L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

31 octobre 2018
Prévention

Arrêter de fumer après 60 ans : ça vaut encore le coup !

Arrêter de fumer après 60 ans : ça vaut encore le coup !

Le 1er novembre 2018 est lancé le #MoisSansTabac, un grand défi collectif pour inciter le maximum de fumeurs à arrêter de fumer pendant 30 jours; Et si vous passiez à l'acte ?

 

L'arrêt du tabac est bénéfique à tout moment de la vie; Même pour les fumeurs de longue durée, renoncer à la cigarette après 60 ans présente des bénéfices pour la santé, améliore la qualité de vie, et prolonge donc l'autonomie de la personne. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que l'espérance de vie augmente de trois ans lorsque l'arrêt du tabac survient à 60 ans. Et après 70 ans, le sevrage réduit aussi le risque de décès.

Les fumeurs de 60 ans sont souvent des fumeurs de longue date. À cet âge, les problèmes de santé liés au tabagisme peuvent être déjà présents : bronchite chronique, accident cardiovasculaire... Dans ce cas, l'arrêt du tabac permet de réduire l'affection ou les risques de récidive de 50 %.

L'Institut national du cancer (InCa) rappelle que le tabac est en France, chaque année responsable de 73 000 décès dont 45 000 décès par cancer. Le tabac est impliqué dans plus de 80% des cancers du poumon, 70% des cancers des voies aérodigestives supérieures, et dans 50% des cancers de la vessie.

 

Et après 70 ans, est-ce que ça vaut vraiment encore le coup ?

Oui ! Les cardiologues sont formels, arrêter de fumer après son soixante-dixième anniversaire est encore bénéfique... " Entre 70 et 79 ans, le sevrage réduit les risques de décès de 27 %". Fumer après 70 ans augmenterait le risque de mortalité par 3, par rapport aux non-fumeurs, selon les résultats d'une étude publiée dans l'American Journal of Preventive Medecine.« Les résultats montrent bien que le sevrage tabagique est bénéfique quel que soit l'âge de l'arrêt », soulignent les auteurs de l'étude. « Les anciens fumeurs ont moins de risque de mourir après 70 ans que les fumeurs, même s'ils ont arrêté après 60 ans ! »

 

Les bénéfices de l'arrêt du tabac

 

Les effets bénéfiques se ressentent très rapidement après l'arrêt. Au bout de 24 heures de sevrage, le monoxyde de carbone est éliminé de l'organisme. Dès deux semaines, la circulation sanguine et les capacités pulmonaires s'améliorent.
Après un mois, latoux et l'essoufflement commencent à diminuer.

À partir d'un an sans fumer, le risque de cardiopathie coronarienne diminue de moitié et rejoint celui d'un non-fumeur dans les 15 ans. Le risque de développer un cancer du poumon chute quant à lui de 50 % dans les 10 ans.

 

Comment arrêter de fumer ?

 

La dépendance à la nicotine est la même quel que soit l'âge du fumeur. En revanche, la motivation est souvent plus forte chez un senior d'arrêter de fumer en raison d'un problème de santé. Consultez votre médecin ou un tabacologue pour trouver la méthode qui vous convient le mieux et pour assurer le suivi de votre sevrage tabagique. Le sevrage tabagique peut reposer sur différentes méthodes : outre les patchs, les gommes, ou encore la cigarette électronique, il est possible d'avoir recours aux médecines naturelles. Un acupuncteur, un naturopathe ou encore un homéopathe peuvent vous aider à sortir en douceur de la tabagie.

 

Pour vous aider à arrêter :

La ligne téléphonique gratuite 39 89
Le site internet tabac-info-service.fr

 

Opération Mois sans tabac pour aider les fumeurs à arrêter la cigarette :

https://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr