Accompagner un proche en perte d’autonomie (handicapé ou dépendant) peut avoir de lourdes conséquences sur la santé. Trouble du sommeil, fatigue, anxiété, douleurs articulaires, troubles musculo-squelettiques… la santé des aidants est mise à mal.  Sans oublier qu’un aidant sur deux déclare souffrir de stress et de surmenage. Plus inquiétant encore : un tiers des proches aidants meurent avant leur proche malade.

Dans ce contexte, la santé sera la thématique de la prochaine édition de la Journée nationale des aidants, le 6 octobre. La place des 11 millions d’aidants - dont 5 millions auprès d’une personne âgée dépendante - fera partie des thèmes de la grande concertation nationale sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes qui débute en octobre.  Par ailleurs, la ministre des Solidarités et de la Santé a inscrit dans sa feuille de route « Grand âge et autonomie », présentée en mai dernier, un plan national pour les aidants.

Avec le vieillissement de la population, l’explosion des maladies chroniques, le développement de la prise en charge en ambulatoire et de l’hospitalisation à domicile, le rôle des proches aidants sera de plus en plus important. D’où l’urgence de prendre en compte leur rôle, leur épuisement, leur droit au répit.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

26 juin 2017
Prévention

Améliorer l’équilibre chez une personne âgée

Améliorer l’équilibre chez une personne âgée

2 millions de personnes, âgées de 65 ans et plus, chutent chaque année en France. Pour réduire ce risque, il est important de renforcer son équilibre par des exercices.

 

Plus on vieillit, plus on augmente son risque de chute. On estime qu’une personne sur trois fera au moins une chute au cours de l’année. Ce rapport est de un sur deux pour les plus de 80 ans. En France, en 2009, selon l’enquête permanente sur les accidents de la vie courante, les chutes représentent 90% des accidents de la vie courante recensés dans les services d’urgence chez les plus de 75 ans. 2 millions de personnes, âgées de 65 ans et plus, chutent chaque année en France. Le chiffre de 8 500 personnes décédées suite à une chute est supérieur aux décès dus à des accidents de la route, toutes populations confondues.


La majorité des chutes se produit au domicile de la personne âgée ou dans son voisinage proche. Quand elle n'est pas fatale, la chute peut engendrer des fractures, en particulier des fractures de hanche, très souvent suivies d’hospitalisations. Les chutes sont aussi souvent responsables d’une perte de confiance en soi, d’une peur de chuter, pouvant conduire à une restriction des activités. L’autonomie et la qualité de vie de la personne âgée sont ainsi affectées par le risque de chute.

 

Chuter quand on est une personne âgée n’est pas une fatalité.  Un travail musculaire, un entretien musculaire de manière régulière sont des actes de prévention nécessaires pour réduire ce risque. Pour les seniors les plus fragiles, il est recommandé des séances de rééducation avec un kinésithérapeute. Si la personne est en meilleure santé, la pratique régulière d’une activité physique,  de séances d'aquagym, de taï-chi permet entretenir l'équilibre.

 

Des ateliers pour les seniors

 

"Les programmes d’exercices les plus efficaces sont ceux centrés sur le travail de l’équilibre. Globalement, ceux qui comprennent des exercices d’équilibre entraînent une réduction significative du risque de chute de l’ordre de 25 %”, rappelle l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).
L’Assurance retraite propose aux seniors des ateliers pour apprendre les exercices qui permettent de renforcer l’équilibre et certaines postures-clés : fortifier certains muscles majeurs, passer de la position assise à la position debout et le contraire, se déplacer d’avant en arrière ou sur le côté, se tourner, monter des marches, franchir un obstacle, apprendre à se relever en cas de chute, travailler l’équilibre les yeux fermés.
Informez-vous auprès de votre caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) ou auprès de la Mutualité sociale agricole (MSA) si vous êtes un assuré relevant du régime agricole sur les ateliers "équilibre et prévention des chutes". Ces programmes permettent aux personnes âgées de retrouver une souplesse articulaire, un renforcement musculaire et  un meilleur équilibre. C’est également une occasion de sortir de l’isolement et de tisser des liens grâce à une activité en petits groupes.

 

"Les programmes de prévention de ces chutes ont fait la preuve de leur efficacité. Ainsi,  le nombre de chutes est significativement moins élevé parmi les groupes de personnes âgées qui en ont bénéficié que parmi les groupes n’ayant pas participé à ces programmes. Ces programmes contribuent à réduire le nombre d’hospitalisations et à limiter la perte d’autonomie fonctionnelle des personnes âgées", rappelle l’Inserm.