Il y a 15 ans, la canicule d’août 2003 provoquait la mort de près de 15.000 personnes âgées en 15 jours. La France a tiré les enseignements de ce tragique événement. Depuis 2004, le gouvernement met en place chaque année un dispositif de surveillance, de prévention et d’action : le Plan Canicule pour prévenir les risques liés aux fortes chaleurs pour les personnes âgées vivant à domicile ou en établissement.

Mais cette canicule meurtrière a été également révélatrice de la problématique de l’isolement social des personnes âgées.

En 2014, le rapport MONALISA (Mobilisation Nationale contre l’Isolement Social des Agés) montrait que la France est le troisième pays d’Europe le plus touché par le problème de l’isolement : 23% des 5 millions des personnes isolées sont âgées de plus de 75 ans. En 2017, une étude réalisée par l'institut CSA pour les Petits frères des Pauvres dresse également un état des lieux préoccupant : 6% des personnes âgées de 60 ans et plus, soit 900.000 personnes, sont isolées des cercles amical et familial. Elles sont 300.000 à se sentir isolées des quatre cercles de proximité : famille, amis, voisinage, réseaux associatifs.

Les personnes âgées sont donc encore trop nombreuses à avoir pour seule compagnie leur solitude. Sur ce plan, 15 ans après la canicule historique, la société française a encore beaucoup à faire pour renouer et favoriser le lien social avec ses aînés.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

27 juillet 2018
Prévention

Un pain hyperprotéiné remboursé par la Sécurité Sociale

Un pain hyperprotéiné remboursé par la Sécurité Sociale

Le pain brioché G-Nutrition, enrichi en protéines, vitamines et minéraux spécifiques, destiné à compenser les carences nutritionnelles notamment des personnes âgées fragiles, vient de rejoindre la liste des produits remboursables par la Sécurité sociale. Explications.

 

Considéré légalement comme un « complément nutritionnel oral », un pain brioché hyperprotéiné sera disponible en vente en pharmacie en septembre 2018 et remboursé sur prescription médicale par la Sécurité Sociale jusqu'en 2023. Un arrêté ministériel publié le 9 juillet dernier prévoit qu'il soit remboursé, afin de contribuer à la lutte contre le vieillissement.

La Haute Autorité de la santé a validé fin 2016 « l'intérêt thérapeutique » de ce petit pain et son inscription dans la liste des produits remboursables date du 9 juillet.


Quel est l'intérêt nutritionnel de ce produit ?


Nommé G-nutrition et pesant 65 grammes, ce pain brioché est riche en protéines, vitamines, calcium et sélénium. Fruit de dix ans de recherches, il a été pensé pour ralentir les effets du vieillissement chez les personnes âgées, mais aussi pour aider les personnes souffrant de pathologies comme le cancer ou le VIH de lutter contre la dénutrition.


Un pain de 65 g constitue une "complémentation orale" hyperprotidique (20,6 g de protéines /100g) et "hyperénergétique" (3,01 kcal/g) pour les adultes, précise l'arrêté.

Par sa richesse en protéines,  le petit pain G-Nutrition aide à limiter la fonte de la masse musculaire et la perte de poids chez ces individus fragiles.


Source d'énergie, il est également très pourvu en vitamines B12, B6 et B9, en vitamine D ainsi qu'en calcium et en sélénium. Autant de substances qui permettent de lutter contre certains effets de la vieillesse.


La quantité quotidienne recommandée est d'"un à deux pains par jour en l'intégrant à une alimentation équilibrée".


« Les études cliniques ont mis en lumière une part hédonique très importante sur ce produit. Les patients ont pris plaisir à le consommer. Ils avaient le sentiment de manger un petit pain normal, pas un « alicament ». Psychologiquement, c'était un vrai plus. On l'a constaté : les patients du groupe G-Nutrition® étaient 80 % à consommer le produit en entier contre 70 % pour le CNO lacté », explique, sut le site du fabricant, Virginie Van Wymelbeke, docteur ès Sciences spécialité Nutrition, occupe un poste de chercheur au. Centre Hospitalier Universitaire de Dijon.