Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

03 juillet 2018
Solutions de répit

Partir en vacances sereinement avec un proche dépendant

Partir en vacances sereinement avec un proche dépendant

Partir en vacances lorsque l'on s'occupe d'un proche dépendant, c'est possible ! Des solutions existent pour permettre aux aidants de s'accorder une parenthèse avec la personne aidée.

 

Nombreuses sont les personnes qui s'occupent d'un proche âgé et dépendant, et ne s'autorisent pas à penser aux vacances. Elles ont des difficultés à se séparer de la personne accompagnée au quotidien, culpabilisent à utiliser les solutions d'hébergement temporaire ou l'accueil familial, le temps de leurs vacances. Il est donc possible de partir en vacances avec la personne âgée dépendante.

 

Villages de vacances

 

L'association Vacances Répit Familles créée par PRO BTP en partenariat avec l'Association Française contre les Myopathies, propose des villages de vacances pour les personnes dépendantes et leur entourage. Il en existe trois en France : La Salamandre à Saint-Georges-sur-Loire (49), Les Cizes à Saint Lupicin (39) et Touraine à Fondettes (37). Cette dernière est exclusivement réservée aux personnes âgées et leur famille : Le VRF Touraine est réservé aux personnes âgées nécessitant un accompagnement médico-social et leurs aidants familiaux dans un même lieu. L'accompagnant est déchargé de ses contraintes pour souffler. Il se repose en toute sérénité alors même que l'accueil temporaire prend en charge la personne accompagnée dans la structure médico-sociale intégrée au village de vacances. L'aidant peut profiter d'un programme d'information et de formation au sein de l'établissement pour être soutenu. Ce "village répit" compte 42 chambres pour 26 duos au maximum. L'aidant et l'aidé dorment, au choix, en chambres séparées ou nonPour en savoir plus sur les villages répit familles, consultez le site internet www.vrf.fr.
La première année, dans le cadre d'une aide concertée, les caisses de retraite complémentaire peuvent prendre en charge 75% à 85% du séjour, dans la limite de 2 semaines. La deuxième année, le reste à charge pour les familles est double.

 

Les séjours "Seniors en Vacances"

 

L'Association Nationale des chèques vacances (ANVC) organise des séjours seniors dans des lieux adaptés aux différents handicaps (à la mer ou à la montagne) et à prix bas. Pour connaître les tarifs et les aides, consultez le site internet de l'ANCV.

L'ANCV propose également des séjours spécifiques aidants-aidés.

 

Les séjours France Alzheimer

 

France Alzheimer propose chaque année, d'avril à octobre des séjours de vacances répit Alzheimer, dans différentes régions touristiques en France. Plusieurs formules sont proposées : séjour Répit, séjour Détente, Séjour Jeunes malades (pour les moins de 65 ans), séjour Aidant isolé - destiné aux personnes qui se retrouvent seules à la suite du décès ou de l'entrée en institution de leur conjoint Alzheimer- et enfin de courts séjours, le temps d'un week-end. Les objectifs principaux de ces séjours sont de rompre l'isolement, de favoriser la création de liens entre les personnes touchées par la maladie et leurs proches. Ces séjours ne sont pas médicalisés, ils ont la volonté de créer une parenthèse dans le quotidien du malade et de son aidant principal. Dans les séjours de répit, une animation auprès des personnes malades est assurée par une équipe pluridisciplinaire (géronto-psychologue, infirmière, ergothérapeute) alors que les aidants bénéficient d'activités de loisirs mais aussi de conseils pour développer leurs compétences dans l'accompagnement du malade. Après un examen complet du besoin d'aides et de soins de votre proche ainsi que de ses aptitudes à vivre en groupe dans un lieu nouveau, les deux médecins experts émettront un avis favorable, ou défavorable à votre demande d'inscription. Le coût des séjours, selon les revenus, va de 200 € à 1700 € par semaine pour 2 personnes.
La Fondation UTB sous l'égide de la Fondation des Petits frères des pauvres organise des séjours de répit en Sologne pour les malades jeunes (âgés de moins de 65 ans) atteints de la maladie d'Alzheimer et leurs aidants.

 

France Parkinson : thermalisme et répit

 

L'association encadre un séjour aidant-aidé par an. Elle a également créé un partenariat avec trois stations thermales (Ussat-les-Bains, Lamalou-les-Bains, Néris-les-Bains) pour que le malade bénéficie d'une cure adaptée pendant que l'aidant profite de soins relaxants. A Lamalou, il existe des groupes de parole. Ces cures de 3 semaines sont prises en charge par la Sécurité sociale, des surcoûts sont à prévoir pour le malade et l'accompagnant.

Les séjours de la MSA

La Mutualité sociale agricole (MSA) et son association nationale de villages de vacances (AVMA) organisent des séjours aidants-aidés ou de séjours répits pour les aidants seuls. Les aidants ont à leur disposition un programme d'activités touristiques et physiques, un choix d'activités partagées avec la personne accompagnée, un groupe de parole animé par un psychologue. Les aidés peuvent profiter d'un accompagnement dans tous les actes de la vie quotidienne et d'une stimulation à l'autonomie, d'activités et animations sur le site et à l'extérieur : ateliers ludiques et interactifs, ballades et activités physiques...
Six villages AVMA proposent des séjours aidants-aidés, mais également des séjours pour les aidants uniquement : Cabourg (14) ,Moëlan-sur-Mer (29), Cauterets (65), Le Croisic (44), Noirmoutier (85), Ramonchamp (88). Pour plus d'informations, contactez votre caisse MSA.