L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

09 février 2018
Prise en charge

Les directives anticipées : le droit de décider soi-même

Les directives anticipées : le droit de décider soi-même

La loi française donne le droit de rédiger ses volontés en vue de la gestion médicale de la fin de vie, à travers des "directives anticipées". D’après un sondage présenté le 6 février au ministère des Solidarités et de la Santé, 58% des personnes interrogées ne connaissaient pas les directives anticipées. Pour les autres, seuls 11% en ont déjà rédigées. 32% envisagent de le faire et 51% ne l’envisagent pas. Explications.

 

Vos directives anticipées expriment vos volontés concernant la poursuite, la limitation, l'arrêt ou le refus de traitements et de gestes médicaux destinés à vous traiter ou à faire un diagnostic avant traitement. Ce document permettra, le moment venu, aux médecins de prendre leurs décisions médicales en tenant compte vos souhaits si vous n'êtes plus en capacité de les exprimer.

On estime à seulement 2% la part de la population qui les ont déjà écrites. Pourtant, la possibilité d'écrire des directives anticipées existe depuis 2005.
La loi Claeys-Leonetti créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie (de février 2016) a apporté des changements. Cette loi rend les directives anticipées « contraignantes ».

En clair, cela signifie qu'elles s'imposent au médecin pour toute décision d'investigation, d'intervention ou de traitement. Sauf en cas d'urgence vitale pendant le temps nécessaire à une évaluation complète de la situation et lorsque les directives anticipées apparaissent manifestement inappropriées ou non conformes à la situation médicale.

 

Quand les rédiger ?

 

Vous pouvez les rédiger à n'importe quel moment de votre vie, que vous soyez en bonne santé, malade, porteur d'un handicap.
Certains évènements peuvent être l'occasion d'y réfléchir (la mort d'un proche, une maladie ou son aggravation, un changement dans vos conditions d'existence, une situation vous exposant à un risque d'accident, etc.)

Elles peuvent être l'occasion et le fruit d'un dialogue que vous aurez pu créer avec vos proches.
Elles pourront les soulager en leur épargnant la difficulté et parfois le sentiment de culpabilité de participer à des décisions dont ils n'ont pas à assumer la responsabilité.
Elles peuvent être l'occasion de désigner votre personne de confiance.

Elles sont valables sans limite de temps. Ces mêmes directives anticipées peuvent être, à tout moment, soit modifiées totalement ou partiellement, soit révoquées : dans ce cas il est préférable de le faire par écrit.

A noter : tant que vous serez capable d'exprimer vous-même votre volonté, vos directives anticipées ne seront pas consultées.

 

Quid des personnes sous tutelle ?

 

Une personne majeure sous tutelle peut rédiger des directives anticipées « avec l'autorisation du juge ou du conseil de famille s'il a été constitué ». En présence de plusieurs écrits répondant aux conditions de validité ce sera « le document le plus récent » qui l'emportera. »

 

Quid des personnes ne pouvant les écrire seule ?

 

Lorsqu'une personne ne peut pas écrire et signer elle-même ses souhaits, elle peut faire appel à deux témoins qui attesteront que le document exprime bien sa volonté libre et éclairée. Ces témoins doivent indiquer leur nom et qualité et leur attestation est jointe aux directives.

Où conserver vos directives anticipées ?

Les directives anticipées peuvent donc être confiées à son médecin traitant (ou toute autre médecin de ville). En cas d'hospitalisation ou d'admission dans une structure médico-sociale, elles peuvent être inscrites dans le dossier médical de l'établissement.
Quand vous avez rédigé vos directives anticipées, vous disposez d'un document de réflexion sur votre fin de vie qui constitue un support de dialogue, voire de débat, avec ceux que vous aimez. Le dialogue ne sera pas toujours facile, mais il devrait renforcer la solidarité dans votre famille et entre vos proches.

Une campagne d'information sera lancée, à la fin de l'année, sous l'égide du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie. L'objectif : mieux faire connaître du grand public et des professionnels de santé la possibilité d'écrire ses directives anticipées.

 

Autre droit : la désignation d'une personne de confiance

 

« Toute personne majeure peut désigner une personne de confiance qui peut être un parent, un proche ou le médecin traitant et qui sera consultée au cas où elle-même serait hors d'état d'exprimer sa volonté et de recevoir l'information nécessaire à cette fin. Elle rend compte de la volonté de la personne. Son témoignage prévaut sur tout autre témoignage. Cette désignation est faite par écrit et cosignée par la personne désignée. Elle est révisable et révocable à tout moment. »