La période de fin d'année est synonyme de festivités et de retrouvailles notamment en famille. Néanmoins, cette période peut s'avérer difficile pour les personnes âgées, notamment celles qui sont en perte d’autonomie.

Bien entendu, des précautions sont à prendre pour prévenir les affections saisonnières chez les plus fragiles telles que la gastro-entérite ou la grippe. Mais la vigilance s’impose pour éviter un mal plus insidieux, plus silencieux : celui de la solitude des personnes âgées. En France, près d’un quart des personnes de plus de 70 ans souffre d’isolement social. 1 personne âgée sur 4 est seule dans l’Hexagone.

Eclatement de la famille, perte du conjoint, éloignement des enfants, diminution des capacités physiques, précarité économique… beaucoup de raisons peuvent conduire à vieillir seul (e).
Selon la Fondation Médéric Alzheimer, la solitude est considérée comme un déterminant du déclin cognitif chez les personnes âgées. Autre constat : la solitude des aidants familiaux face à la maladie de leur proche âgé aboutit à ce que 38% d’entre eux meurent avant la personne dont ils ont la charge.

La priorité, c’est donc de lutter contre cette solitude et, avant tout, de la repérer. Les professionnels de l’accompagnement à domicile sont de véritables sentinelles pour lutter contre ce fléau. L’aide à domicile permet de renouer le lien social. Les mairies, les communes et les centres communaux d’action sociale (CCAS) proposent des dispositifs afin de réduire les conséquences de l’isolement chez les personnes âgées : des bénévoles rendent visite aux personnes âgées chez eux une fois par semaine afin de leur tenir compagnie.

71% des Français se disent prêts à s'engager contre la solitude des personnes âgées. Et si vous commenciez dès aujourd’hui ?

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile. Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

20 mars 2017
Avis d'expert

Présidentielle 2017 : la dépendance des personnes âgées au sein des programmes

Présidentielle 2017 : la dépendance des personnes âgées au sein des programmes
  • Présidentielle 2017 : quid du maintien à domicile ? 

46,8 % des Français pensent que la dépendance des personnes âgées doit être un chantier du futur président de la République, soulignait, en janvier dernier, le Baromètre OCIRP France Info-Le Monde-LCP. A quelques semaines du scrutin présidentiel, voici le point sur les propositions des principaux candidats à l’Elysée.

 

 

 

 

 

Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France

 

• Mettre en place des formations pour les aidants qui pourront être prises dans le cadre du Congé individuel de Formation (CIF) ou du compte formation professionnel (CFP). 
• Agir pour que les compétences qu’acquièrent les aidants en s’occupant d’un proche puissent faire l’objet d’une validation pour être reconnue dans le monde professionnel. 
• Etendre le dispositif de dons (anonyme et sans contrepartie) de jours de repos, aux aidants d’une personne âgée en perte d’autonomie et des personnes en situation de handicap. 
• Garantir un quota de jour par an de mise à disponibilité rémunérée permettant l’accès aux soins liés à la maladie ou au handicap. 
• Supprimer les charges sociales pour les employeurs à domicile. 
• Instaurer l'obligation d'un volet « Aidants en emploi » dans les négociations annuelles obligatoires. 

 

François Fillon, candidat Les Républicains


• Encourager le développement des formes innovantes de financement de l’aide à l’autonomie, par exemple en créant un label pour les contrats d’assurance dépendance assorti d’une incitation fiscale, pour encourager le développement de l'assurance sur la base du volontariat  
• Développer les fonds viagers mutualisés qui seraient chargés de sélectionner, investir et gérer les biens mis en viager 
•  Inciter au développement de l’épargne-autonomie.

• Lancer une grande campagne nationale pour financer la recherche sur la maladie d’Alzheimer, qui touche près de 900 000 personnes en France, à l’occasion de la journée mondiale contre la maladie d’Alzheimer, le 21 septembre.

• Lancer un plan de professionnalisation des aides à domicile intégrant le développement des nouvelles technologies et la recherche d'une efficacité accrue des services. 

