La réussite du maintien à domicile d’une personne âgée dépendante ou d’une personne handicapée repose sur un trinôme : la personne aidée, l’aidant professionnel et l’aidant familial.

En France, 8,3 millions de personnes - dont 57% de femmes -  accompagnent un proche dépendant de façon régulière et non professionnelle. Presque la moitié des aidants occupent parallèlement un emploi. Favoriser la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle des aidants reste un enjeu de taille.

Si la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement a consacré un statut juridique des aidants et transformé le congé de soutien familial en congé de proche aidant, des avancées restent à faire. Mais les lignes bougent dans le bon sens en 2018.

Ainsi, la loi permettant à des salariés de faire don de leurs jours de repos à un collègue aidant un proche âgé dépendant ou handicapé est parue au Journal Officiel le 14 février.
Pour soutenir les aidants, une proposition de loi qui sera examinée en mars par le Parlement préconise d'indemniser le congé du proche aidant et de prendre en compte cette tâche « invisible » et « gratuite » dans les droits à la retraite.

Un pas de plus vers davantage de reconnaissance pour les aidants familiaux, ces acteurs clés du maintien à domicile.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

01 mars 2018
Prévention

Glaucome : dépister pour éviter la cécité

Glaucome : dépister pour éviter la cécité

Le glaucome est la deuxième cause de cécité après la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Un million de Français en souffrent, mais près de la moitié l'ignore. Il est recommandé de se faire dépister tous les deux ans pour les plus de 50 ans et chaque année au-delà de 60 ans. Profitez de la semaine mondiale du glaucome du 12 au 16 mars 2018 pour effectuer un dépistage.


Le glaucome est une maladie oculaire qui touche surtout les personnes de plus de 45 ans. Il est dû à une montée de la pression oculaire entrainant une atteinte du nerf optique (qui envoie les informations visuelles au cerveau) et du champ visuel. « Le glaucome se caractérise en effet par une atteinte progressive et irréversible du champ visuel, d'abord périphérique et longtemps non perçue » indique le professeur Antoine Labbe, responsable de l'Unité du Glaucome de l'Hôpital Ambroise Paré


Cette maladie peut longtemps passer inaperçue car elle est le plus souvent non douloureuse et ne se traduit par aucune gêne visuelle notable au début. Un million de Français en souffrent, mais près de la moitié l'ignore selon la Société française d'ophtalmologie. S'il n'est pas pris à temps, le glaucome peut pourtant conduire à la cécité.

Insidieuse, la maladie progresse sans que l'on ne s'en rende compte : la moitié des gens atteints l'ignore. La vision est altérée sur les côtés, avec une difficulté à fixer son regard sur une cible mobile. Ensuite, le champ visuel se rétrécit de plus en plus, jusqu'à ce que seule une petite partie de l'environnement reste visible.


S'il n'est pas traité, le glaucome provoque une destruction du nerf optique. Mais dépisté à un stade précoce, le glaucome peut être traité et le champ visuel préservé.

 

Etes-vous une personne à risque ?

Par définition, le glaucome n'est pas une maladie du sujet âgé et peut survenir à tout âge de la vie, y compris à la naissance. En revanche, la fréquence du glaucome augmente avec l'âge, assez fortement après 70 ans où plus de 10% de la population aurait un glaucome. Le dépistage du glaucome doit se faire avant 70 ans, vers la cinquantaine (au moment où on commence à avoir des difficultés à lire sans lunettes).


Il est recommandé de se faire dépister tous les trois ans dès l'âge de 40 ans, tous les deux ans pour les plus de 50 ans et chaque année au-delà de 60 ans (même en l'absence de troubles visuels ou de maux de tête).


Le dépistage du glaucome s'adresse aux personnes ayant les caractéristiques suivantes :
- Toute personne de 40 ans ou plus

- Toute personne ayant une myopie ou souffrant d'hypertension artérielle, d'un diabète, d'une apnée du sommeil, d'une hypothyroïdie ou ayant pris de façon prolongée des corticoïdes

Un certain nombre de facteurs sont connus pour augmenter le risque du glaucome chez un individu, notamment les facteurs non-oculaires tels que l'hérédité ou le diabète, et les facteurs oculaires (liés aux yeux) tels que la pression de fluide élevée ou asymétrique de l'œil, connue sous le nom de pression intraoculaire (PIO).
Les personnes à risque, et notamment en cas d'antécédents familiaux de glaucome, doivent débuter leur dépistage plus tôt et de façon plus rapprochée : à partir de 40 ans, voire bien avant, la fréquence et le début du dépistage du glaucome étant à planifier avec son ophtalmologiste.


« Plus le glaucome est diagnostiqué tôt, plus les traitements sont efficaces pour prévenir et ralentir la perte de vision, voire pour l'améliorer. Il n'est pas possible aujourd'hui de guérir d'un glaucome. Tout au mieux sait-on ralentir et stopper son évolution d'où la nécessité de le dépister », explique l'association UNADEV (Union Nationale des aveugles et déficients visuels).

 

La semaine mondiale du glaucome ou « World Glaucoma Week » se déroulera du 12 au 16 mars 2018.
A cette occasion, l'association UNADEV  lance la 7ème édition d'une grande campagne de sensibilisation et de prévention au glaucome. Chaque année, le bus glaucome sillonne le territoire français d'octobre à juin (15 villes étapes au total) afin d'informer le plus grand nombre sur la pathologie et leur permettre de bénéficier d'une consultation gratuite avec des professionnels de santé. Des ophtalmologistes locaux assurent les dépistages, assistés d'un orthoptiste de l'UNADEV.


A Paris, le bus du glaucome sera positionné Place de la République du 12 au 16 mars 2018.

Grenoble du 27/03/2018 au 29/03/2018 – Rue Felix Poulat
Lyon du 10/04/2018 au 12/04/2018 – Place Antonin Poncet
Clermont-Ferrand 24/04/2018 au 26/04/2018 – Place de Jaude
Perpignan du 15/05/2018 au 17/05/2018
Chinon, Loche et Tours les 29, 30 et 31 mai 2018
Bordeaux du 04/06/2018 au 08/06/2018