Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

04 mai 2017
Avis d'expert

"On n'est pas en bon état général de santé si on n'est pas en bon état de santé bucco-dentaire"

"On n'est pas en bon état général de santé si on n'est pas en bon état de santé bucco-dentaire"
  • Dr Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l'UFSBD

    "Un appareil dentaire mal ajusté occasionne des risques de dénutrition"

Une vigilance toute particulière doit être apportée à l’hygiène bucco-dentaire chez la personne âgée. Une dégradation de l’état des dents et des gencives peut avoir des répercussions graves sur la santé et accélérer la perte d’autonomie. Conseils de l'Union française de la santé bucco-dentaire (UFSBD).

 

 

 

L'état de santé bucco-dentaire des personnes âgées vivant à domicile est-il satisfaisant ?

 

Dr. Christophe Lequart. Il y a toujours des améliorations à apporter à la prévention des caries et des maladies gengivales chez les personnes âgées vivant à domicile. On note une augmentation des lésions carieuses chez les personnes âgées. Elles ont un goût plus prononcé pour les produits sucrés et à contrario moins d’appétence pour l’eau. Il y a également avec l’avancée en âge, une diminution de la production de salive liée au vieillissement des glandes salivaires et à la prise de psychotropes. Les personnes âgées souffrent ainsi souvent de bouche sèche et de sensation de brûlures. Or, la salive joue un rôle de lubrification des muqueuses de la bouche et agit sur les acides après les prises alimentaires. Les personnes âgées présentent également des risques plus élevés d’avoir des maladies gengivales. Elles ont moins de tissus pour soutenir les dents. Cette destruction est liée à la plaque dentaire et au tartre.

 

Quels sont les risques d'un mauvais état de santé bucco-dentaire chez une personne âgée ?

 

Dr. C.L. On n'est pas en bon état de santé général si on n'est pas en bon état de santé bucco-dentaire. La bouche est un endroit propice au développement des microbes qui entraînent infections. Lors d’une infection dentaire, les germes peuvent se diffuser dans le sang et atteindre les organes vitaux. Il est donc important d’être attentif aux signes de dégradation de la cavité buccale, comme les saignements gingivaux, pour prévenir les risques d’infection. Les pathologies buccales peuvent avoir des répercussions aggravantes en présence de certaines pathologies générales (cardiopathies, déséquilibre diabétique, pneumopathies). D’autres pathologies (dermatologie, ophtalmologie, pneumologie, néphrologie, rhumatologie ou l’ORL) peuvent être d’origine dentaire, ou être aggravées par des infections dentaires. Les personnes âgées diabétiques doivent être particulièrement attentives à leur santé bucco-dentaire. Le diabète a des répercussions sur la sphère orale, et occasionne des complications buccales, notamment sur le parodonte, c'est-à-dire les tissus de soutien des dents. 

 

Quels sont les bons gestes à adopter pour assurer son hygiène bucco-dentaire ?


Dr. C.L. L'Union française de la santé bucco-dentaire (UFSBD) recommande un  brossage des dents deux fois par jour, matin et soir, après le repas et durant deux minutes. Cela prévient la formation des caries et des maladies gengivales. L’hygiène dentaire est plus difficile à réaliser pour les personnes âgées du fait du manque de dextérité manuelle et de la perte de mobilité des membres supérieurs. Dès lors, l'utilisation d’une brosse à dents électrique est une bonne solution. Elle retire plus de plaque dentaire pour une même durée de brossage. Par ailleurs, le manche de la brosse à dents électrique est plus large et permet une meilleure préhension pour la personne âgée. Si le brossage des dents est réalisé par un tiers, un aidant par exemple, la brosse à dent électrique est aussi plus pratique.

 

Et pour les personnes âgées portant un appareil dentaire ?


Dr. C.L. 55 % des personnes âgées de plus de 65 ans ont une prothèse dentaire amovible partielle ou complète. Le brossage de l’appareil dentaire s’effectue de la même manière que celui des dents. Une visite annuelle chez le chirurgien-dentiste est recommandée pour vérifier que l’appareil dentaire n’occasionne pas de blessures au niveau gingival. Ce contrôle annuel est d'autant plus important que ces blessures peuvent être pré-cancereuses. Les personnes âgées présentent souvent une fonte osseuse, il faut donc réadapter l’appareil à l’anatomie de la bouche. Les personnes âgées qui ne sont pas appareillées ou qui ont un appareil dentaire mal ajusté vont avoir des difficultés à mastiquer et à digérer. Cela occasionne des risque de dénutrition, ce qui va accélérer la fin de vie.

 

Pour en savoir plus : L'UFSBD publie une fiche-conseil sur la santé bucco-dentaire des personnes âgées.