Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

27 février 2017
Prévention

Cancer du colon : le dépistage permet de guérir 9 cas sur 10

Cancer du colon : le dépistage permet de guérir 9 cas sur 10

Les Français sont informés que le cancer du colon est dangereux. Pourtant, 1 Français sur 4 de 50 ans et plus n'a jamais fait de dépistage. Or, dépisté à temps, le cancer du côlon se guérit dans 90% des cas, contre 50% des cas si le dépistage est tardif.

 

Chaque année, le cancer du côlon touche en effet près de 42.000 personnes France et est responsable de plus de 17.500 décès, soit 50 chaque jour.

Si le cancer colorectal est l'un des cancers les plus fréquents, responsable d'une mortalité élevée, il est aussi paradoxalement un des cancers pour lesquels il est possible d'agir facilement. Il peut être guéri dans 9 cas sur 10 lorsqu'il est diagnostiqué tôt.

95 % des cancers colorectaux se révèlent ainsi après 50 ans. 17 millions de femmes et d’hommes, âgés de 50 à 74 ans, sont invités tous les 2 ans à parler du dépistage du cancer colorectal avec leur médecin.

 

Le dépistage, un geste qui peut vous sauver la vie 

 

Aujourd'hui encore, dans 1 cas sur 10, le cancer du côlon n'est révélé que tard par la découverte de métastases à distance (dissémination des cellules cancéreuses dans d'autres organes, notamment au niveau du foie), car trop peu dépisté !


Et pourtant, seul le dépistage du cancer du côlon permet d'identifier la maladie à un stade très précoce de son développement et de détecter des polypes, avant qu'ils n'évoluent en cancer.

Avec une participation tous les 2 ans de 50 à 60% de la population cible (50-74ans), on peut espérer une diminution de 15 à 20% de la mortalité par cancer colorectal.

Selon une enquête dévoilée jeudi en préparation de la 10e édition de Mars Bleu, mois dédié à la campagne de prévention contre le cancer du côlon, un tiers des patients atteints d'un cancer colorectal ont attendu plus de six mois avant de consulter. 

 

En effet, 1 malade sur 2 consulterait un médecin suite à une présence de sang dans les selles et une fatigue sévère.

 

Un patient sur deux a découvert sa maladie alerté par ses symptômes spécifiques. "Globalement, le cancer colorectal présente des symptômes digestifs plutôt courants comme la constipation, la diarrhée, le mal de ventre. Les personnes de plus de 50 ans n'imaginent pas que ces symptômes qui persistent peuvent être liés à un cancer colorectal. Ce manque de connaissances des symptômes explique le retard de consultation des patients et donc le stade parfois avancé du cancer lors du diagnostic", explique Stéphane Korsia-Meffre, responsable de l'enquête. 

 

Une urgence: dépisté à temps, le cancer du côlon se guérit dans 90% des cas, contre 50% des cas si le dépistage est tardif.

 

 

Comment dépister ?

 

Le dépistage du cancer colorectal repose sur le test immunologique (qui a remplacé le test hémoccult) chez les personnes âgées de 50 à 74 ans, sans symptômes et sans facteurs de risque. 

La prévention repose sur la coloscopie dans tous les autres cas d’auto-évaluation pour évaluer votre risque et la méthode de prévention la plus adaptée). Pour diminuer le risque de cancer du côlon, il est nécessaire de détruire les polypes. Ils sont donc recherchés systématiquement par coloscopie chez les sujets à risque (présentant des facteurs héréditaires).


C'est le médecin traitant qui propose soit le test, soit de faire pratiquer une coloscopie, en fonction du niveau de risque de son patient, de ses antécédents personnels ou familiaux.

 

Les réticences sont encore bien présentes : selon une enquête, une personne sur 4 interrogée estime que la coloscopie est un examen contraignant et gênant à réaliser et pourtant, « dans les 5 à 10 ans qui suivent la coloscopie, la réduction des risques de cancer est de 70% à 90%.

 

Combien ça coûte ?

Le test et son interprétation sont pris en charge à 100 % par l'assurance maladie, sans avance de frais de votre part. La consultation chez le médecin traitant est remboursée à 70 % par l'assurance maladie, sur la base du tarif conventionné de 23 euros. Le reste à votre charge est remboursé par votre complémentaire de santé (assurance, mutuelle) si vous en avez une.