L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

14 octobre 2016
Avis d'expert

"La perte d’audition est encore taboue chez les personnes âgées"

"La perte d’audition est encore taboue chez les personnes âgées"
  • "La fatigue est l’un des premiers signes d’une perte d’audition"

La perte de l’audition concerne 40% des 60-70 ans et plus de 50% des plus de 80 ans. Or, bien vieillir, c’est aussi bien entendre. Explications du Dr Mireille Tardy, médecin ORL, phoniatre à l’Hôpital de la Timone (Marseille), membre du Conseil d’administration et du Comité scientifique de l’association Journée Nationale de l’Audition.

 

 

 

La perte d’audition est-elle inéluctable avec le vieillissement ?

Dr Mireille Tardy. La perte d’audition commence à 18/20 ans et progresse tout au long de la vie. Elle n’a toutefois pas la même importance chez les uns et les autres. La déficience auditive commence lorsque la perte moyenne atteint 30 décibels, valeur à partir de laquelle l’appareillage est susceptible d’améliorer le confort d’écoute.
Chez la personne âgée, la presbyacousie se manifeste par la perte d’audition des fréquences les plus aigües. Il peut y avoir également une altération du traitement de l’information auditive. Les durées, les fréquences vont empêcher la personne d’analyser l’information. C’est cela qui donne lieu à ce que l’on appelle un  « dialogue de sourds ».
La perte d’audition est encore taboue chez les personnes âgées.  Il y a un sentiment de honte à reconnaître que l’on entend moins bien. Etre appareillé, encore pour certains, fait vieux et demeure psychologiquement mal vécu. Les troubles de l’audition modifient sa relation aux autres et la relation des autres avec soi, le lien social, la communication. La détection et l’appareillage précoces d’une personne âgée atteinte de presbyacousie permettent de retrouver une vie sociale et des loisirs. Les progrès de la technologie rendent aujourd’hui les appareils auditifs extrêmement, fins, légers et sans embout.

 

Quels sont les premiers signes d’une perte d’audition ?

Dr M.T. La fatigue est l’un des premiers signes d’une perte d’audition. La personne âgée change de comportements : elle est irritable, fatigable car elle doit faire des efforts pour comprendre. Elle met le son de la télé plus fort, elle ne comprend pas ce qu’on lui dit, fait des contresens, prend un mot pour un autre. A tort, l’entourage peut craindre les prémisses de la maladie d’Alzheimer alors qu’il s’agit d’une perte d’audition. Avant de faire un bilan mémoire, il est important de diagnostiquer avec un audiogramme les problèmes d’audition.  

 

Quelles sont les incidences de la perte d’audition ?

Dr M.T Les troubles de l’audition conduisent les personnes âgées à l’isolement social, d’autant plus que l’entourage a tendance à accepter ce fait comme inhérent à la vieillesse. Les relations avec les autres deviennent compliquées. Quand une personne souffre de moins bien entendre, elle a tendance à renoncer aux contacts. Les petits enfants se désintéressent de grands parents qui perdent l’audition.
Mal entendre accroît le risque de chutes, car l'oreille reconnaît des sons qui lui permettent de se situer dans l'espace. L’audition est en lien avec le système vestibulaire.
Il existe un risque d’arrêt des traitements médicamenteux. Une personne âgée qui entend mal, va mal comprendre les explications de son médecin, du pharmacien ou de l’infirmier libéral concernant la prise de son traitement. Elle ne comprend pas mais elle le cache. De fait, au bout d’un moment, elle ne va plus prendre son traitement. Cela peut concerner des pathologies lourdes telles que le diabète, l’hypertension.

 

Comment prévenir sa santé auditive ?

Dr M.T. Il faut conserver une bonne santé générale et surtout se protéger des bruits au long de la vie. Les seniors sont friands de bricolage, de jardinage… Des activités qui sont sources de bruits forts s’ils utilisent du matériel électrique. Il est recommandé dès lors de protéger les oreilles avec des bouchons en mousse ou en cire, qui assurent une bonne protection, ou des casques, surtout si une maladie ou un traitement (antibiotiques, antimitotiques, etc…) fragilise leurs oreilles.
L’entourage doit apprendre à communiquer avec une personne âgée qui souffre de presbyacousie. Parler sans crier, sans sur-articuler, pas trop vite, sans répéter mais en reformulant si le senior n’a pas compris, jamais en faisant autre chose ou dans le bruit, c’est-à-dire sans « distracteur » car la personne âgée ne peut pas traiter plusieurs sons à la fois. Faire de petites phrases courtes mais complètes. Il faut toujours parler à la personne âgée en étant face à elle, ne jamais l’interpeller par derrière pour éviter le risque de chute en se retournant d’autant que souvent elle n’entend pas venir la personne. Enfin, maintenir le contact coûte que coûte, (dire ce qui se passe dans le groupe en quelques mots…on rit parce que…, on s’exclame parce que… on se lève parce qu’on va faire ceci….).  Comme pour les muscles et la force musculaire ou les réflexes,  le traitement neuronal de l’information auditive devient plus ou moins déficitaire avec le grand âge, il faut donc s’y adapter mais l’entretenir pour le conserver. C’est la forme « physique » de l’audition à laquelle participe la personne vieillissante bien sûr, mais aussi obligatoirement l’autre - l’aidant ou le locuteur quel qu’il soit-  de par le duo obligatoire de la communication qu’implique l’audition.