L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

12 novembre 2018
Prévention

Eviter les troubles de la déglutition

Eviter les troubles de la déglutition

Entre 30 à 40 % des personnes âgées à domicile peuvent avoir des troubles de la déglutition et donc des difficultés pour s’alimenter ou boire. Pour ne pas avaler de travers et risquer de s’étouffer, respecter quelques conseils peut se révéler salvateur.

 

Les troubles de la déglutition sont fréquents dans de nombreuses pathologies. Ils peuvent toucher plus de la moitié des patients ayant subi un accident vasculaire cérébral et jusqu’à 80% des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou de maladies neurodégénératives. On estime que 30 à 40 % des personnes âgées à domicile peuvent avoir des difficultés pour avaler et donc pour s’alimenter ou boire. La gravité des troubles de la déglutition est variable et peut aller d’une gêne modérée à une incapacité totale à avaler. Les conséquences sont plus ou moins graves, pouvant aller du risque de fausses routes jusqu’à des infections pulmonaires. 

Il est donc indispensable de veiller à ce que les aliments liquides comme soldes soient avalés correctement et passent ainsi de la bouche à l’estomac, via le pharynx ou la trachée, sans s’égarer dans des chemins de traverse.

 

Les précautions à prendre


Cette vigilance se révèle d’autant plus nécessaire que des fausses routes à répétition engendrent une accumulation de liquides et autres aliments solides dans les poumons avec, à la clé, un risque d’infection respiratoire grave. Sans parler du désagrément qu’occasionnent ces étranglements répétés. D’où l’absolue nécessité de faciliter la déglutition. Comment ?

- Tout d’abord, en mangeant dans un cadre calme et dans une ambiance détendue. La sérénité contribue à une bonne déglutition.

- Il faut éviter de faire autre chose en même temps afin de se concentrer sur ce moment, car la déglutition est un système complexe, qui met en jeu des centres nerveux et des muscles. Il est fortement déconseillé, par exemple, de regarder la télévision au moment des repas ou encore de parler trop vivement ou encore de rire en avalant une bouchée ou une gorgée.

- Il est recommandé de protéger les voies aériennes en se maintenant assis, le buste bien droit et la tête légèrement inclinée en avant ; puis au moment de déglutir, de baisser la tête en rentrant le menton dans la poitrine. En tout état de cause, il est préférable de ne pas pencher la tête en arrière et donc de ne pas finir les fonds de verre ni de boire à la bouteille.

 

Ne restez pas debout quand vous aidez votre proche à manger.

"Lorsqu’une tierce personne amène le verre ou la fourchette à la bouche de la personne âgée, cette dernière doit se placer soit face à lui ou de côté, mais toujours plus bas que son visage. Il arrive souvent pour des raisons de temps que l’aidant reste debout pour proposer l’aliment. Dans ce cas la personne âgée est amenée à relever son menton, la tête est alors en hyper extension, et le larynx ainsi que les voies respiratoires sont ouverts aux fausses routes"


- Prendre son temps est également l’une des clés d’une déglutition sans souci. Petites bouchées et petites gorgées entrecoupées de pauses permettront ainsi de se sustenter sans risque. Outre les petites quantités, privilégiez les repas fractionnés afin de limiter toute fatigue.
- Sélectionnez enfin les mets en évitant les aliments secs, collants, peu glissants, friables ou encore non liés (tels que le riz, les lentilles, la semoule...).
- Si la personne âgée rencontre des difficultés à avaler, n’hésitez pas à la faire boire à la paille ou à la cuillère afin d’avaler des quantités moins importantes.

Un élément très important pour stimuler la déglutition est de choisir des boissons fraîches et de préférence gazeuses (les laisser dans le réfrigérateur et ne les sortir que quelques minutes avant les repas).

 

Quant aux aliments solides, il est recommandé à les couper en petits morceaux ou à les mouliner. Afin de faciliter la prise des médicaments, les comprimés ou gélule peuvent être enrobés par certains aliments à l’instar du yaourt, du fromage blanc ou de la compote.


Certaines maladies, telle que la mycose buccale, peuvent accentuer les troubles de la déglutition. Il est donc primordial de demander au médecin ou à l’infirmier d’examiner régulièrement la bouche de la personne âgée et, le cas échéant, de  prescrire des soins de bouche à titre préventif.