On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

30 novembre 2017
Prévention

Gare à la perte de poids involontaire !

Gare à la perte de poids involontaire !

La perte de poids involontaire constitue un signal d'alerte sur une situation de malnutrition d’une personne âgée. Il faut réagir vite pour éviter la perte d'autonomie.

 

Une perte de poids involontaire, plus de 2 kilos sur un mois, chez une personne âgée doit être considérée comme un signal d’alarme.
Au-delà d’une perte de 5% du poids en un mois, ou de 10 % en six mois, on parle de réel risque de dénutrition. Dans ces cas, alertez le médecin traitant.

Cette perte de poids est rarement une perte de masse grasse, mais plutôt de la masse musculaire. Les muscles deviennent moins performants et les personnes âgées peuvent devenir "fragiles", présenter des difficultés à se mouvoir, un ralentissement de la marche et de la fatigue. 

Si ce phénomène de perte de poids n’est pas stoppé rapidement, la personne âgée va s’affaiblir, perdre ses muscles et bouger de moins en moins. Un des risques majeurs de la dénutrition pour les personnes âgées est la chute, entraînant avec elle de multiples conséquences (fracture, hospitalisation, immobilisation…).

 


Quels sont les signaux ?


La perte d’appétit : si la personne âgée mange de moins en moins, si son assiette est de plus en plus légère.


Si le réfrigérateur est presque vide et si la personne âgée fait de moins en moins souvent les courses. 


La quantité absorbée n’est pas l’unique problème : la qualité des aliments est essentielle. Veiller à l’équilibre de l'alimentation de la personne âgée est donc également essentiel pour lutter contre la dénutrition.



La sarcopénie, un mal insidieux


Selon l’Académie nationale de médecine, la sarcopénie touche 20 à 33 % des femmes et 45 à 64 % des hommes de plus de 70 ans vivant à domicile. De quoi s’agit-il ?


La sarcopénie est une pathologie résultant d’une perte progressive et élevée de la masse, de la force et de la qualité musculaires au cours du vieillissement.

 

Cette diminution de la masse musculaire expose les personnes âgées à la fragilité et participe à une augmentation de l’invalidité, des chutes, des hospitalisations

 

Attention, la sarcopénie s'observe même chez une personne âgée en apparence bien portante. A 70 ans, une personne a perdu la moitié de sa masse musculaire au profit du tissu adipeux.

 

Les bonnes habitudes à adopter


- Conjointement à une bonne alimentation avec des apports suffisants en protéines, il est important de maintenir ou de favoriser une activité physique régulière chez la personne âgée pour prévenir la fonte musculaire, des jambes notamment marcher, jardiner, assurer certaines tâches ménagères. Ceci permettra le maintien du tonus musculaire et prévient le risque de chute chez la personne âgée. 

Après 65 ans, il est conseillé d’avoir une activité physique quotidienne afin de maintenir sa masse musculaire à un bon niveau. Il est recommandé de marcher soit une demi-heure chaque jour, soit une heure tous les deux jours (les effets de l’effort ne perdurant pas au-delà de 72 heures). 


N’oubliez pas, en particulier, l’apport en protéines : chez les seniors, on conseille au moins 1 g de protéines par kg, c’est-à-dire au minimum 70 g de protéines pour une personne de 70 kg.

L’enrichissement de l’alimentation (poudre de lait, fromage râpé, œufs, beurre fondu…) permet d’augmenter l’apport énergétique et protéique des repas. 

Il est également important de veiller à un apport suffisant en vitamine D : 20 µg par jour. On en trouve principalement dans les poissons gras, les produits laitiers et certaines viandes.

 

- Peser régulièrement la personne âgée : une fois par mois ou une fois par semaine en cas d'infection, de retour d'hospitalisation, de perte de poids récente. Notez le poids sur un carnet à montrer au médecin.