2%80%99or/1358#sthash.x8wr2mui.dpuf

 

La recherche sur le médicament, les traitements, n'est pas primordial pour les personnes malades (seulement 4% trouve cela important). Au regard de ce sondage, c'est la qualité de la vie qui prime pour les personnes atteintes d'Alzheimer.

 75%  des personnes interrogées disent qu'elles sont bien accompagnées et entourées par leur famille. 52 % aspirent à faire des activités qu’elles aiment, 40% à vivre au jour le jour, 38% acceptent une aide pour le quotidien. "les personnes malades aspirent à vivre normalement chaque journée dans un environnement « ordinaire » tout en préservant le lien social qu’elles ont toujours connu à travers des activités de loisirs et les relations avec leurs proches", souligne France Alzheimer.

 

Des aidants en quête de reconnaissance

 

En France, environ les 2/3 des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer vivent  à domicile. D’où l’importance de l’entourage immédiat de la personne âgée dans la prise en charge de cette maladie.

Une étude réalisée par Opinion Way pour la 5e édition de l’Université éthique Alzheimer & maladies neurodégénératives qui s’est tenue les 14 et 15 septembre 2015 à Nantes, dresse un état des lieux complet des motivations et du vécu des aidants :

- l’aide des aidants à leurs proches est motivée pour 69 % par l’affection et l’amour qu’ils leur portent.  Des aidants qui freinent à faire appel à des soutiens extérieurs : 1/3 n’ont jamais recours à des aides professionnelles à la fois pour des raisons économiques mais aussi parce qu’ils s’estiment les plus aptes à remplir ces fonctions.

- 85 % d’entre eux estiment que leur rôle est très peu valorisé au sein de la société, les 3/4 d’entre eux seraient prêts à partager cette expertise via la rencontre et le partage avec d’autres aidants.

 

Selon la Fondation Médéric Alzheimer, l’aide informelle prodiguée par l'entourage du malade est, elle, estimée à 14 milliards d'euros par an, en moyenne : soins d'hygiène corporelle, aide à l'habillage, à la marche, au ménage, gestion du budget...