175 propositions pour réformer la politique du grand âge et l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie à domicile comme en établissement. Dominique Libault, président du Haut Conseil du financement de la protection sociale et pilote de la concertation « Grand âge et autonomie », a remis son rapport, le 28 mars, à la ministre des Solidarités et de la Santé.
Quatre ans après la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV), ce rapport devrait servir de base à l’élaboration de la future loi « Grand âge et autonomie ». Un projet de loi attendu pour l’automne.
« Nous finaliserons pour cet automne une stratégie », a affirmé, lors d’une conférence de presse le 25 avril, le président de la République. Emmanuel Macron a par ailleurs affiché sa volonté d'une meilleure reconnaissance des aidants familiaux, pour les « millions de citoyens qui sont là comme oubliés, ce sont celles et ceux qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s'occuper d'un enfant en situation de handicap, d'un proche, d'une personne de la famille devenue dépendante ».
Comment améliorer la prise en charge de nos aînés ? Comment résoudre la problématique du financement de la dépendance ? Comment répondre à la volonté de 85% de Français de vieillir à domicile ? Il va falloir désormais construire une loi à la hauteur de ces défis.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

10 février 2017
Prise en charge

Participez à une enquête sur les maladies neurodégénératives

Participez à une enquête sur les maladies neurodégénératives

A la demande de la Direction générale de la Santé, l'Institut d'enquêtes Ipsos vient de lancer une vaste étude informative sur les maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer ou maladie apparentée, maladie de Parkinson, sclérose en plaques). Objectif : identifier les besoins en matière d’information et de soutien après l’annonce du diagnostic.

 


Sous l'égide du Ministère des Affaires sociales et de la Santé, l’institut d’études Ipsos mène une enquête auprès des personnes atteintes de maladies neurodégénératives et diagnostiquées depuis moins de cinq ans.


Qui est concerné ?


Toutes les personnes ayant été diagnostiquées il y a moins de cinq ans (diagnostic fait à partir de 2012) comme étant atteintes d'une maladie neurodégénérative (maladie d’Alzheimer ou maladie apparentée, maladie de Parkinson, sclérose en plaques) sont invitées à y participer. Le but de cette vaste enquête est de connaître l'avis des personnes concernées sur leur diagnostic et leur prise en charge médicale, « afin d’identifier les besoins en matière d’information et de soutien après l’annonce du diagnostic. »


Objectif de cette étude : identifier les besoins en matière d’information et de soutien après l’annonce du diagnostic.


Quels sont les points de l’enquête ?

 

Les questions portent essentiellement sur la façon dont chacun a individuellement vécu la prise de connaissance de leur maladie, les conditions de l’annonce du diagnostic, et la façon dont la prise en charge (explications, informations, coordonnées de solutions locales, d'associations), le suivi réalisé, par qui...
L'étude vise à mieux comprendre les besoins d'information, de supports, de prises en considération des personnes malades et de leurs proches aidants.

 

Le questionnaire dure entre 10 et 15 minutes. Pour faciliter le remplissage du questionnaire, les personnes malades peuvent se faire aider par un proche. Toutes les réponses seront traitées de façon strictement anonyme et n'auront qu'un usage statistique.

 

Accédez au questionnaire de l'enquête grâce au lien suivant : 


http://surveys.ipsosinteractive.com/mrIWeb/mrIWeb.dll?I.Project=S2011533&i.test=0&i.user9=4