L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

06 octobre 2015
Prise en charge

"La DMLA et Moi", une campagne pour les aidants

"La DMLA et Moi", une campagne pour les aidants

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) entraîne une perte d’autonomie importante. Au quotidien, le rôle des aidants est alors indispensable auprès des personnes âgées atteintes de cette maladie.

 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie de la rétine, associée au vieillissement, qui détruit progressivement la vision centrale. C’est la principale cause de cécité chez les personnes âgées

 

En France, 608 413 cas de DMLA sont estimés sur une population de plus de 21 millions de personnes âgées d’au moins 50 ans.

 

La perte d’autonomie engendrée par la DMLA étant importante, le rôle des aidants devient indispensable pour l’accomplissement de différentes tâches au quotidien (toilette, soins, démarches administratives, soutien psychologique, déplacements…).


« La plupart des malades gardent une autonomie pour se déplacer, rester chez eux, mais perdent leur capacité à voir les détails pour la lecture, l’écriture et la conduite » explique le Professeur Eric Souied, Chef du service d’ophtalmologie à l’hôpital intercommunal de  Créteil et Professeur à la faculté de médecine Paris XII/
La population touchée par la DMLA, d’une moyenne d’âge de 82 ans selon le Professeur Eric Souied, est souvent très dépendante de son environnement.


« Le rôle des proches s’avère donc primordial. En effet, le principal facteur limitant pour que les patients bénéficient de ces traitements se trouve dans leur capacité à se déplacer,
à aller chez l’ophtalmologiste, pour pouvoir se soigner ».

 

Dans l’étude EQUADE, plus de la moitié des patients de la population analysée (59,3%) avait recours à une aide ou un service, rémunéré ou non. Pourtant, les services d’aide et d’accompagnement à domicile ne sont pas systématiquement utilisés.


« L’enjeu de  l’Association Française des Aidants est de faire connaître et de faciliter les démarches pour être aidé. Par exemple, certains soins ne sont pas du ressort de l’aidant, la contribution des professionnels s’avère donc essentielle. Il faut permettre à la relation initiale (filiale, maritale…) de perdurer », selon Florence Leduc, Présidente de l’Association Française des Aidants.

Bayer HealthCare et les associations DMLA et Retina France lancent une nouvelle campagne d'information grand public. Elle apporte des conseils et des solutions concrètes pour pallier certains symptômes de la DMLA dans le but d’améliorer le quotidien des patients et de leurs proches. " La DMLA est une maladie chronique, qui nécessite des visites régulières chez l’ophtalmologiste. Elle affecte la vue des patients mais aussi le rythme de vie de leurs proches. Aujourd’hui, des solutions existent », explique le slogan de la campagne.


Pour en savoir plus, consulter le site nformatif et pédagogique,  www.ladmlaetmoi.fr . L’internaute y vit une expérience immersive, à travers les yeux d’une patiente, dénommée Jeanne, en découvrant son quotidien avant, pendant et après le diagnostic, ses réactions face à la DMLA et sa capacité à s’adapter dans la vie de tous les jours

 

Une brochure destinée aux patients est diffusée dans les cabinets médicaux des ophtalmologistes.