La période de fin d'année est synonyme de festivités et de retrouvailles notamment en famille. Néanmoins, cette période peut s'avérer difficile pour les personnes âgées, notamment celles qui sont en perte d’autonomie.

Bien entendu, des précautions sont à prendre pour prévenir les affections saisonnières chez les plus fragiles telles que la gastro-entérite ou la grippe. Mais la vigilance s’impose pour éviter un mal plus insidieux, plus silencieux : celui de la solitude des personnes âgées. En France, près d’un quart des personnes de plus de 70 ans souffre d’isolement social. 1 personne âgée sur 4 est seule dans l’Hexagone.

Eclatement de la famille, perte du conjoint, éloignement des enfants, diminution des capacités physiques, précarité économique… beaucoup de raisons peuvent conduire à vieillir seul (e).
Selon la Fondation Médéric Alzheimer, la solitude est considérée comme un déterminant du déclin cognitif chez les personnes âgées. Autre constat : la solitude des aidants familiaux face à la maladie de leur proche âgé aboutit à ce que 38% d’entre eux meurent avant la personne dont ils ont la charge.

La priorité, c’est donc de lutter contre cette solitude et, avant tout, de la repérer. Les professionnels de l’accompagnement à domicile sont de véritables sentinelles pour lutter contre ce fléau. L’aide à domicile permet de renouer le lien social. Les mairies, les communes et les centres communaux d’action sociale (CCAS) proposent des dispositifs afin de réduire les conséquences de l’isolement chez les personnes âgées : des bénévoles rendent visite aux personnes âgées chez eux une fois par semaine afin de leur tenir compagnie.

71% des Français se disent prêts à s'engager contre la solitude des personnes âgées. Et si vous commenciez dès aujourd’hui ?

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile. Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

12 septembre 2017
Prévention

Les vaccins importants pour les personnes âgées

Les vaccins importants pour les personnes âgées

Trois vaccins sont importants pour protéger les personnes âgées :  ceux contre la grippe, le pneumocoque et le tétanos.

Depuis plusieurs années, on observe "une baisse de la vaccination en France". En avril dernier, Marisol Touraine, la ministre de la Santé s’est, d’ailleurs, déclarée particulièrement préoccupée "face au taux de vaccination qui demeure faible parmi les personnes à risque et les personnes âgées ".


Selon le Baromètre santé 2014 réalisé par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), 79 % des Français âgés de 18 à 75 ans se déclarent favorables à la vaccination contre 61 % en 2010. Toutefois, près de 20 % des adultes déclarent ne pas savoir où ils en sont dans leur suivi vaccinal.

Et moins de 50 % des sujets à risque dont font partie les personnes âgées se sont fait vacciner contre la grippe durant l’hiver 2014-2015, une proportion jugée encore insuffisante.

 

Etes-vous à jour ?

 

"Avoir ses « vaccins à jour », c’est avoir reçu les vaccins recommandés en fonction de son âge et avec le bon nombre d’injections pour être protégé. Contrairement à ce que l’on peut penser, il n’est pas nécessaire de tout recommencer si l’on a oublié un rappel. Il suffit simplement de reprendre la vaccination au stade où elle a été interrompue et de procéder à un « rattrapage ». Pour être sûr de savoir où on en est dans sa vaccination, il est important de faire inscrire les vaccinations dans son carnet de santé ou dans son carnet de vaccination", rappelle l'Inpes.

 

Trois vaccins sont particulièrement importants pour protéger les personnes âgées : ceux contre la grippe, le pneumocoque et le tétanos.

 

Encore des décès par tétanos chez les personnes âgées


ll existe toujours des cas de tétanos en France. Le bacille du tétanos reste très longtemps dans le sol (plus de 100 ans), et ne peut être éliminé. Cette maladie sévit surtout l’été, et touche volontiers les personnes âgées, les femmes plus particulièrement. Ces malades ne sont pas vaccinés ou leur dernière vaccination contre le tétanos est trop ancienne.

D'après une étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS), entre 2008 et 2011, près de 90% des cas de tétanos qui ont été recensés en France ont touché des personnes de 70 ans et plus. Entre 2008 et 2011, 36 cas de tétanos ont été notifiés au système de surveillance, illustrant une recrudescence de la maladie au fil des ans. Ainsi, 3 cas ont été signalés en 2008, 9 en 2009, 15 en 2010 et 9 en 2011.  Parmi ces cas, onze personnes n'ont pas survécu. 67% des personnes avaient été contaminées par le biais d'une ou plusieurs blessures et 25% par des plaies chroniques. Étant donné l’absence d’immunité naturelle, la vaccination est le seul moyen de prévenir le tétanos.

Après avoir été vaccinée contre le tétanos, une personne adulte est protégée pour une période d’environ vingt ans. Après cette échéance, un rappel est donc nécessaire pour la protéger à nouveau pendant vingt années supplémentaires. À partir de 65 ans, un rappel est nécessaire tous les 10 ans en raison de la diminution de la réponse des personnes âgées à la vaccination.

 

Pour vous permettre de faire le point sur vos vaccinations et les tenir à jour, ll'Inpes met à disposition du public, sur son site internet, une carte postale du calendrier vaccinal 2015. Ce document récapitule, en fonction de  votre âge, les vaccins nécessaires pour acquérir une immunité de base et vous donne des conseils sur les rappels et retards éventuels dans le programme de vaccination. Un carnet de vaccination individuel destiné à consigner l’ensemble de vos vaccins et rappels, est également disponible à la commande ou en téléchargement.