La période de fin d'année est synonyme de festivités et de retrouvailles notamment en famille. Néanmoins, cette période peut s'avérer difficile pour les personnes âgées, notamment celles qui sont en perte d’autonomie.

Bien entendu, des précautions sont à prendre pour prévenir les affections saisonnières chez les plus fragiles telles que la gastro-entérite ou la grippe. Mais la vigilance s’impose pour éviter un mal plus insidieux, plus silencieux : celui de la solitude des personnes âgées. En France, près d’un quart des personnes de plus de 70 ans souffre d’isolement social. 1 personne âgée sur 4 est seule dans l’Hexagone.

Eclatement de la famille, perte du conjoint, éloignement des enfants, diminution des capacités physiques, précarité économique… beaucoup de raisons peuvent conduire à vieillir seul (e).
Selon la Fondation Médéric Alzheimer, la solitude est considérée comme un déterminant du déclin cognitif chez les personnes âgées. Autre constat : la solitude des aidants familiaux face à la maladie de leur proche âgé aboutit à ce que 38% d’entre eux meurent avant la personne dont ils ont la charge.

La priorité, c’est donc de lutter contre cette solitude et, avant tout, de la repérer. Les professionnels de l’accompagnement à domicile sont de véritables sentinelles pour lutter contre ce fléau. L’aide à domicile permet de renouer le lien social. Les mairies, les communes et les centres communaux d’action sociale (CCAS) proposent des dispositifs afin de réduire les conséquences de l’isolement chez les personnes âgées : des bénévoles rendent visite aux personnes âgées chez eux une fois par semaine afin de leur tenir compagnie.

71% des Français se disent prêts à s'engager contre la solitude des personnes âgées. Et si vous commenciez dès aujourd’hui ?

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile. Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

17 octobre 2017
Prévention

Surveiller sa vue après 60 ans

Surveiller sa vue après 60 ans

Avec l’avancée en âge, la vision se détériore progressivement. En plus de la presbytie normale chez tous les individus qui vieillissent, différents troubles de la vue touchent plus particulièrement les personnes âgées.

 


Plus on avance en âge, plus l’œil montre des signes de fatigue de diverse importance. Certaines activités de la vie quotidienne présentent des difficultés ignorées jusqu’alors.A partir de 60 ans, les pathologies liées au vieillissement apparaissent : cataracte, dégénerescence maculaire lié à l’âge (DMLA), glaucome, rétinopathie diabétique.

Ces maladies invalidantes peuvent contribuer à désocialiser la personne âgée ou à augmenter le risque de chutes voire conduire dans les cas les plus graves à la cécité.

Chez les personnes âgées, la déficience visuelle est associée au renoncement à des activités physiques, à l'anxiété et à la dépression, ainsi qu'à un risque accru de chutes et de fracture.

Après 60 ans, les visites de contrôle chez l’opthlalmologiste doivent s’effectuer tous les deux ans, voire plus fréquemment selon l’avis du spécialiste.

 

La cataracte : 38% des plus de 65 ans concernés
La cataracte est un trouble de la vision qui survient lorsque le cristallin, cette petite lentille ovale située derrière la pupille, perd de sa transparence. La vision s’embrouille et gêne la reconnaissance des objets et des personnes. Ce trouble de la vision est accentuée lorsque la personne âgée s’expose à la lumière.La cataracte touche une personne âgée de plus 65 ans sur cinq, trois sur cinq à partir de 75 ans et les deux tiers des plus de 85 ans. La cataracte est opérable : le chirurgien remplace la partie opacifiée du cristallin par un implant.

 

La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge)
Cette maladie atteint la partie centrale de la rétine et conduit à une malvoyance sévère, souvent sans aucun signe d’alerte. Les premiers symptômes apparaissent généralement à un stade avancé. Seul le dépistage précoce et un traitement médical ad-hoc permet de ralentir son évolution. La prévention est essentielle : on estime à seulement 25% le nombre de personnes qui consultent assez tôt pour bénéficier d’un traitement.

 

Le glaucome : 1, 5 millions de personnes 
Le glaucome est caractérisé par une augmentation de la pression oculaire. Il est insidieux car il ne provoque ni douleur, ni trouble de la vision jusqu’à un stade avancé de son évolution. Le glaucome ne peut se détecter que lors d’un examen médical qu’il est indispensable de programmer régulièrement à partir de 50 ans.  Le glaucome, qui touche 1,5 million de personnes en France, dont 500 000 ignorent en être atteintes,

 

La rétinopathie diabétique
On appelle rétinopathie diabétique les lésions du fond d’œil causées par le diabète. L’excès de sucre dans le sang finit par altérer les petits vaisseaux de la rétine Il s’agit de la complication la plus fréquente, notamment chez les personnes souffrant de diabète de type. Cette affection concerne également 60 % environ des diabétiques de type 2.