Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

22 novembre 2018
Prévention

4 seniors sur 10 porteraient des lunettes inadaptées à leur vue

4 seniors sur 10 porteraient des lunettes inadaptées à leur vue

Près de 40 % des personnes âgées de 78 ans et plus ne portent pas de lunettes adaptées à leur vue, d'après une étude menée par des chercheurs français (Inserm, université de Bordeaux et Sorbonne).

 

Des chercheurs de l'Inserm, de l'Université de Bordeaux et de Sorbonne Université ont publié une étude qui montre, dans une population de personnes âgées, que près de 40 % ont un trouble visuel (tel que la myopie, l'hypermétropie ou l'astigmatisme) mal corrigé et pourraient donc avoir une vue améliorée par le port de lunettes mieux adaptées.

Les troubles visuels sont fréquents dans la population âgée et associés à des conséquences délétères sur la santé, notamment sur la qualité de vie et la dépendance dans les activités de la vie quotidienne. La myopie, l'hypermétropie ou l'astigmatisme représentent encore des causes importantes de troubles visuels alors qu'ils sont corrigeables par le port de lunettes bien adaptées à la vue.


A partir des données de la cohorte Alienor ayant évalué plus de 700 personnes âgées de 78 ans et plus, des chercheurs de l'Inserm, de l'Université de Bordeaux et de Sorbonne Université se sont intéressés aux troubles visuels liés aux erreurs de réfractions (telles que la myopie, l'hypermétropie ou l'astigmatisme) mal ou non corrigés par des lunettes ou des lentilles de vue adaptées.


Dans cette étude, les chercheurs ont montré que près de 40 % des personnes âgées de 78 ans et plus ne portent pas de lunettes adaptées à leur vue.
« Les raisons sont multiples explique Catherine Helmer, chercheuse Inserm en charge de l'étude, elles peuvent être liées à un fatalisme laissant penser qu'il est normal que la vue décline avec l'âge ou encore à des raisons financières persistantes malgré les aides existantes. »


De plus, le port de lunettes non adaptées est estimé à près de 50 % chez les personnes examinées dans leur lieu de vie (parce qu'elles n'ont pas souhaité ou pas pu se déplacer au centre hospitalier) et elle est de 35 % chez les personnes avec des pathologies oculaires liées à l'âge (dégénérescence maculaire liée à l'âge, glaucome...).


« Au-delà du nombre important de troubles visuels mal corrigés dans l'ensemble de la population étudiée, la part encore plus élevée de mauvaise correction chez les personnes examinées dans leur lieu de vie devrait inciter à la mise en place d'actions de prévention les ciblant spécifiquement. De plus, le fait de retrouver un nombre important de troubles visuels mal corrigés également chez des personnes présentant des pathologies oculaires – et qui sont le plus souvent suivies pour ces pathologies souligne la nécessité d'être attentif à ces corrections inadaptées. » conclut Catherine Helmer.


Après 60 ans, il est conseillé de consulter son ophtalmologiste chaque année pour vérifier l'évolution de sa vue et dépister précocement les maladies oculaires qui tendent à se développer sans qu'on les voie venir ou presque.