Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

13 juillet 2015
Solutions de répit

Qu'est-ce que l'hébergement temporaire ?

Qu'est-ce que l'hébergement temporaire ?

D’une durée de quelques jours ou de quelques semaines, l’accueil temporaire en établissement d’une personne âgée permet de soulager momentanément les aidants.

L'accueil temporaire permet à une personne en situation de handicap ou âgée et en perte d'autonomie de bénéficier d'un service ou d'un établissement sur une ou plusieurs semaines, ponctuellement ou régulièrement dans l'année. Cet accueil temporaire peut être proposé par des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), des Petites Unités de Vie ou des structures spécialisées à ce type d’accueil.


Cette solution d’hébergement s’adresse :
- aux personnes âgées qui souhaitent être sécurisées pendant des périodes sensibles (l’hiver par exemple),
- aux personnes âgées ne peuvent rester ponctuellement à leur domicile en raison de travaux d’aménagement
- aux personnes âgées qui ont besoin d’une réadaptation à une vie plus autonome en sortie d’hospitalisation avant de regagner leur domicile,
- aux personnes âgées dont les aidants sont momentanément indisponibles (hospitalisation, congés).
- aux personnes âgées qui souhaitent se familiariser avec une maison de retraite et voir si elle lui convient ou non avant de s’y installer définitivement.

 

L'accueil ne doit pas excéder 90 jours par an de date à date. Ces jours peuvent être utilisés d'affilé ou en plusieurs séjours, dans le même établissement ou dans des différents. C'est donc un accueil qui peut être organisé une fois dans l'année ou de manière régulière et représenter une réponse ponctuelle à un besoin de disponibilité, de repos, de soins  de l'aidant, ou offrir à la personne âgée une vie en alternance entre le domicile et un établissement qui devient pour elle progressivement familier.


Comment ça coûte ? 


Les frais d’hébergement temporaire (hébergement et restauration) sont à la charge de la personne âgée. Le tarif global à la journée est très variable d’un établissement à l’autre, selon qu’il est public ou privé. Le prix médian s’établit entre 50 et 80€ par jour. 


Dans le cadre de l'Aide personnalisée à l’autonomie (APA) à domicile, le résident peut bénéficier d’une participation financière. L’aide sociale à l’hébergement peut être sollicitée sous condition de satisfaire auxcritères d’attribution.


Certaines caisses de retraite participent, en fonction des ressources de la personne, à la prise en charge sur une durée maximale d’un mois par an.


Certaines mutuelles interviennent sur le reste à charge en hébergement temporaire dans le cadre de leur action sociale extralégale.


Comment trouver une place ?

 

Informez-vous sur les structures proposant des places en hébergement temporaire auprès du Centre local d’information et de coordination (CLIC) de votre commune.
Le site internet du Groupe de réflexion et réseau pour l'accueil temporaire des personnes en situation de handicap (Grath) dispose d'un moteur de recherche qui permet d’entrer plusieurs critères pour affiner la demande. Il affiche les structures existantes dans le département souhaité et le nombre de places ouvertes à l’hébergement temporaire. Il reste ensuite à appeler les structures pour vérifier les disponibilités aux dates souhaitées.

Le délai d’attente avant la confirmation d’une réservation de place est encore long dans la plupart de ces établissements.

Pour trouver une place d'hébergement temporaire, DOMIDOM vous recommande son partenaire ORPEA. Contactez Orpea Infos Services au 01 40 78 15 15 du lundi au vendredi de 9 h à 18 h.