On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

29 août 2018
Prévention

Bien vieillir avec la micronutrition

Bien vieillir avec la micronutrition

Vitamines, minéraux, oligo-éléments… Quels sont les micronutriments bénéfiques pour les personnes âgées ? Explications de Thierry Michel, diététicien-nutritionniste, spécialiste de la micronutrition et de la neuronutrition.

 

Le rôle de la micronutrition pour la prévention des maladies dégénératives liées au vieillissement,  touchant le cœur, le cerveau, le squelette ou les yeux, est démontré par des études scientifiques. Les micronutriments sont indispensables au bon fonctionnement du corps. Ils ne peuvent pas être fabriqués par l’organisme et doivent impérativement être apportés par l’alimentation en quantité suffisante.

La micronutrition concerne les micronutriments : les vitamines (A, B, C, D, E, K), les minéraux (sélénium, fer, zinc, magnésium…), les antioxydants (polyphénols, caroténoïdes…), les acides aminés, les acides gras essentiels (oméga 3 et 6), les fibres alimentaires, les pro et pré-biotique.

"En vieillissant, la densité des micronutriments dans certains organes diminue. Il faut donc revoir son régime alimentaire", avertit Thierry Michel, diététicien-nutritionniste, spécialiste de la micronutrition et de la neuronutrition.


Conseil n° 1 : Consommer les protéines le matin et à midi  

 

Le vieillissement se caractérise par une perte involontaire et physiologique de la masse et de la force musculaire (appelée également sarcopénie) au profit d'une augmentation de la masse grasse. La perte de masse musculaire de la personne âgée résulte d'une diminution de la synthèse des protéines musculaires. Ce processus contribue à la perte de l'autonomie physique et de la qualité de vie de la personne âgée. "Pour une avancée en âge réussie, il faut consommer des protéines à des moments clés de la journée. Cela permet de favoriser la synthèse protéique. Les protéines doivent être consommées lors des repas du matin et du midi. La personne âgée peut inclure dans son petit-déjeuner du fromage blanc, des œufs, du jambon. A midi, le repas comprendra des légumineuses telles que les lentilles, des céréales complètes ou du poisson", recommande Thierry Michel.

 

Conseil n° 2 : Des légumes et des fruits et… des épices

 

"Le vieillissement cellulaire s’accompagne d’un stress oxydatif, de la production de radicaux libres.  Les antioxydants sont essentiellement apportés par les fruits et légumes qui sont particulièrement riches en vitamines (A, C, E), oligo-éléments et autres polyphénols. Les micronutriments présents dans les fruits et légumes ont un effet bénéfique contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). une alimentation spécifique peut être adoptée pour faire le plein de vitamines et caroténoïdes aux vertus bénéfiques sur le maintien d’une bonne vision en consommant des oranges, kiwi, des épices telles que le curcuma et le paprika. Le mélange poivre-curcuma a également des effets anti-oxydants."

 

Conseil n° 3 : Des oméga 3 pour le cœur et le cerveau


Une alimentation riche en acides gras oméga 3 et en antioxydants diminue le risque cardiovasculaire et pourrait également diminuer le risque de maladie d’Alzheimer ou de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)."Les personnes âgées doivent privilégier les huiles riches en oméga 3 et pauvres en omega 6 telles que l’huile de colza, de noix ou faire un mélange huile d’olive/huile de noix ou huile de colza/huile de noix. Il faut consommer deux cuillères à soupe d’huile par jour et consommer un  poisson gras par semaine. L’organe le plus gras du corps humain, c’est le cerveau. De fait, la consommation d’omega 3 agit également sur la prévention de dépression chez la personne âgée".

 

Conseil n° 4 : Eviter la carence en vitamine D

 

"Le risque  de  carence en vitamine D est élevé chez le sujet âgé. Des enquêtes épidémiologiques ont établi qu’un déficit en vitamine D est toujours associé à une diminution de la masse, de la force et musculaire chez la personne âgée. Une exposition journalière au soleil est donc un bon réflexe à adopter pour les personnes âgées".  

 

Conseil n° 5 : Des collations riches en glucides


"La collation, c’est-à-dire le goûter, est importante pour les personnes âgées qui ont tendance à moins s’alimenter. Il est préférable d’augmenter les prises alimentaires chez la personne âgée en incluant un quatrième repas, le goûteur en fin d’après-midi. Cette collation doit être riche en glucides et peut comprendre des noix, des amandes, du chocolat noir. Cela contribue à réguler les troubles du sommeil ». Faire infuser des pruneaux séchés dans du thé vert. Cela améliore le transit intestinal des personnes âgées souvent sujettes à la constipation. Par ailleurs, cette boisson est riche en potassium, qui est un anti-oxydant".


Conseil n° 6 : Des eaux riches en bicarbonates et pauvres en sel

 

"Les personnes âgées ont peu d’appétence pour l’eau. Pour garantir leur hydratation, notamment l'été, il faut privilégier les eaux pétillantes aromatisées, les jus de fruits, les tisanes, les boissons chaudes. Pour les personnes âgées, il est préférable de choisir des eaux riches en bicarbonates et pauvres en sel pour un meilleur équilibre acido-basique. (Salvetat, Badoit, Evian, Thonon). La citronnade (eau additionnée à du jus de citron) est également riche en bicarbonate".