La période de fin d'année est synonyme de festivités et de retrouvailles notamment en famille. Néanmoins, cette période peut s'avérer difficile pour les personnes âgées, notamment celles qui sont en perte d’autonomie.

Bien entendu, des précautions sont à prendre pour prévenir les affections saisonnières chez les plus fragiles telles que la gastro-entérite ou la grippe. Mais la vigilance s’impose pour éviter un mal plus insidieux, plus silencieux : celui de la solitude des personnes âgées. En France, près d’un quart des personnes de plus de 70 ans souffre d’isolement social. 1 personne âgée sur 4 est seule dans l’Hexagone.

Eclatement de la famille, perte du conjoint, éloignement des enfants, diminution des capacités physiques, précarité économique… beaucoup de raisons peuvent conduire à vieillir seul (e).
Selon la Fondation Médéric Alzheimer, la solitude est considérée comme un déterminant du déclin cognitif chez les personnes âgées. Autre constat : la solitude des aidants familiaux face à la maladie de leur proche âgé aboutit à ce que 38% d’entre eux meurent avant la personne dont ils ont la charge.

La priorité, c’est donc de lutter contre cette solitude et, avant tout, de la repérer. Les professionnels de l’accompagnement à domicile sont de véritables sentinelles pour lutter contre ce fléau. L’aide à domicile permet de renouer le lien social. Les mairies, les communes et les centres communaux d’action sociale (CCAS) proposent des dispositifs afin de réduire les conséquences de l’isolement chez les personnes âgées : des bénévoles rendent visite aux personnes âgées chez eux une fois par semaine afin de leur tenir compagnie.

71% des Français se disent prêts à s'engager contre la solitude des personnes âgées. Et si vous commenciez dès aujourd’hui ?

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile. Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

11 mars 2016
Prévention

Une mauvaise audition accélère la perte d’autonomie

Une mauvaise audition accélère la perte d’autonomie

Dépister la perte d’audition chez les seniors contribue au bien-vieillir.  Trop peu diagnostiquée, la déficience auditive a d'importantes répercussions sur la vie quotidienne de la personne âgée.

 

La plupart des déficiences auditives se développent au fur et à mesure de l’avancée en âge. Ainsi, 70% des plus de 65 ans ont des problèmes auditifs, connus sous le terme de presbyacousie. Les signes évocateurs de la presbyacousie sont une baisse de la perception des sons aigus et des problèmes de compréhension dans le bruit. Avec le temps, les difficultés auditives et les troubles de la compréhension s’accentuent, y compris dans des ambiances plus calmes, et peuvent aboutir à une surdité invalidante pour la personne âgée.

 

Lien entre malentendance et dépendance


Encore trop peu diagnostiquée, la perte d'audition, même partielle ou progressive, n'est jamais anodine et a d'importantes répercussions sur la vie quotidienne de la personne âgée. Non traitée, la presbyacousie peut avoir un impact indirect mais important sur la perte d'autonomie.

Une personne âgée qui entend de moins en moins bien et qui ne s’appareille pas est une personne qui s’isole et qui multiplie les risques de devenir dépendante. De récentes études démontrent la relation entre la malentendance et la dépendance des personnes âgées. Les problèmes auditifs liés à l’âge entraînent un isolement social, souvent à l’origine d’un état dépressif.« Les études faisant le lien entre santé auditive conservée et fonctions cognitives préservées sont plus nombreuses chaque année. Elles montrent pour certaines qu’une personne qui souffre d’une perte auditive légère de 25dB non prise en compte, a en moyenne une baisse de sa performance cognitive équivalente à celle d’une personne de 7 ans plus âgée et un risque d’autonomie perdue accéléré d’autant », souligne l’association Agir pour l’audition.

Des travaux de recherche américains menés par le professeur Frank R. Lin du centre Johns Hopkins de Baltimore, publiés en 2013 dans le Journal of The American Medical Association (JAMA) Neurology, ont pour la première fois relevé que le degré de perte auditive serait lié au risque de développement d’une démence ou de la maladie d’Alzheimer chez la personne âgée.

 

Faire contrôler régulier son audition

 

À partir de 60 ans, il est nécessaire de faire régulièrement contrôler son audition tous les ans pour dépister au plus tôt une presbyacousie débutante et prendre les mesures nécessaires pour la compenser. Le diagnostic de la presbyacousie est fait par un médecin ORL (oto-rhino. Laryngologiste) après une série de tests auditifs particuliers : l'audiométrie tonale (mesure la capacité à entendre correctement) et vocale (mesure la capacité de compréhension des mots). Lorsque le médecin ORL diagnostique une presbyacousie, il en mesure les caractéristiques particulières et, en fonction de ces mesures, il prescrit un certain type d'aide auditive.
Il n’existe aucun traitement contre la presbyacousie. Mais lorsque la baisse de l’audition est trop importante, il est possible de disposer de prothèses auditives qui améliorent la vie sociale des personnes atteintes de presbyacousie.