Pour les personnes âgées comme pour leurs proches aidants, la saison estivale est bien souvent une période qui appelle à de nombreuses vigilances. C’est tout particulièrement vrai quand la France est touchée par un épisode caniculaire comme c’est le cas depuis le 24 juin. Les températures devraient osciller sur la plupart des régions entre 35 °C à 39 °C pendant toute la semaine.
Avec le réchauffement climatique, ces épisodes caniculaires seront de plus en plus nombreux et de plus en plus intenses. Depuis la canicule de 2003 et ses 15.000 décès entre le 1er et 20 août, majoritairement chez les personnes âgées, la France a adopté le Plan national canicule, un dispositif de prévention efficace. Mais il n’est pas superflu de rappeler, comme le fait Domimag, les mesures de précaution à prendre pour protéger les personnes âgées lors des fortes chaleurs.
Redoublons de vigilance surtout avec les personnes âgées isolées ! Celles qui le sont tout au long de l’année tout comme celles qui le seront durant les mois de juillet et d’août, avec le départ en vacances de leurs proches. Repérer, prévenir, conseiller, sensibiliser : quand les températures grimpent, les professionnels de l’aide à domicile jouent alors un rôle clé auprès des seniors les plus fragiles.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

14 juin 2019
Prise en charge

Comment rester bientraitant avec votre proche ?

Comment rester bientraitant avec votre proche ?

La Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées a lieu le 14 juin. Près de 77 % des maltraitances sur des seniors ont lieu au sein même du cercle familial. Et les personnes risquant d’avoir des comportements maltraitants sont souvent celles qui s’occupent le plus des personnes dépendantes.

 

 

Quels signes d'alerte ?

Plusieurs signaux peuvent indiquer qu'une personne est victime de maltraitance même si la liste n'est pas exhaustive...

La personne :

Apparaît effrayée, méfiante ;
Présente des symptômes de dépression, insomnie, perte d'appétit, perte d'intérêt, pleurs...
Requiert la permission d'un tiers pour répondre à des questions ;
À l'air calme à l'excès ;
Dit qu'on lui doit ou qu'il lui manque de l'argent ;
Dit qu'on la maltraite.

 

Quel est le profil des potentielles victimes de maltraitance ?

Statistiquement, on sait que la majorité des maltraitances se déroulent au domicile des personnes âgées. Les victimes sont souvent seules, isolées de leurs amis et famille, en perte d'autonomie et dépendent d'une même personne depuis longtemps pour de l'aide au quotidien ou pour leur situation financière.

 

 

Il existe différentes formes de maltraitance aux personnes âgées :


- Les maltraitances psychologiques : menaces de rejet, de privations de visites, d’humiliations, d’infantilisation.
- Les violences verbales : insultes, menaces, grossièretés…
- Les maltraitances physiques : brutalités, coups,  gifles, violences sexuelles…
- Les maltraitances financières : spoliation d’argent, de biens immobiliers et mobiliers…
- Les maltraitances médicamenteuses : non respect des doses prescrites.
- Les maltraitances civiques : atteintes au droit des personnes.

 

Mais la maltraitance n’est pas toujours intentionnelle.


Confrontés à des situations difficiles, à l’épuisement, à l’isolement, à l’incompréhension de la maladie (Alzheimer par exemple), les aidants familiaux peuvent faire preuve lors de l’accompagnement d'une personne en perte d’autonomie, d’agressivité et de perte de patience. « En raison de méconnaissances théoriques et pratiques, la réponse apportée est parfois inadaptée. Une bonne intention peut être perçue comme une violence par la personne aidée », rappelle l’association HABEO destinée à la lutte contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés.


Pour bien aider une personne en perte d'autonomie, il faut aussi savoir prendre du temps pour soi, lâcher prise, s’accorder des moments de répit ou discuter avec d’autres aidants. En somme, bien se traiter, pour bien traiter. 


L’association ALMA France (Allô maltraitance des personnes âgées et/ou handicapées) apporte une écoute et des conseils à toute personne témoin, victime ou même auteure de maltraitance sur une personne âgée ou handicapée.


Un numéro national d’appel 3977 est destiné


·    aux personnes âgées et aux personnes handicapées, victimes de maltraitances ;
·    aux témoins de situations de maltraitance, entourage privé et professionnel ;
·    aux personnes prenant soin d’une personne âgée ou handicapée et ayant des difficultés dans l’aide apportée.
Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 19 h (coût d’un appel local depuis une ligne fixe)


Face à une relation d'aide qui peut être difficile, contacter le 3977 permet :
·    De trouver une écoute sans jugement
·    De trouver une écoute compréhensive
·    D'avoir un autre regard sur la situation : par leur recul et leurs connaissances, les écoutants peuvent apporter des pistes d'action et de réflexion pour améliorer une situation d'accompagnement à domicile d'une personne en perte d'autonomie.