Ouvrir la porte du réfrigérateur d’une personne âgée fragile pour vérifier s’il n’est pas vide, vérifier son poids régulièrement... La vigilance est de mise pour prévenir ou stopper la dénutrition des personnes âgées fragiles vivant à domicile. De 4 à 10 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent toujours chez elles et 20 à 40 % des personnes hospitalisées souffrent de dénutrition.

Comme le rappelle le Collectif de lutte contre la dénutrition qui a lancé, le 26 novembre, une grande campagne de prévention nationale : « la faim tue, l’absence de faim aussi ». La dénutrition est une maladie invisible qui touche près de 2 millions de personnes en France. Et contrairement aux idées reçues, elle ne concerne pas uniquement les personnes en précarité sociale.
Par ailleurs, même si l’appétit peut diminuer avec l’avancée en âge, les besoins nutritionnels des sujets âgés ne diffèrent pas de ceux de la population adulte. Raison de plus pour être attentif aux variations de poids, à la nutrition des plus âgés.

Les intervenants à domicile sont une aide précieuse pour lutter contre ce fléau silencieux en assurant la préparation et l’aide aux repas des personnes âgées en perte d’autonomie et des seniors isolés. Les professionnels de l’aide à domicile sont également des « sentinelles » pour alerter les professionnels de santé (médecin, infirmier libéral, kinésithérapeute...) et les proches aidants d’une perte d’appétit et de poids chez la personne âgée accompagnée.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

31 mars 2016
Prévention

Zona : un vaccin pour les personnes âgées

Zona : un vaccin pour les personnes âgées

La Direction générale de la Santé (DGS) vient de publier le calendrier des vaccins 2016. Une nouveauté : la recommandation de vaccination contre le zona pour les adultes âgés de 65 à 74 ans révolus.

Le zona est une maladie virale provoquée par le virus de la varicelle appelé VZV (pour Varicelle-Zona Virus) qui est présent chez plus de 95 % des Français.

Il s’agit d’une réactivation du virus pouvant survenir plusieurs années après avoir contracté la varicelle, souvent au delà de 50 ans. Le zona est une affection particulièrement douloureuse pouvant entraîner des complications persistantes et invalidantes. Un vaccin est disponible en France depuis quelques mois. Il est recommandé chez les personnes de 65 à 74 ans.


Le risque de développer un zona augmente dès 50 ans notamment du fait de l’affaiblissement des défenses immunitaires avec le vieillissement. Ainsi, 1 personne sur 4 fera un zona dans sa vie et plus de la moitié des patients souffrant de zona ont plus de 60 ans au moment du diagnostic


Le zona est une affection particulièrement douloureuse pouvant entraîner des complications persistantes et invalidantes. Cette maladie se manifeste généralement par des picotements, des démangeaisons puis des manifestations douloureuses dans un territoire particulier du corps ou du visage. Suit alors une éruption vésiculeuse presque toujours accompagnée de douleurs qui peuvent varier en intensité et en durée.


Ces douleurs, dites douleurs neuropathiques (ou neurologiques) peuvent durer des mois et même des années : sensations de brulures, de décharges électriques et sensibilité accrue au moindre contact pouvant affecter les moindre gestes de la vie quotidienne. La qualité de vie s’altère alors : habillement, sommeil, moral, activités de loisirs, travail, vie sociale…. Les traitements proposés peuvent améliorer les symptômes mais sont parfois accompagnés d’effets indésirables, notamment chez les personnes les plus fragiles. Tous ces éléments sont des facteurs de risque pour les personnes âgées, risquant de déstabiliser l’équilibre de santé et de les faire entrer dans une perte d’autonomie et de soins plus lourds.


Un vaccin pour diminuer les risques

 

Le Haut Conseil de la santé publique recommande la vaccination contre le zona chez les adultes âgés de 65 à 74 ans révolus avec un schéma vaccinal à une dose. Durant la première année suivant l'inscription du vaccin au calendrier vaccinal, les personnes âgées de 75 à 79 ans révolus pourront être vaccinées dans le cadre d'un rattrapage.


Ce vaccin contre le zona est disponible en France depuis quelques mois, et il est recommandé chez les personnes de 65 à 74 ans, en une seule injection.
Selon les estimations issues des essais cliniques, avec ce nouveau vaccin, le risque d’apparition de la maladie est diminué de 44 à 57% chez les personnes vaccinées. et la survenue des douleurs après le zona dans 66% des cas.
 
Le vaccin est remboursé par l’Assurance maladie à hauteur de 30%.  Jusqu'en février 2017, les personnes âgées de 75 à 79 ans peuvent également être vaccinées et remboursées.