Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

12 juillet 2018
Prévention

La sieste, un petit somme plein de bienfaits

La sieste, un petit somme plein de bienfaits

30 minutes pour recharger ses batteries dans la journée. La sieste présente de grandes vertus pour les personnes âgées.  

Avec l’avance en âge,  les cycles du sommeil se modifient. La durée du sommeil nocturne baisse encore un peu, mais c’est surtout la répartition du sommeil qui se modifie.

Chez les personnes âgées, on note une augmentation importante de la durée de sommeil léger et une réduction proportionnelle de la durée de sommeil profond. Les périodes de réveil deviennent également plus fréquentes, aboutissant à une fragmentation du sommeil.

La réhabilitation de la sieste est prônée par de nombreux spécialistes du sommeil. Elle permettrait, par exemple, de réduire les risques d'accidents de la circulation - les statistiques nationales en France indiquent que la majorité des accidents se produisent au cours de périodes chronobiologiques de somnolence maximale (entre 2 et 5 heures du matin, entre 13 et 15 heures).


Chez l'adulte, il existe une baisse de la vigilance entre 13 h et 15 h. Le besoin de faire une sieste est donc tout à fait normal. Le besoin de sieste est un besoin physiologique qui existe dès l’enfance et qui revient avec le vieillissement.

 

Le mot  « sieste » vient du latin "sixta" qui signifie "la sixième heure du jour", en fait l'heure du midi chez les Romains. La sieste désigne le repos, accompagné ou non de sommeil, pris en cours de journée par opposition au sommeil de la nuit.


La sieste permet d'améliorer la concentration, la qualité de la mémoire. Elle réduit le stress et rééquilibre le fonctionnement de tout le système nerveux.

 

Pour être efficace, la sieste doit être brève : 10 à 30 minutes maximum. Il est recommandé de la pratiquer en début d’après-midi.

 

Au-delà, de 30 minutes, vous risquez de sombrer dans la phase de sommeil profond et le réveil peut s’avérer difficile. En effet, trop dormir dans la journée « consomme » du sommeil sur la nuit suivante et diminue le besoin de sommeil lors du coucher.

 

La sieste se fait de préférence dans l’obscurité, dans un endroit silencieux et tranquille, dans une tenue confortable.

A lire aussi dans DOMIMAG :