L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

26 septembre 2018
Parkinson

Une formation en ligne pour comprendre la maladie de Parkinson

Une formation en ligne pour comprendre la maladie de Parkinson

L'Université de Nantes lance un MOOC, une formation en ligne gratuite, pour mieux connaître et comprendre la maladie de Parkinson. Comment se manifeste-t-elle ? A quoi est-elle due ? Que se passe-t-il dans le cerveau des malades ? Comment se traite-t-elle ? Les inscriptions au MOOC sont déjà ouvertes et les cours débutent le 1er octobre 2018.

 

La maladie de Parkinson touche aujourd'hui plus de 200 000 personnes en France. L'Université de Nantes propose une formation en ligne gratuite (MOOC) qui vise à expliciter la maladie de Parkinson (ses symptômes, ses traitements et les mécanismes cérébraux sous-jacents) aux patients, à leur famille et aux  aidants concernés.

 

Des associations de patients, notamment France Parkinson, ont contribué à la production de ce MOOC ainsi NS-Park. réseau français de recherche clinique sur la maladie de Parkinson et les mouvements anormaux.

 

Quels sont précisément les symptômes moteurs qui permettent un diagnostic clinique ? Quels sont les neurones qui dégénèrent dans le cerveau ? Comment agissent les traitements pharmacologiques ? Quelles sont les approches non médicamenteuses qui peuvent avoir des effets bénéfiques ? Comment commence cette maladie et quelles en sont les causes possibles, et quels sont les futurs traitements en cours d’étude ? Pour avoir toutes les réponses à ces questions, vous pouvez suivre le parcours 1 du MOOC.

 

"Grâce à ce MOOC, les participants comprendront pourquoi la maladie est une maladie de la mémoire motrice. Nous insisterons sur la manière dont fonctionnent les traitements. Nous aborderons aussi les recherches en cours sur les nouveaux médicaments et les hypothèses sur les origines de la maladie", souligne Philippe Damier, Professeur de neurologie à l'Université de Nantes, praticien hospitalier du CHU et président du Comité scientifique sciences médicales, cliniques et fondamentales de France Parkinson.

 

Parcours niveau 1 (Grand public)


• Semaine 1 : Présentation du cours / La maladie de Parkinson en général : signes cliniques
• Semaine 2 : La maladie de Parkinson en général : lésions cérébrales
• Semaine 3 : Les traitements pharmacologiques de la maladie de Parkinson
• Semaine 4 : La recherche pour comprendre les signes moteurs de la maladie de Parkinson
• Semaine 5 : Quand et où commence la maladie de parkinson ?
• Semaine 6 : Le futur : essais cliniques et recherches en cours pour identifier de nouveaux traitements

 

Ce cours en ligne ne nécessite pas de pré-requis particulier mais disposer de connaissances de base sur la cellule et le neurone est un plus. Ces éléments seront évoqués dans le MOOC au travers d’animations.

 

Un second parcours réservé aux professionnels de santé propose une formation plus complète et plus technique.

 

 

Parcours niveau 2 (Professionnels de santé)


Chaque parcours dure 6 semaines. Des vidéos et des animations visent à mieux appréhender les causes et les traitements de la maladie.


• Semaine 1 : Présentation du cours / La maladie de Parkinson en général : signes cliniques et lésions cérébrales
• Semaine 2 : Les traitements pharmacologiques de la maladie de Parkinson. Le traitement par stimulation cérébrale profonde
• Semaine 3 : Les effets indésirables des traitements pharmacologiques
• Semaine 4 : La recherche pour comprendre les signes moteurs et non moteurs de la maladie de Parkinson
• Semaine 5 : Hypothèses sur les origines de la maladie de Parkinson. Quand et où commence la maladie de Parkinson ?
• Semaine 6 : Le futur : essais cliniques et recherches en cours pour identifier de nouveaux traitements


Pour ce parcours 2 dédié aux professionnels, il est nécessaire de connaître le fonctionnement des neurones y compris les principes de la transmission synaptique et connaître l'activité électrique des neurones : potentiel d'action, potentiels postsynaptiques

 

Chaque semaine des QCM d'évaluation sont proposés pour valider les connaissances.

 

Rendez-vous sur la plateforme FUN (France Université Numérique) pour vous inscrire.

 

La formation en ligne est ouverte du 1er octobre au 3 décembre 2018. La fin des inscriptions est fixée au au 23 novembre 2018.