• Créer des « moniteurs de services », sur le modèle des care managers japonais, suédois ou canadiens, chargés d'informer les personnes âgées et leurs familles, de coordonner la prise en charge et de contrôler la qualité des services.
• Lancer un plan d’adaptation des logements au grand âge en rehaussant les plafonds de prise en charge des travaux par l'agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH), développer les résidences seniors et moderniser les résidences autonomie.
• Soutenir les aidants et progresser vers un véritable statut des aidants
• Doubler le plafond annuel du droit au répit en le portant à 1000€.
• Valider le congé de proche aidant pour les droits à retraite, favoriser la mobilisation du compte épargne-temps pour un congé pour aidant et permettre les dons de jours entre salariés pour les aidants de personnes dépendantes.
• Faire de l’aide aux personnes âgées une priorité de l’engagement de service civique, étendu pour cette action spécifique aux plus de 25 ans, et définir une forme spécifique et souple du volontariat associatif afin d’aider les personnes âgées dans leur quotidien.


Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste

 

• Augmenter l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) de 30% afin d’améliorer la prise en charge, de mieux former et de mieux rémunérer les aides à domicile qui s’occupent de nos aînés. Cet effort financier d’1 milliard d’euros bénéficiera en priorité aux personnes âgées les plus modestes et/ou les plus dépendantes.

• Mettre en œuvre un plan de 150.000 logements adaptés sur 5 ans en développant le micro-crédit à taux zéro et en élargissement le crédit d’impôt. 

• Instaurer un Crédit à taux zéro et un Crédit d’impôt bien vieillir pour permettre à toutes les familles d’adapter leurs logements.

 

• Créer un panier de services publics « Bien vieillir » accessible pour tous à moins de 30 minutes. La prise en charge du grand âge et de la dépendance sera incluse dans le panier de services publics à moins de 30 minutes  Afin d’aider les personnes âgées dépendantes et  garantir le droit au répit des aidants par l’accessibilité, l’accessibilité en moins de 30 minutes à un accueil de jour Alzheimer, un Ehpad avec places accessibles, un service de soin à domiciles (SSAD) et un Point Conseil sera garanti.

• Mettre en œuvre d’un plan de 150.000 logements adaptés sur 5 ans en développant le micro-crédit à taux zéro et en élargissement le crédit d’impôt. J’instaurerai un Crédit à taux zéro et un Crédit d’impôt bien vieillir pour permettre à toutes les familles d’adapter leurs logements.
• Lancer un plan « Domotique et nouvelles technologies » pour équiper les logements des seniors et améliorer la prévention.
•  Encourager les communes à décrocher le label « Ville, amie des Aînés ».
• Développer des nouvelles formules alternatives d’habitat (résidences séniors, habitats groupés, béguinages…) afin de lutter contre l’isolement des personnes âgées.
• Chaque famille aura un référent (caisse de retraite, centre communal d’action sociale (CCAS), centre local d’information et de coordination (CLIC) ou Conseil départemental).
• Créer numéro Vert pour conseiller et guider les familles.
• Renforcer le statut d’aidant notamment en direction des conjoints de malades d’Alzheimer.

 

Marine Le Pen, candidate du Front national


• Instaurer une cinquième branche de la Sécurité sociale pour couvrir les dépenses liées à la dépendance des personnes âgées.
• Les aidants familiaux bénéficieront d’un trimestre de retraite pour cinq trimestres consacrés à aider un proche dépendant, alors qu’aujourd’hui un trimestre est octroyé tous les 30 mois consacrés à s’occuper d’un proche, dans la limite de 8 trimestres.

 

Emmanuel Macron, candidat d'En Marche


• Permettre le don de RTT entre collègues pour les aidants dans les entreprises
• Favoriser la création d’hébergements temporaires pour « aider les aidants » et encourager le « baluchonnage », c’est à dire l’intervention d’une tierce personne au sein du domicile des personnes âgées.
• S’agissant des aidants, Emmanuel Macron veut intégrer dans le droit à la formation « un chèque bilan santé/social », proposé au début des situations de dépendance et à période régulière.


Jean-Luc Melenchon, candidat de La France insoumise

 

• Diminuer de 500 euros par mois le reste à charge pour les personnes qui choisissent de rejoindre un établissement.
• Les personnes âgées qui préfèrent rester à domicile verront augmenter de 50 % le montant de leur Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA).