Accompagner un proche en perte d’autonomie (handicapé ou dépendant) peut avoir de lourdes conséquences sur la santé. Trouble du sommeil, fatigue, anxiété, douleurs articulaires, troubles musculo-squelettiques… la santé des aidants est mise à mal.  Sans oublier qu’un aidant sur deux déclare souffrir de stress et de surmenage. Plus inquiétant encore : un tiers des proches aidants meurent avant leur proche malade.

Dans ce contexte, la santé sera la thématique de la prochaine édition de la Journée nationale des aidants, le 6 octobre. La place des 11 millions d’aidants - dont 5 millions auprès d’une personne âgée dépendante - fera partie des thèmes de la grande concertation nationale sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes qui débute en octobre.  Par ailleurs, la ministre des Solidarités et de la Santé a inscrit dans sa feuille de route « Grand âge et autonomie », présentée en mai dernier, un plan national pour les aidants.

Avec le vieillissement de la population, l’explosion des maladies chroniques, le développement de la prise en charge en ambulatoire et de l’hospitalisation à domicile, le rôle des proches aidants sera de plus en plus important. D’où l’urgence de prendre en compte leur rôle, leur épuisement, leur droit au répit.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

08 janvier 2016
Prise en charge

CLIC, MDPH, SAAD, SSIAD, ESA… vers qui s’orienter ?

CLIC, MDPH, SAAD, SSIAD, ESA… vers qui s’orienter ?

Pour éviter le parcours du combattant et bien accompagner un proche en perte d’autonomie, mieux vaut comprendre le rôle des différents acteurs de la prise en charge à domicile.

 

Où s’informer ?

 

Les Centres locaux d’information et de coordination gérontologique (CLIC)

Mis en œuvre par les conseils généraux, les Centres locaux d’information et de coordination gérontologique (CLIC) sont des guichets d’accueil, de conseil et d’orientation des personnes âgées ou de leurs aidants, des professionnels et acteurs locaux intervenant auprès des personnes âgées.
Accès aux droits, aides et prestations, services de soutien à domicile, offres de soins, structures d’accueil… : l’équipe pluridisciplinaire du CLIC est chargée d’évaluer les besoins de la personne âgée, de l'informer sur ses droits, de l'orienter vers les structures compétentes et de l'accompagner dans l'instruction des dossiers.

 

Les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)


Les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) sont chargées de l’accueil et de l’accompagnement des personnes handicapées et de leurs proches. Il existe une MDPH dans chaque département, fonctionnant comme un guichet unique pour toutes les démarches liées aux diverses situations de handicap. La MDPH accompagne les personnes handicapées et leurs familles dès l'annonce du handicap et tout au long de son évolution.

 

 

Le portail national d'information des personnse âgées et des aidants

 

S'informer sur Internet...

 

www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr  : le portail national d’information et d’orientation destiné aux personnes âgées, baptisé  centralise un grand nombre d’informations sur les droits des seniors et de leurs aidants, les aides disponibles, les démarches ou encore les interlocuteurs à contacter.

 

... ou par téléphone

 

0 820 10 39 39 (0,15€ TTC la minute) :  une plateforme téléphonique d’information ouverte du lundi au vendredi, de 09h00 à 18h00 afin de répondre aux questions des usagers qui n’ont pas accès à Internet ou qui souhaitent un contact direct.

 


La prise en charge à domicile

 
Les Services d’aide et d'accompagnement à domicile (SAAD)


Les services d’aide et d'accompagnement à domicile (SAAD) assurent des prestations de services ménagers et d’aide à la personne pour les activités ordinaires et les actes essentiels de la vie quotidienne (aide à la toilette, aide à la prise des repas, courses...

 

En mode prestataire : le service d’aide à domicile est l’employeur de la personne qui intervient à votre domicile.
En mode mandataire : le service d’aide à domicile vous met en relation avec un intervenant à domicile et s’occupe pour vous des formalités administratives (salaires, déclarations
sociales…). Mais vous êtes l’employeur légal de l’intervenant.
Le gré à gré : vous pouvez aussi employer directement une personne qui interviendra à votre domicile et gérer vous-même toutes les formalités liées à son emploi.


Les Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)


Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) interviennent au domicile des personnes âgées, des personnes en situation de handicap et des personnes de moins de 60 ans atteintes de pathologies chroniques ou présentant certains types d’affection
sur prescription médicale, le SSIAD effectue les soins infirmiers et d’hygiène générale, l’aide à l’accomplissement des actes essentiels de la vie : une surveillance médicale (poids, poul, hydratation...), des gestes infirmiers (piqûres, pansements, perfusions...)

 

Les Equipes spécialisées Alzheimer (ESA)


Les équipes Spécialisées Alzheimer (ESA) interviennent à domicile auprès des personnes présentant une maladie d’Alzheimer ou apparentée, aux stades léger à modéré. Ces équipes réalisent sur prescription médicale 12 à 15 séances de soins de réhabilitation et d’accompagnement
Objectifs : réduire les symptômes et l’avancée e la maladie, maintenir ou développer les capacités sensorielles, motrices et cognitives de la personne âgée, afin de permettre leur maintien à domicile. Spécialement formée à la maladie d’Alzheimer, l'équipe est constituée d'une infirmière coordinatrice, d'ergothérapeutes et/ou de psychomotricien(ne), d'assistants de soins en gérontologie (aides soignants ou aides médico-psychologiques).

L'Hospitalisation à domicile (HAD)


L'hospitalisation à domicile (HAD) s’adresse à des personnes dont la situation ne nécessite plus d’hospitalisation. Ce dispositif permet d’assurer la prise en charge globale et continue du patient chez lui, et d’effectuer les soins techniques hospitaliers ou d’accompagnement dont il a besoin : pansements complexes, perfusions veineuses, soins de sonde, traitement de la douleur, soins palliatifs. L'admission en hospitalisation à domicile se fait à la demande du médecin.