175 propositions pour réformer la politique du grand âge et l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie à domicile comme en établissement. Dominique Libault, président du Haut Conseil du financement de la protection sociale et pilote de la concertation « Grand âge et autonomie », a remis son rapport, le 28 mars, à la ministre des Solidarités et de la Santé.
Quatre ans après la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV), ce rapport devrait servir de base à l’élaboration de la future loi « Grand âge et autonomie ». Un projet de loi attendu pour l’automne.
« Nous finaliserons pour cet automne une stratégie », a affirmé, lors d’une conférence de presse le 25 avril, le président de la République. Emmanuel Macron a par ailleurs affiché sa volonté d'une meilleure reconnaissance des aidants familiaux, pour les « millions de citoyens qui sont là comme oubliés, ce sont celles et ceux qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s'occuper d'un enfant en situation de handicap, d'un proche, d'une personne de la famille devenue dépendante ».
Comment améliorer la prise en charge de nos aînés ? Comment résoudre la problématique du financement de la dépendance ? Comment répondre à la volonté de 85% de Français de vieillir à domicile ? Il va falloir désormais construire une loi à la hauteur de ces défis.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

22 février 2019
Prévention

L'exercice physique prolongé réduit les risques de chutes

L'exercice physique prolongé réduit les risques de chutes

Une étude menée par le Gérontopôle du CHU de Toulouse confirme les bienfaits de l'exercice physique chez les personnes âgées pour limiter les risques de chute et notamment les chutes sévères.


Une étude d'une ampleur inégalée menée par une équipe du Gérontopôle du CHU de Toulouse, de l'Inserm et de l'université Toulouse III – Paul Sabatier (UMR 1027) démontre que l'exercice physique prolongé réduit notablement les risques de chute sévère et favorise le vieillissement dans de meilleures conditions. Des résultats publiés dans le JAMA Internal Medicine.
Selon les conclusions de l'étude, même si l'exercice physique sur la durée ne prolonge pas la vie, il peut améliorer la qualité de vie au cours du vieillissement. Les principaux bénéfices sont la réduction du risque de chutes (-12%) et surtout celui de chutes sévères avec lésions (-26%).


Les bienfaits démontrés de l'exercice physique prolongé


La recherche portait sur l'effet d'une pratique de l'exercice physique prolongée (c'est-à-dire encadrée par des professionnels, avec un programme structuré, pendant au moins un an) sur le risque de chute, le risque de fracture, le risque d'hospitalisation et la mortalité. Jusqu'alors, la plus grande étude réalisée sur la même thématique, l'étude de référence LIFE (Lifestyle Interventions and Independence for Elders), s'était appuyée sur un corpus de 1.635 personnes. Cette dernière tendait à démontrer que faire plus de 150 minutes d'exercice physique par semaine réduisait les risques de perte de mobilité chez les seniors.
Les travaux du Gérontopôle sont issus d'une étude systématique avec méta-analyse de 46 études internationales portant sur 22.709 personnes, agées en moyenne de 73 ans et issues de pays développés et industrialisés.


Un possible effet positif sur la mortalité encore à démontrer


Par ailleurs, contrairement à de nombreux travaux portant sur le même sujet, l'équipe s'est basée sur des données concernant des personnes ayant eu une pratique d'exercice physique de longue durée: ils ont pratiqué des exercices physiques pendant au moins un an, deux à trois fois par semaine. Il est en effet nécessaire de privilégier ce temps d'observation concernant les personnes âgées, pour lesquelles les bénéfices se révéleraient plus tardivement.
Quant à l'impact sur la mortalité, il serait neutre sauf dans le cas où le sujet souffre d'une maladie cardiaque ou d'une déficience cognitive, où l'exercice physique tend à réduire le risque de mortalité. Des études ultérieures pourront venir étayer cette tendance.


La recommandation des experts


Pour être optimal, le régime d'exercice physique recommandé, doit comporter notamment des exercices d'équilibre, d'aérobie, de force musculaire et reposer sur les contraintes suivantes : une pratique 2 à 3 fois par semaine, des exercices d'une intensité modérée, des séances d'une durée de 50 minutes en moyenne et l'encadrement par des professionnels de l'exercice physique (kinésithérapeute par exemple).