La réussite du maintien à domicile d’une personne âgée dépendante ou d’une personne handicapée repose sur un trinôme : la personne aidée, l’aidant professionnel et l’aidant familial.

En France, 8,3 millions de personnes - dont 57% de femmes -  accompagnent un proche dépendant de façon régulière et non professionnelle. Presque la moitié des aidants occupent parallèlement un emploi. Favoriser la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle des aidants reste un enjeu de taille.

Si la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement a consacré un statut juridique des aidants et transformé le congé de soutien familial en congé de proche aidant, des avancées restent à faire. Mais les lignes bougent dans le bon sens en 2018.

Ainsi, la loi permettant à des salariés de faire don de leurs jours de repos à un collègue aidant un proche âgé dépendant ou handicapé est parue au Journal Officiel le 14 février.
Pour soutenir les aidants, une proposition de loi qui sera examinée en mars par le Parlement préconise d'indemniser le congé du proche aidant et de prendre en compte cette tâche « invisible » et « gratuite » dans les droits à la retraite.

Un pas de plus vers davantage de reconnaissance pour les aidants familiaux, ces acteurs clés du maintien à domicile.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

05 avril 2018
Prévention

La vitamine D, une vitamine anti-chute

La vitamine D, une vitamine anti-chute

La vitamine D réduit naturellement le risque de chute chez les personnes âgées les plus fragiles. Un apport suffisant en vitamine D permet de renforcer les muscles et d'améliorer l'équilibre. Conseils à suivre pour éviter toute carence.

 

Si l’organisme sait fabriquer lui-même de la vitamine D, il ne la fabrique pas en quantité suffisante. Parmi les seniors, lequel n’a pas eu droit à sa cuillère d’huile de foie de morue quand il était enfant ? Saumon, maquereau, sardine, thon, hareng… ces poissons ont tous en commun de pouvoir procurer au corps humain le supplément en vitamine D dont il peut avoir besoin. Et cette propriété des poissons gras qui est connue depuis bientôt 200 ans maintenant a été démontrée voilà un peu moins d’un siècle, en 1934.

 

Une vitamine anti-chutes


La vitamine D est dotée de propriétés thérapeutiques incontestables pour la santé.. Elle serait ainsi efficace pour prévenir certains cancers comme le cancer du côlon, le cancer du sein, certaines pathologies cardiovasculaires ou encore plusieurs maladies auto-immunes, tels que le diabète de type 1, la sclérose en plaques (SEP), la polyarthrite-rhumatoïde ; sans oublier diverses maladies inflammatoires de l’intestin, comme la maladie de Crohn ou encore la rectocolite hémorragique…
En stimulant l’absorption intestinale du calcium et en contribuant à le fixer sur les os, la vitamine D est efficace pour prévenir l’ostéoporose et en ralentir la progression chez les personnes de plus de 50 ans. « La capacité de l'organisme à absorber ou à synthétiser la vitamine D diminue avec l'âge. Chez les personnes âgées, un faible apport en vitamine D constitue un terrain favorable à la perte osseuse et donc à l'ostéoporose », rappelle Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).

 

La vitamine D a également une action directe sur l’équilibre et la tonicité musculaire et se révèle donc essentiel dans la prévention des chutes chez la personne âgée.
D’où l’intérêt d’une alimentation à même de procurer le tiers de vitamine D qui n’est pas fabriqués par le corps humain : poissons gras, foie, beurre et œufs sont préconisés.

 

Alimentation et soleil : les deux bons réflexes

 

Pour éviter la carence en vitamine D, une exposition régulière et raisonnable au soleil est nécessaire. Elle procure entre 80 % et 90 % de la quantité de vitamine D requise.
Une simple exposition  au soleil sans écran solaire des mains, des avant-bras et du visage de 10 à 15 minutes par jour, deux à trois fois par semaine suffit pour atteindre la dose nécessaire de vitamine D. Une raison de plus pour inciter les personnes âgées à sortir de leur domicile et ne pas rester isolées.