175 propositions pour réformer la politique du grand âge et l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie à domicile comme en établissement. Dominique Libault, président du Haut Conseil du financement de la protection sociale et pilote de la concertation « Grand âge et autonomie », a remis son rapport, le 28 mars, à la ministre des Solidarités et de la Santé.
Quatre ans après la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV), ce rapport devrait servir de base à l’élaboration de la future loi « Grand âge et autonomie ». Un projet de loi attendu pour l’automne.
« Nous finaliserons pour cet automne une stratégie », a affirmé, lors d’une conférence de presse le 25 avril, le président de la République. Emmanuel Macron a par ailleurs affiché sa volonté d'une meilleure reconnaissance des aidants familiaux, pour les « millions de citoyens qui sont là comme oubliés, ce sont celles et ceux qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s'occuper d'un enfant en situation de handicap, d'un proche, d'une personne de la famille devenue dépendante ».
Comment améliorer la prise en charge de nos aînés ? Comment résoudre la problématique du financement de la dépendance ? Comment répondre à la volonté de 85% de Français de vieillir à domicile ? Il va falloir désormais construire une loi à la hauteur de ces défis.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

16 mai 2019
Prévention

Adoptez un chien ! C’est bon pour le cœur

Adoptez un chien ! C’est bon pour le cœur

À l'occasion des Portes Ouvertes de la SPA, la Fédération Française de Cardiologie lance une campagne #OhMyDog pour aider les séniors à prendre soin de leur cœur. Et pour ce faire, quoi de mieux que d'adopter un chien !

 

Vous voulez réduire de vos risques de mortalité cardio-vasculaire ? Adopter un chien ! La Fédération française de Cardiologie (FFC) et la SPA lancent conjointement la campagne #OhMyDog du 12 mai au 4 juin pour promouvoir l'adoption d'animaux, tout en sensibilisant les personnes âgées aux risques cardio-vasculaires.


Une récente étude a confirmé le fait que de posséder un animal de compagnie permet de réduire jusqu'à 36 % les risques de mortalité cardio-vasculaire en particulier chez les personnes vivant seules. Promener son chien au quotidien est en effet une bonne façon d'inciter les seniors à pratiquer une activité physique régulière. Par ailleurs, les sorties quotidiennes qui permettent ainsi d'entretenir le lien social et d'éviter l'isolement.

On le sait, bouger au quotidien et éviter l'isolement social permettent aux séniors, en particulier, de lutter contre la survenue de troubles cardio-vasculaires. Alors que l'espérance de vie se situe aujourd'hui en France à 85,3 ans pour les femmes et 79,4 ans1 pour les hommes, les femmes ne vivent en moyenne que 64,1 années en bonne santé contre 62,7 ans pour les hommes2. La cause ? En grande partie, une trop grande sédentarité.


Chez un sénior, toutes les capacités de l'organisme diminuent et peuvent impacter le fonctionnement d'organes essentiels tels que le cœur. Pour contrer ces effets de l'âge, il est nécessaire d'entraîner de façon régulière le muscle cardiaque et la capacité respiratoire. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande d'ailleurs aux moins de 65 ans de bouger 30 mn par jour, une recommandation qui passe à 1 h quotidienne au-delà. Or, la pratique d'une activité physique régulière n'implique pas nécessairement le fait de rejoindre un club de sport, mais est définie comme tout mouvement corporel et musculaire qui requiert une dépense d'énergie. Le bricolage ou le jardinage, par exemple, sont considérés comme de l'activité physique. Lorsqu'ils sont interrogés sur le sujet, les séniors savent que l'activité physique est importante puisqu'ils sont 61 % à la citer de manière spontanée comme moyen de prévention N°1 des maladies cardio-vasculaires. Néanmoins, ils ne sont que 17 % à bouger 4 h par semaine.


L'isolement, un facteur de risque cardio-vasculaire méconnu


La Fédération Française de Cardiologie souhaite lancer cette alerte sur les méfaits cardio-vasculaires de l'isolement social. Selon une étude menée par les Petits Frères des pauvres, 900 000 personnes âgées de 60 ans et plus sont isolées de leur famille et de leurs amis. Parmi elles, 300 000 sont dans un isolement extrême, une situation de « mort sociale ». Or une personne en situation de précarité affective voit son risque de développer un infarctus augmenter de 29 %. En effet, la solitude extrême accroît la consommation de tabac et d'alcool, le manque d'exercice physique, le stress, la dépression, une mauvaise alimentation, autant de facteurs de risque majeurs pour les maladies cardio-vasculaires. Cette réalité est très peu connue des séniors puisqu'ils sont plus d'1/3 à considérer que l'isolement ne joue pas de rôle majeur dans le développement de maladie cardio-vasculaire.


La SPA met en avant pour sa prochaine campagne des Portes Ouvertes des 18 et 19 mai tous les bienfaits de l'animal vis-à-vis de l'Homme tant sur le physique que sur le mental.
Profitez des Portes Ouvertures de la SPA des 18 et 19 mai pour adopter un compagnon ! https://www.la-spa.fr/adopter-animaux