Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

23 février 2015
Prévention

Grippe : la plus importante épidémie depuis cinq ans

Grippe : la plus importante épidémie depuis cinq ans

Avec 2,1 millions de personnes déjà touchés, la France connaît sa plus importante épidémie de grippe depuis cinq ans.  Les plus sévèrement touchés sont les plus de 65 ans.

 

L'épidémie de grippe saisonnière a déjà touché déjà 2,1 millions de personnes. Selon son bulletin hebdomadaire de l'Institut national de veille sanitaire (InVS) en date du 18 février,  plus de 600 000 nouveaux cas de syndromes grippaux ont été enregistrés au cours de la dernière semaine et que le pic de l'épidémie « devrait être proche ». Le nombre des hospitalisations augmente toujours, « surtout chez les plus de 65 ans ».

 

Un vaccin peu efficace cette année

 

Le vaccin contre la grippe était fortement recommandé aux personnes à risques parmi lesquelles les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes souffrant de certaines maladies chroniques, dont l’asthme ou la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BCPO) ; certaines affections de longue durée (ALD) : diabète, insuffisance cardiaque...

Toutefois, l'InVS reconnaît que l’efficacité du vaccin contre la grippe "n’est probablement pas optimale" cette année. La raison tiendrait à une mutation imprévue de la souche du virus. Ces cinq dernières années, le sous-type dominant lors des épidémies saisonnières était le virus A (H1N1), issu de la pandémie de 2009. Or, cette année, le principal virus en circulation est celui de type A (H3N2), trouvé dans 62 % des cas. Cette mutation tardive n’a pu être prise en compte dans la composition du vaccin. En revanche, le vaccin protège contre les deux autres souches qui circulent, A(H1N1) et B.

 

Les précautions anti-grippe

 

Le malade de la grippe est contagieux 48 heures avant l’apparition des symptômes. Le virus est donc peut-être déjà présent sans qu’on le sache. Il se transmet par la salive, par les objets et par l’air.

Pour éviter la propagation du virus dans son entourage, il est nécessaire de respecter certaines règles d’hygiène.

- Se laver les mains plusieurs fois par jour est essentiel, notamment quand on vient de l’extérieur, avant de cuisiner, de manger, ou de se coucher.

- On peut également s’équiper d’un gel hydroalcooliqueouacheter des lingettes désinfectantes. Celles-ci permettent de décontaminer rapidement les surfaces les plus souvent touchées : poignées de porte, télécommandes, téléphones, claviers d’ordinateurs, interrupteurs… Un geste à renouveler plusieurs fois par semaine.

Ces précautions ne doivent pas seulement être prises quand un membre de l’entourage est malade.

 

- Ne pas hésiter à consulter si on fait partie d’un des groupes à risques (personnes âgées de plus de 60 ans, personnes souffrant de troubles respiratoires ou cardiaques, et de diabète), surtout en cas d’apparition brutale des symptômes de la grippe (courbatures, fièvre et toux). Le médecin pourra éventuellement « conseiller la prise d’antiviraux »