On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

24 octobre 2017
Prévention

Accident vasculaire cérébral, vite le 15 !

Accident vasculaire cérébral, vite le 15 !

Les seniors sont largement « représentés » chez les victimes d’accident vasculaire cérébral (AVC). Face à un AVC, on a 4 heures 30 pour agir. Chaque minute compte dès le premier symptôme et, le pronostic d’une personne souffrant d’AVC dépend de la rapidité de sa prise en charge. Appelez le 15 !

 

Chaque année, environ 150 000 Français sont victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC). C’est la première cause de handicap acquis de l’adulte, la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer et la troisième cause de décès, avec un taux de mortalité d’environ 20% dans le mois qui suit. Chez les survivants en effet, un AVC peut-être à l’origine de nombreuses séquelles invalidantes :

 

  • Troubles du langage ;
  • Capacités motrices fortement diminuées ;
  • Troubles de l’équilibre ;
  • Troubles visuels ;
  • Perte de sensibilité (au chaud, au froid…) ;
  • Difficulté avec la pensée et la mémoire ;
  • Instabilité émotionnelle ;
  • Fragilité…

 

Pour réduire au maximum les risques de séquelles, pire de mortalité, il est indispensable de connaître les signes de l‘accident vasculaire cérébral (AVC). Selon une étude IPSOS, la moitié (49%) des Français se dit mal informée sur les signes d’alerte de l’AVC et seulement 39% s’estiment bien informés sur les bons réflexes à adopter.  

 

 

Reconnaitre les symptômes d'alerte

 

« Une déviation de la bouche ou du visage, une faiblesse du bras ou de la jambe, des difficultés pour s’exprimer, il faut immédiatement appeler le 15 pour déclencher les secours qui vont adresser le patient dans un établissement de santé spécialisé où il pourra être pris en charge rapidement. Nous constatons malheureusement que les patients arrivent souvent trop tard à l’hôpital car les proches ne connaissent pas bien les symptômes et agissent trop tard. Il faut donc continuer à communiquer auprès du grand public sur les symptômes de l’AVC et sur l’urgence d‘appeler le 15 (SAMU) pour optimiser la prise en charge des patients », insiste Pr Maurice Giroud, neurologue, chef de service de neurologie vasculaire au CHU de Dijon.


 Plus on est réactif dans la prise en charge d’une personne faisant un AVC, moins le cerveau est abîmé.

En effet, l'AVC est une urgence médicale absolue qui requiert une prise en charge hospitalière la plus rapide possible. Plus la prise en charge est mise en œuvre précocement, plus les risques de séquelles lourdes diminuent. Il faut savoir que privées d'oxygènes, les cellules nerveuses meurent.
 
« Seul le 15 dispose d’une cartographie régionale des unités de soins et est donc le plus à même d’orienter le patient dans la bonne filière. Même si certaines régions ne possèdent qu’une unité neuro-vasculaire, le 15 permet de bien guider le patient en fonction de son âge, du délai et de la gravité des symptômes », explique le neurologue.

 

Mais si l'AVC est souvent fatal, il est aussi prévisible. Pour prévenir les AVC, il est bon de surveiller régulièrement sa tension artérielle, premier facteur de risque. Toute personne, même jeune, peut être concernée par des problèmes d'hypertension.

Si 50% des AVC surviennent chez les personnes de plus de 75 ans, 15% apparaissent chez les moins de 50 ans et 25% chez les moins de 65 ans.


 
En savoir plus, www.avcvitele15.com